Blogue

Lourdes Rodriguez del Barrio est professeure titulaire à l’École de Travail social de l’Université de Montréal. Elle dirige l’Équipe de Recherche et d’Action en Santé Mentale et culture (ERASME) ainsi que l’Alliance de Recherche internationale Université-Communauté Santé Mentale et Citoyenneté (ARUCI-SMC) qu’elle a fondée. Finalement, depuis juin 2017, elle est directrice scientifique à la recherche sociale du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal (NIM).

Ses recherches ont contribué à la création de nouvelles approches d’intervention et d’évaluation; elles ont ainsi eu des impacts sur le plan de l’élargissement de la capacité d’agir des personnes vivant des expériences de souffrance et des situations d’exclusion, en améliorant leur qualité de vie, leur mieux-être et leur participation citoyenne. Elles ont aussi conduit au changement de politiques et de pratiques des organisations communautaires et publiques. Sur le plan méthodologique, ses recherches ont donné lieu à une réflexion critique et à un approfondissement des méthodes en recherche qualitative, en recherche-action participative de même qu’en évaluation pluraliste et formative. Ce type de recherche, engagée dans le changement, a exigé à ce que les planificateurs, intervenants et usagers des services soient impliqués dans toutes les étapes de ses projets : de la définition des questions de recherche à la mobilisation des connaissances acquises. Au-delà de ses propres expertises, Lourdes est une chercheure toujours désireuse d’apprendre de ceux et celles venant d’autres horizons. Le travail interdisciplinaire et intersectoriel est, pour elle, une passion et une pratique courante.

Bienvenue Lourdes!

Diplômé de l’Ecole de service social de l’Université de Montréal, Ricardo Lamour porte plusieurs chapeaux en plus de celui de comédien. Avec une grande expérience dans le milieu culturel, communautaire ainsi que dans l’écosystème philanthropique, il saura nous aider avec sa sensibilité analytique.

En 2014, il lance le premier album de rap unplugged au Québec. En 2016, l’auteur-compositeur-interprète lance son deuxième album. Il présente sa musique à Pointe Noire, au Congo, à l’été 2017 dans le cadre du Festival Afropolitain Nomade. Fondateur de Bout du Monde et des Productions Emrical, Ricardo Lamour est aussi entrepreneur social et chroniqueur. Il se spécialise dans les stratégies à mettre en place afin de créer des environnements favorables aux choix santé et à la mobilisation citoyenne. Ricardo est en mesure de mettre en place des mécanismes de planification concertés et collectifs, d’évaluation de processus, d’influence auprès des décideurs. Ricardo Lamour est membre de la commission permanente de Culture Montréal sur la citoyenneté culturelle des jeunes, administrateur d’un organisme de justice alternative, juge et ancien lauréat du prix Forces Avenir, lauréat du Prix Pauline-Julien (Petite Vallée en 2010), récipiendaire du lys de la diversité de Média Mosaïque en 2016, et enfin, récipiendaire de la médaille du 28e Lieutenant-Gouverneur du Québec Pierre Duchesne.

Bienvenue Ricardo !

« Est-ce que ce qu'on fait aujourd'hui va changer la couleur du ciel? Respectons notre génie. »

Richard Sabeh

Texte: Richard Sabeh

Le 21 juin dernier se tenait la Journée nationale des peuples autochtones. Pour l'occasion, des centaines d'événements et de célébrations se déroulaient à travers le Canada afin de souligner l'apport des Premières nations et rappeler l'état de la cohabitation sur leurs territoires ancestraux. Exeko était sur place afin de marquer son appui.

QUAI DE L’HORLOGE

La journée a débuté dans la fébrilité et l'anticipation. Aux coups de 11h au Quai de l'horloge, dans le Vieux-Montréal, on attendait avec impatience l'annonce de la mairesse de Montréal, pour lancer le coup d'envoi. Le lieu a été choisi à dessein, il s'agit de l’endroit prévu pour une future ambassade culturelle autochtone. Le projet est porté à bout de bras par DestiNATIONS : Carrefour international des arts et cultures des peuples autochtones depuis plusieurs années et les participant.e.s rassemblé.e.s espèrent une annonce de son support. D'ailleurs les responsables de l'événement – membres de Terre en Vue, Destinations, Tourisme Autochtone Québec et Présence Autochtone – étaient sur place, un casque de construction sur la tête, afin de lancer le message qu'ils/elles sont prêt.e.s pour la première pelletée de terre.

Des représentantes de la ville, ainsi que le ministre responsable des affaires autochtones, M. Geoffrey Kelley, étaient également présent.e.s et donnaient des entrevues aux médias alors que s'était réunie, autour de la scène, une foule diverse, composée de membres de la communauté autochtone, de nouveaux et de nouvelles arrivant.e.s, de familles et de jeunes auxquels se mêlaient quelques touristes curieux, attirés par l'effervescence ambiante.

Puis la nouvelle nous arrive, non seulement la ville s'engage-t-elle à soutenir le projet d'ambassade à hauteur de 10%, mais elle répond positivement à la demande du Conseil de bande de Kahnawake et s'engage à restituer les sépultures autochtones en sa possession. À cette annonce, un feu est allumé au rythme du tambour et on invite les participant.e.s à y déposer une poignée de tabac sacré.

C'est sur le thème de la réconciliation que les dignitaires ont ensuite entrepris l'érection d'un tipi afin de symboliser la construction d'une nouvelle maison pour l'art et la culture autochtone, mais également d'un monde meilleur que nous devons bâtir ensemble. M. Kelley, nous rappelle à cette occasion que l'histoire de Montréal précède largement sa date de fondation, mais qu'à travers toutes ces époques, elle aura été une terre de rencontre où les amitiés se forgent, un carrefour commercial où les ententes se concluent.

 

SQUARE CABOT

En milieu d'après-midi, les célébrations se poursuivaient au Square Cabot où une série d'artistes originaires des quatre coins de l'Amérique du Nord se produisaient en spectacle. Sur la scène, on a invité le parterre à initier une grande danse en cercle, main dans la main. Une longue file humaine s'est alors entortillée formant parfois des spirales, parfois des serpentins pendant que les artistes battaient la musique du pied. Chanteurs de pow-wow contemporain anishnabés, troupe composée de danseurs hopis, tewa et choctaw, compositrice inuk-mohawk du Nunavik, Dj originaire de l'Arctique se sont succédé.e.s pour partager un morceau de leur héritage.

Se joignaient à eux des organisations de terrains comme Projet Iskweu qui offrait sous sa tente des boucles d'oreilles confectionnées par les résidentes du foyer pour femme autochtone de Montréal; ainsi que Sim, Naka et Putilik qui donnaient un atelier de taille de pierre à savon où les participant.e.s s'entassaient pour apprendre à faire un Inuksuk.

BBQ au PAQ

Plus tard en soirée, Exeko s'est rendu au PAQ à l'occasion de son BBQ portes ouvertes afin de s'entretenir avec les participant.e.s. Pour l'un d'eux, descendant inca qui fréquente Projets Autochtones du Québec, afin de renouer avec ses frères et sœurs, il est impératif de vivre sa culture dans la modernité. Il nous révèle ainsi que lors de chaque pleine lune, il se rend au Mont-Royal afin de danser, iPod à la main. Cette tension entre un Québec contemporain et une culture ancestrale est tangible dans les témoignages que nous avons recueillis. Il s'agit pour ceux et celles qui le souhaitent de pouvoir incarner leurs origines ici et maintenant, sans pour autant avoir à faire des contorsions, sans se faire dévisager.

Le sentiment d'exclusion de leur propre terre est largement partagé. Plusieurs nous demandent comment nous nous sentirions si un autochtone venait nous serrer la main et nous dire: « Bienvenue chez nous. » Toutefois certaines initiatives, comme la salle de contemplation de l'hôpital Notre-Dame, sont accueillies positivement tout comme chaque manifestation de leur culture dans l'espace publique. Pour plusieurs d'entre eux, cette reconnexion avec leurs racines doit se faire par l'enseignement des langues autochtones. Des langues dont ils/elles furent éloigné.e.s par le passé, en toute connaissance de cause.

La journée s'est conclue aux lueurs d'un feu, alors que les participant.e.s, à tour de rôle, prenaient la parole pour partager avec l'assistance un conte de leur enfance, que des grands-pères, des tantes et des frères leur avaient transmis.

 

Ce projet est rendu possible grâce au soutien de la Ville de Montréal

On pourrait dire que la table est mise pour un grand moment d’échange. Nous sommes au Boulot vers, un organisme qui œuvre à l’insertion professionnelle auprès de jeunes. Simon et Bianca, médiateur.trice.s à Exeko, en sont au deuxième atelier d’un cycle de trois. Ils sont entourés de cinq jeunes adultes. Le sujet de la discussion aujourd’hui? « Qu’est-ce qu’un adulte. »

La pièce est le compte rendu d’un grand moment. Le partage entre sept individus qui se rencontre dans l’échange. Pourquoi devenir adulte? C’est une question que tout le monde se pose. Quand est-ce que je suis devenu adulte? Le suis-je vraiment? Et pourquoi ne serais-je pas un enfant dans un corps d’adulte? Ai-je toujours mon âme d’enfant? Durant deux heures, on a défini le concept d’adulte. Puis, on a pris en exemple des figures connues pour se questionner si ces adultes répondaient à nos critères. Est-ce que Bachelard, dont l’œuvre comprend des titres imaginaire comme «Poétique de la rêverie» et «L’eau et les rêves», qui a passé sa vie à réfléchir à l’imaginaire et aux rêves est un adulte sérieux? Est-ce qu’Amy Winehouse, dont les excès sont bien connus, prenait ses responsabilités d’adulte? Est-ce que Trump, dont les sautes d’humeurs sont notoires, est un adulte qui prend des décisions éclairées? Ce sont ses réflexions qui ont mené à la création du texte qui suit.

Merci à tous les participants et participantes. Votre ouverture d’esprit et votre partage ont été la bougie d’allumage de cette matinée philosophique.

Pages

Sous la responsabilité de la directrice des partenariats et de la directrice des communications, la personneen poste a pour objectif principal de...

Il nous raconte qu’il s’est fait voler toutes ses choses; nous lui proposons alors de lui redonner un carnet et un stylo. Je lui demande...

Possédez-vous un objet que vous pourriez léguer à un musée? Un objet qui a du sens pour vous ou qui vous est cher? Que ce soit un souvenir d’...

Andréanne leur demande ensuite qui s’est découvert une passion pour la photo? et Marc et Mélodie lèvent la main, avec le sourire. Vers la...

  • « By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years. »

    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada

  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)

  • «  I write my thoughts in my head, not on paper, and my thought is not lost. »

    Participant @PACQ

  • « Why use paper when it is as beautiful as this? »

    One of the co-creator for Métissage Urbain

  • « I Have my own identity ! »

    Putulik, Inuit participant, Métissage Urbain

  • « It is terrible for a society to ignore people with such talent! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses about ART and ID projects

  • « Art has the advantage to make people talk about abilities rather than limitations, when confronted with an intellectual disability.  »

    Delphine Ragon, Community Programs Manager, Les Compagnons de Montréal

  • « Over the past few years, we have been seeing more and more high quality productions by people with an intellectual disability who truly are artists.  »

    Julie Laloire @AMDI

  • « Exeko implements creative solutions to several problematic, gives a voice to those we don't hear and hope to the underprivileged. »

    Bulletin des YMCA

  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)

  • « ...empowering the children, and giving them confidence »

    APTN National News

  • « It’s a great program for children to learn about their traditions and to increase their interaction with Elders in the community. »

    Erika Eagle, Social Development Assistant with Waswanipi Brighter Future

  • « We are not higher, we are not lower, we are equal. »

    Simeoni, participant idAction Mobile

  • « Receving is good, but giving is better »

    Participant [email protected]

  • « They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work. »

    Participant, [email protected] Bonneau

  • « What better way to strengthen intergenerational ties? [...] A meeting between peers, a place for expression, learning and recovery »

    Chantal Potvin, reporter at Innuvelle

  • «  I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer »

    A participant, idAction Mobile

  • «  By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years. »

    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada

  • «  ...empowering the children, and giving them confidence »

    APTN National News

  • «  I was completely alone today, thanks for talking to me »

    Elie, participant @idAction Mobile

  • «  They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work. »

    Participant, [email protected] Bonneau

  • «  Today, the power acquired through knowledge is more far-reaching than knowledge itself. »

    André Frossard

  • « By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years.»
    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada
  • « Exeko implements creative solutions to several problematic, gives a voice to those we don't hear and hope to the underprivileged.»
    Bulletin des YMCA
  • « Over the past few years, we have been seeing more and more high quality productions by people with an intellectual disability who truly are artists. »
    Julie Laloire @AMDI
  • « Art has the advantage to make people talk about abilities rather than limitations, when confronted with an intellectual disability. »
    Delphine Ragon, Community Programs Manager, Les Compagnons de Montréal
  • « It is terrible for a society to ignore people with such talent!»
    Hélène-Elise Blais, les Muses about ART and ID projects
  • « I Have my own identity !»
    Putulik, Inuit participant, Métissage Urbain
  • « Why use paper when it is as beautiful as this?»
    One of the co-creator for Métissage Urbain
  • « I write my thoughts in my head, not on paper, and my thought is not lost.»
    Participant @PACQ
  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)
  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)
  • « Today, the power acquired through knowledge is more far-reaching than knowledge itself.»
    André Frossard
  • « They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work.»
    Participant, [email protected] Bonneau
  • « They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work.»
    Participant, [email protected] Bonneau
  • « We are not higher, we are not lower, we are equal.»
    Simeoni, participant idAction Mobile
  • « I was completely alone today, thanks for talking to me»
    Elie, participant @idAction Mobile
  • « Receving is good, but giving is better»
    Participant [email protected]
  • « What better way to strengthen intergenerational ties? [...] A meeting between peers, a place for expression, learning and recovery»
    Chantal Potvin, reporter at Innuvelle
  • «  ...empowering the children, and giving them confidence»
    APTN National News
  • « By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years.»
    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada
  • « It’s a great program for children to learn about their traditions and to increase their interaction with Elders in the community.»
    Erika Eagle, Social Development Assistant with Waswanipi Brighter Future
  • « ...empowering the children, and giving them confidence»
    APTN National News