Blogue

(c) Audrey Lise Mallet

 

Nellie Soland a rejoint l'équipe cet automne en tant qu'agente de projet, dans le cadre de son stage en Intervention sociale. Depuis cet hiver, elle accompagne James Galwey, médiateur de la caravane idAction Mobile, deux fois par mois principalement au centre-ville. A travers ses rencontres, elle nous confie ses impressions sur cet itinéraire hors du commun.

 

Je vous partage ici quelques fragments de mes pensées en lien avec les sorties d’idAction mobile. À l’intérieur d’une minute, de quelques heures, au courant des semaines, les plus vieilles pensées mijotent, se mélangent avec de nouvelles qui, elles, entrent à cent kilomètre-heure dans mon cerveau trop petit et trop grand, qui aimerait tant pouvoir tout écrire, mais qui se limite à ce qu’il arrive à mettre en mots ou en images pour le moment. Il faut que je commence quelque part pour éviter le syndrome de la page blanche, que je connais trop bien !

Nous nous donnons généralement rendez-vous à la van, dans le stationnement de l’Église catholique Saint-Enfant-Jésus. Dans mon expérience, dès ces premiers moments, les discussions s’enchaînent.

C’est autant excitant d’apprendre à connaître la personne avec qui nous allons rouler ou avec qui nous avons l’habitude de rouler, que les personnes que nous allons rencontrer au courant de la sortie. 

Exeko encourage et inspire les médiatrices.teurs (ainsi que l’équipe de bureau) à cultiver ce qui les rend uniques, ainsi qu’à chercher cela chez les personnes que l’on rencontre pendant les sorties. Il y a quelque chose de magique à se demander quelles seront les belles rencontres que je ferais aujourd’hui ou ce soir, ou bien quel lien déjà existant entre une personne et moi sera renforcé, et ce, autant avec les personnes médiatrices que les personnes avec qui nous initions des conversations.  Ça me rappelle le sentiment que j’avais lorsque, toute petite, je rentrais le vendredi soir, dans un Blockbuster pour choisir les films que j’allais écouter au courant de la fin de semaine. Je pense que, sans m’en rendre compte, c’était quelque chose qui me manquait : d’entrer dans un univers, puis un autre, puis un autre... Je remarque avoir malheureusement perdu cette habitude en vieillissant. J’ai aussi un tempérament un peu timide et réservé, ce qui a sans doute créé le réflexe chez moi de me renfermer aux autres, même si j’adore faire de nouvelles rencontres. À cela s’ajoutent les échanges étant faits de plus en plus de manière virtuelle, qui participent à ma mauvaise habitude de me diriger et de me contenter de ce qui est plus confortable socialement. Toutefois, les réflexions que j’ai depuis que je fais de la médiation me poussent à vouloir m’ouvrir à ceux et celles qui ne sont pas mes ami.e.s proches ou des membres de ma famille. Cette ouverture qui se développe chez moi depuis que j’ai commencé la médiation m’inspire et me touche.

  Bref, c’est ça, les sorties avec la van : entrer dans un univers, puis un autre, puis un autre, sans craindre l’inconnu et l’inconfort. C’est vouloir échanger, partager, rire, argumenter, et le tout en le respect et les limites de chacun.e. Un autre aspect que j’aime des sorties mobiles, c’est que l’itinéraire de chaque médiatrices.teurs est unique et il se transforme avec le temps et avec l’expérience des sorties; pour eux comme pour moi.  L’itinéraire est important à la médiation mobile, mais il faut savoir ne pas le suivre à la lettre. C’est une des nombreuses dualités de la médiation! C’est-à-dire que c’est facile de se perdre dans toute la liberté qu’offrent les sorties, comme c’est facile de perdre l’authenticité des sorties à l’intérieur d’un moule trop rigide. Et il va de soi qu’un itinéraire peut rester le même de semaine en semaine, mais le voyage, lui, est toujours unique.

Par « itinéraire », je fais référence à une méthode choisie pour aller à la rencontre des gens. Choisir de s’arrêter n’importe où sur son passage est autant un itinéraire qu’une suite prévue d’arrêts.  L’habitude aide beaucoup à déterminer quand il est bien de se laisser aller et quand il faut être un peu plus rigide. Je remarque et admire ce "skill" chez les médiatrices.teurs expérimentés que j’accompagne. Pour autant, il n’y a pas de réponse précise à la question de quand se laisser aller et quand être plus rigide. C’est plutôt une réflexion perpétuelle qui est personnelle à chacun.e.

En parlant de rigidité, l’aspect que je trouve le plus difficile lors des sorties est de savoir quand « boucler la boucle » lors d’une discussion. Dans l’optique où l’on calcule le succès d’une sortie selon l’impact de celle-ci, est-ce que j’ai un moins gros ou un plus gros impact selon le nombre de personnes que je rejoins? Selon le temps que je leur accorde? …des questionnements sans réponses parfaites, et qui m’habitent. Ce qui me soulage est de faire confiance à mon feeling sur le moment. Je me force à me souvenir que, dans ma vie de tous les jours, que ce soit avec mes ami.es, ma famille, ou mes collègues de classes ou de travail, chacune des conversations que j’ai avec ses personnes se termine naturellement. Sans que j’y pense, mais surtout sans culpabilité.

La culpabilité. La culpabilité est un sentiment qui nous pousse à agir autant qu’il nous fait figer. J’ai longtemps eu une très mauvaise relation avec ce sentiment. Soit il m’habitait, soit je l’évitais. Je réalise « en vieillissant » que ce sentiment est tellement riche en information sur soi et sur le monde dans lequel nous vivons. Maintenant, je tente de l’accueillir, le questionner et même le remercier!  D’ailleurs, savoir approcher les gens est un art en soi, qui se pratique à mon avis à l’extérieur de la culpabilité et c’est ce qui m’a poussée à réellement changer ma perspective.  Il y a toujours une perspective plus intéressante que celle de la culpabilité. 

Savoir approcher les gens, c’est aussi savoir rester soi-même dans le respect de l’autre, malgré toutes les réactions possibles qu’approcher cette personne pourrait engendrer chez elle.  Facile à dire ! Mais avec le temps, on apprend à le faire. Je pense que c’est une question d’ego. Nous avons beau nous répéter qu’il ne faut pas le prendre personnel si quelqu’un refuse ou est insulté qu’on les approche, et nous avons beau y croire réellement, l’ego agit aussi dans l’inconscient. Et dans l’inconscient, je pense que la majorité des humains veulent non seulement être aimés de tous, mais que leurs (bonnes) intentions soient reconnues. C’est selon moi ce qui explique parfois la différence entre ce que nous pensons et ce que nous ressentons, sur le coup. Et c’est surtout sur le coup, lorsque l’on est surpris, que l’inconscient refait surface! 

La médiation d’Exeko est un travail qui est si proche de soi. C’est une confrontation à soi-même à travers les réactions des autres, les siennes, et les discussions, certaines plus intéressantes que d’autres et certaines plus choquantes que d’autres.

Lors d’une de mes sorties avec James, nous avons discuté avec un homme à la station McGill. Il aimait le dessin et particulièrement dessiner des mondes fantastiques et l’architecture. Il s’inspirait beaucoup des jeux du genre Donjon et dragon. Il nous dit qu’après avoir utilisé des objets technologiques (ex. cellulaire), pour une raison précise et pratique, il les revend systématiquement. Il dit qu’ils ont leur propre manière de penser et qu’il n’aime pas la façon dont ils pensent, car ils tuent la créativité, sa créativité. Pour moi, le simple fait de personnifier ces objets que j’utilise tous les jours m’a fait réaliser l’impact qu’ils ont sur ma vie. 

Je vous laisse sur cette pensée.

Nellie

 

Nous tenons à remercier nos partenaires publics de contribuer au succès du projet idAction Mobile : Gouvernement du Canada, Gouvernement du QuébecVille de Montréal et Arrondissement de Ville-Marie.

Chloé Barrette-Bennington pour Exeko

Encore une fois, le groupe Exeko me met au défi de répondre à une de leurs questions tellement personnelle et vaste comme toujours. L’art sert à quoi et à qui ?

Pour moi, l’art sert à exprimer des émotions ainsi que des visions. Il sert à créer. Chaque jour, dès notre réveil, nous commençons à créer une nouvelle journée. Nous sommes donc tous artistes. Par exemple par les vêtements que l’on porte, notre humeur, nos mouvements et ce, même sans s’en rendre compte. Alors que notre routine commence, certaines personnes nous observent et font fonctionner leur créativité qui deviendra de l’art.

Nos mouvements peuvent inspirer un danseur, un sculpteur, un comédien. Nous faisons partie du processus de création sans le savoir. Regardez bien autour de vous, les vêtements d’hier deviendront ceux que l’on créera dans quelques années et c’est grâce à vous.

Votre lunch peut, pour quelqu’un, devenir de l’art culinaire seulement par sa simplicité. Ça peut même inspirer une nouvelle façon de se nourrir.

Donc, l’art sert à tous ceux qui veulent créer.

Et maintenant, il sert à quoi ?

Il sert à enseigner l’histoire, présente, passée et future. Il sert à divertir, réfléchir, confronter, discuter, critiquer. Il ne laisse personne indifférent.

L’art sert à enrichir nos connaissances, à notre évolution, à nous faire rire, pleurer et à exprimer plusieurs émotions. Même la déprime, la colère et la joie.

Un poème débute souvent par une boule dans la gorge. Le sentiment d’une injustice, d’un mal d’amour, mal du pays. Chaque artiste, dont nous-mêmes faisons partie, l’exprime différemment. Certains choisissent les mots et d’autres la peinture ou les notes de musique.

Soyez créatifs, soyez vous-mêmes et vous serez l’objet d’art le plus recherché et le plus précieux.

Gilles Lamarche

P.S. Pablo Picasso a dit que tout acte de création est d’abord un acte de destruction. Nous démolissons tout et nous recommençons à neuf. Qu’en pensez-vous ?

P.P.S. Moi, je ne suis pas d’accord. Les sculptures sont souvent faites avec des pièces recyclées.    

 

 

Gilles Lamarche participe aux activités d'idAction organisées avec la Maison des amis du Plateau-Mont-Royal. Cette initiative est possible en partie grâce à nos partenaires financiers : Ville de Montréal et Arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

         

Note de la rédaction : Le 30 septembre 2021, le Canada a célébré la première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation. Pour souligner cet événement, nous nous sommes questionnés sur les concepts de vérité et de réconciliation lors de notre atelier idAction à la Maison des amis du Plateau. À la suite de cette rencontre, Gilles a souhaité nous partager quelques-unes de ces réflexions.

 

Aujourd’hui [NDLR : le 30 septembre 2021], nous avons essayé, dans notre groupe d’Exeko de la Maison des amis, de discuter de ce nouveau concept de paix. Cette journée fériée n’était que pour le gouvernement seulement et non pour les gens ordinaires ou extraordinaires comme nous.

N’oublions pas qu’il [le gouvernement] est et était le problème et coupable de crimes odieux. Il n’était pas le seul. L’Église Catholique, les colonisateurs britanniques et français ont eu leur part de torts. Tout cela pour que ce peuple [les autochtones] soit assimilé à leur image – supposément civilisée – même si ce peuple respectait la nature et la vie selon leurs besoins et étaient les premières personnes éco responsables bien avant les gaz à effet de serre.

Soyons honnêtes envers la plupart d’entre nous. Nous ne nous sentons aucunement concernés par ces anciennes histoires. Faux ! Cela fait partie de notre héritage qu’on le que l’on veuille ou non. Agissons maintenant pour leur redonner leur fierté.

On m’a demandé si j’étais au courant de l’histoire des pensionnats et j’ai dit que ça m’avait été raconté quand j’étais à l’école primaire. Comme j’aimais l’histoire, j’ai continué à m’informer. J’ai toujours voulu voir plus loin que mon nombril. Pour mieux comprendre.

Nous ne pouvons pas effacer ou changer l’histoire ni simplement dire «désolé». Ça ne suffira jamais à comprendre ou alléger les souffrances. Porter un chandail orange pour célébrer, contester ou pour toutes autres raisons, c’est bien, mais le mieux serait de laisser ce peuple nous raconter leur histoire comme il l’ont vécu et nous obtiendrons une vérité : la leur. Avec celle du gouvernement et celle de l’Église, nous aurons trois vérités.

À qui allons-nous confier cette tâche ? Cette lourde tâche de récolter les différentes vérités ? À un historien, oui. Mais ces informations, d’où viendront-elles ? Des nations abusées ? Des documents gouvernementaux ou ecclésiastiques dont certains sont falsifiés ?

De quoi ce peuple a-t-il besoin ? Des excuses longtemps attendues ? Des compensations ? Ou de leur laisser reprendre leur place dans la société que nous continuons de considérer comme la nôtre ?

La réconciliation viendra, non pas des instances supérieures, mais seulement de notre conscience. Ce qui a été fait ne peut pas être défait. C’est à nous d’y voir individuellement et de poser un geste vers l’autre. C’est peu, mais très efficace. Arrêtons d’attendre après le gouvernement et ses promesses pour agir.

Nos ancêtres ont fermé les yeux. Ne faisons pas comme eux.

Merci.

P.S. Toutes les statues et monuments ne devraient aucunement être détruits car c’est aussi notre histoire. Je souhaiterais que l’on affiche les rectifications, tant aux événements qu’au parcours du personnage afin que les générations futures puissent essayer de comprendre et apprendre que chaque peuple, à travers l’histoire, a droit à sa vérité.

Arrêter de cacher la honte de ne pas avoir agi et ignorer ne devrait pas faire partie de notre vocabulaire. C’est à eux de vouloir nous pardonner.

Gilles Lamarche

 

 

Gilles Lamarche participe aux activités d'idAction organisées avec la Maison des amis du Plateau-Mont-Royal. Cette initiative est possible en partie grâce à nos partenaires financiers : Ville de Montréal et Arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

    

Crédit : Ezra Bridgman

Cette question m’a été posée par une jeune dame à la Maison des amis. 

Ma première réponse, sans réfléchir et à froid, a été : oui, c’est nécessaire. Quelques jours plus tard, j’ai eu des doutes. J’ai donc vérifié la définition de désir. Elle est courte et simple. Trop simple pour moi.

Désir, définition abrégée : action de désirer, sentiment, objet de désir, se faire des illusions, appétit sexuel.

Désir et appétit sexuel vont de pair quand on pense au mot désir, mais qu’en est-il quand le désir, notre désir, n’est pas celui de l’autre partenaire. Il devient illusion. Il peut même devenir fantasme. Bon ou mauvais selon les situations ou relations. 

Le désir peut être pernicieux et nous faire perdre nos valeurs personnelles comme le fait de désirer la mort ou la maladie à une personne par vengeance. Faut-il donc y répondre ? À vous de décider car toute action engendre une réaction et c’est ce qui nous fait interagir avec ceux qui nous entourent.

Le désir n’est pas seulement illusions, il peut être concret : désirer apprendre une langue, danser, suivre des cours, faire du sport, etc.

Samedi, par hasard, étant assis sur un des rares bacs de parc de la rue Mont-Royal, j’ai rencontré une dame et son ami. En parlant de rencontres précédentes et du lot du Lotto Max étant à 70 millions de dollars, elle, lui et moi n’étions pas d’accord sur la somme et ce que cela représenterait pour nous. 

Elle ne prend jamais de billet tandis que j’en ai pris deux avec des connaissances de la pharmacie et lui en pris plusieurs. 

Son désir à lui est de pouvoir finalement s’offrir tout le luxe qu’il dit avoir manqué dans sa vie et être indépendant. 

Elle, sans moyen financier extravagant, n’avait que le seul désir de magasiner des vêtements qui lui plaisent dans des friperies.

Moi, mon désir était de partager avec deux semi inconnues car 70 millions c’est trop.

Comme le désir est illusoire et que rêver est permis, ma réponse à la question initiale est : non car certains désirs inassouvis sont plus importants pour notre bien-être que des désirs accomplis auxquels nous avons répondus. 

Désirer le bien, je suis pour. Désirer le mal, je suis contre. 

Gilles Lamarche

P.S. Jouez le jeu et demandez à votre entourage ce qu’il en pense. Discuter nous fait avancer.

 

 

Gilles Lamarche participe aux activités d'idAction organisées avec la Maison des amis du Plateau-Mont-Royal. Cette initiative est possible en partie grâce à nos partenaires financiers : Ville de Montréal et Arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

 

    

 

 

Pages

Ce recrutement se situe au niveau du pôle de programmes en collaboration avec les Premières nations, qui inclut des programmes en communautés...

Bref, c’est ça, les sorties avec la van : entrer dans un univers, puis un autre, puis un autre, sans craindre l’inconnu et l’inconfort.

Pour moi, l’art sert à exprimer des émotions ainsi que des visions. Il sert à créer.

Nous ne pouvons pas effacer ou changer l’histoire ni simplement dire «désolé». Ça ne suffira jamais à comprendre ou alléger les souffrances.

  • « By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years. »

    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada

  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)

  • «  I write my thoughts in my head, not on paper, and my thought is not lost. »

    Participant @PACQ

  • « Why use paper when it is as beautiful as this? »

    One of the co-creator for Métissage Urbain

  • « I Have my own identity ! »

    Putulik, Inuit participant, Métissage Urbain

  • « It is terrible for a society to ignore people with such talent! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses about ART and ID projects

  • « Art has the advantage to make people talk about abilities rather than limitations, when confronted with an intellectual disability.  »

    Delphine Ragon, Community Programs Manager, Les Compagnons de Montréal

  • « Over the past few years, we have been seeing more and more high quality productions by people with an intellectual disability who truly are artists.  »

    Julie Laloire @AMDI

  • « Exeko implements creative solutions to several problematic, gives a voice to those we don't hear and hope to the underprivileged. »

    Bulletin des YMCA

  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)

  • « ...empowering the children, and giving them confidence »

    APTN National News

  • « It’s a great program for children to learn about their traditions and to increase their interaction with Elders in the community. »

    Erika Eagle, Social Development Assistant with Waswanipi Brighter Future

  • « We are not higher, we are not lower, we are equal. »

    Simeoni, participant idAction Mobile

  • « Receving is good, but giving is better »

    Participant [email protected]

  • « They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work. »

    Participant, [email protected] Bonneau

  • « What better way to strengthen intergenerational ties? [...] A meeting between peers, a place for expression, learning and recovery »

    Chantal Potvin, reporter at Innuvelle

  • «  I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer »

    A participant, idAction Mobile

  • «  By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years. »

    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada

  • «  ...empowering the children, and giving them confidence »

    APTN National News

  • «  I was completely alone today, thanks for talking to me »

    Elie, participant @idAction Mobile

  • «  They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work. »

    Participant, [email protected] Bonneau

  • «  Today, the power acquired through knowledge is more far-reaching than knowledge itself. »

    André Frossard

  • « By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years.»
    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada
  • « Exeko implements creative solutions to several problematic, gives a voice to those we don't hear and hope to the underprivileged.»
    Bulletin des YMCA
  • « Over the past few years, we have been seeing more and more high quality productions by people with an intellectual disability who truly are artists. »
    Julie Laloire @AMDI
  • « Art has the advantage to make people talk about abilities rather than limitations, when confronted with an intellectual disability. »
    Delphine Ragon, Community Programs Manager, Les Compagnons de Montréal
  • « It is terrible for a society to ignore people with such talent!»
    Hélène-Elise Blais, les Muses about ART and ID projects
  • « I Have my own identity !»
    Putulik, Inuit participant, Métissage Urbain
  • « Why use paper when it is as beautiful as this?»
    One of the co-creator for Métissage Urbain
  • « I write my thoughts in my head, not on paper, and my thought is not lost.»
    Participant @PACQ
  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)
  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)
  • « Today, the power acquired through knowledge is more far-reaching than knowledge itself.»
    André Frossard
  • « They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work.»
    Participant, [email protected] Bonneau
  • « They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work.»
    Participant, [email protected] Bonneau
  • « We are not higher, we are not lower, we are equal.»
    Simeoni, participant idAction Mobile
  • « I was completely alone today, thanks for talking to me»
    Elie, participant @idAction Mobile
  • « Receving is good, but giving is better»
    Participant [email protected]
  • « What better way to strengthen intergenerational ties? [...] A meeting between peers, a place for expression, learning and recovery»
    Chantal Potvin, reporter at Innuvelle
  • «  ...empowering the children, and giving them confidence»
    APTN National News
  • « By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years.»
    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada
  • « It’s a great program for children to learn about their traditions and to increase their interaction with Elders in the community.»
    Erika Eagle, Social Development Assistant with Waswanipi Brighter Future
  • « ...empowering the children, and giving them confidence»
    APTN National News