idAction au Musée des beaux-arts : quand art inuit et art contemporain se rencontrent

idAction au Musée des beaux-arts : quand art inuit et art contemporain se rencontrent

La semaine dernière se terminait notre premier cycle d’ateliers idAction au Module du nord québécois. Grâce à l’accueil et l’enthousiasme contagieux des participants (des Inuit en séjour médical à Montréal), ces ateliers nous ont transportés au Nunavik, à travers la confection d’une murale inclusive, le visionnement de films sur les traditions inuit, une sortie de pêche sur glace ainsi qu'une visite au Musée McCord.

Nous ne pouvions concevoir la clôture de ces ateliers sans une visite au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) qui possède une collection exceptionnelle de sculptures, dessins et estampes inuit du Nunavut et Nunavik. C’est dans le cadre de leur programme Musée en partage qu’Exeko fut invité à y animer un atelier idAction au sein de leur collection d’art québécois et canadien.

Sept participantes et participants originaires de Kuujjuaq, Akulivik, Puvirnituq et Umiujaq ont accepté de nous accompagner à cette sortie. L’idée de départ était toute simple : nous désirions tout d’abord avoir une visite personnalisée de la collection inuit, commentée par les participants. Nous croyons qu’il n’y a pas meilleurs experts à propos de l’art inuit que des inuit eux-mêmes, surtout lorsqu’ils sont aussi sculpteurs (ce qui était le cas pour 4 de nos participants).

(c) Michel Dubreuil

 

« Je connais cet artiste, et je l'ai vu sculpter cette pièce »

Non seulement les participants s’y connaissaient en art inuit, mais ils étaient aussi des proches de certains artistes dont les œuvres sont exposées au MBAM. Notamment, une dame de Puvirnituq qui aurait voulu nous accompagner (mais qui n’a pu se libérer de son rôle d’accompagnatrice médicale ce jour-là), a été particulièrement interpelée par l’œuvre utilisée pour notre affiche de recrutement. Représentant un groupe d’Inuit migrant à bord d’une embarcation traditionnelle, cette fameuse sculpture de Joe Talirunnilik (Talirunili) (1893-1976, Puvirtnituq, Nunavik) est évocatrice d’un grand savoir-faire de la part de l’artiste, ainsi qu’un pan de l’histoire locale des Inuit de cette région. Nous nous attendions à tout comme commentaire, sauf celui de cette dame : « Je connais cet artiste, et je l’ai vu sculpter cette pièce. J’étais à côté de lui, il me laissait le regarder travailler quand j’étais petite ».  

Untitled (Migration), 1964. Artist: Joe Talirunnilik (Talirunili), Puvirnituq, 1893-1976 Steatite, sealskin, bone, synthetic sinew, red paint

(c) Musée des beaux-arts de Montréal  

À propos de cette même pièce, la guide du MBAM qui nous accompagnait durant cette sortie nous a expliqué que l’artiste s’est représenté lui-même dans le groupe d’Inuit à bord du bateau (c’est le petit garçon qui s’étire le cou au centre). L’œuvre représente l’histoire de gens qui on été pris dans des glaces flottantes au printemps et qui ont survécu grâce à leur ingéniosité en fabriquant cette embarcation avec du bois flotté. Et en dessous de la pièce, l’artiste a écrit le nom de chaque personne qui a ainsi survécu à cette aventure. En entendant cela, une des participantes se demanda pourquoi ces précieuses informations ne figurent pas dans l’exposition? Et du même élan elle proposa une solution : photographier ledit dessous de la sculpture, et présenter la photo à côté de l’objet avec l’explication de l’histoire.

 

La transmission d'un savoir par les participants

Il n’y a pas assez de place dans cet article de blogue pour vous communiquer toutes les histoires que les participants nous ont racontées à propos de ces œuvres, histoires qui allaient de précision techniques à propos des types de pierre et matières osseuses utilisés comme support artistique, à des descriptions des savoirs et coutumes inuit évoquées par ces pièces, des connaissances sur les animaux représentés, aux histoires personnelles que ces objets d’art rappelaient aux participants. Et finalement, fidèles à la façon d’être et de faire inuit, les participants ont exercé leur humour en commentant entre eux les pièces, décrochant de nombreux rires parmi le groupe tout au long de la visite. Cet humour typiquement inuit sert à enseigner des choses importantes de la vie, et démontre bien leur résilience lors de moments stressants, telles les visites médicales à Montréal.

Nous avons aussi visité d’autres portions des collections d’art canadien et québécois du MBAM, nous positionnant alors dans un mode davantage découverte et interprétation libre. Nous avons donc échangé nos perspectives à propos d’art traditionnel et contemporain autochtone de la côte Nord-Ouest (Haida, Tlingit), autour des œuvres incisives, humoristiques et critiques de l’artiste-peintre cri Kent Monkman, tout en papillonnant entre Jean-Paul Riopelle, Paule-Émile Borduas, Guido Molinari, et j’en passe.

(c) Michel Dubreuil  

Je termine cet article en réfléchissant au titre que je lui ai donné. Peut-on vraiment faire la distinction entre l’art inuit et l’art contemporain? Je ne pense pas. Mais parle-t-on ici de la même chose? Absolument pas. À la lumière de cette visite idAction avec les participants du Module du nord québécois, je pense que la question reste ouverte, et nécessiterait de plus amples réflexions, idéalement avec des artistes inuit et non inuit. Une idée pour un prochain atelier en milieu muséal? À suivre… 

 

Pour en savoir plus, découvrez la collection d’art québécois et canadien du Musée des beaux-arts de Montréal : visite virtuelle ici!

C'est avec grand plaisir que nous accueillons deux nouvelles administratrices au Conseil d’Administration d’Exeko : Dinah et Tonia.

La Direction générale adhère et porte les valeurs, la mission et la vision d’avenir de l’organisme avec un haut niveau de détermination, d’...

Sous la supervision de la direction générale, le mandat principal est d’assurer le développement, la planification, le déploiement et le suivi de...

Notre CA est composé de 13 administrateurs(trices) (composition actuelle disponible...

  • « By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years. »

    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada

  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)

  • «  I write my thoughts in my head, not on paper, and my thought is not lost. »

    Participant @PACQ

  • « Why use paper when it is as beautiful as this? »

    One of the co-creator for Métissage Urbain

  • « I Have my own identity ! »

    Putulik, Inuit participant, Métissage Urbain

  • « It is terrible for a society to ignore people with such talent! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses about ART and ID projects

  • « Art has the advantage to make people talk about abilities rather than limitations, when confronted with an intellectual disability.  »

    Delphine Ragon, Community Programs Manager, Les Compagnons de Montréal

  • « Over the past few years, we have been seeing more and more high quality productions by people with an intellectual disability who truly are artists.  »

    Julie Laloire @AMDI

  • « Exeko implements creative solutions to several problematic, gives a voice to those we don't hear and hope to the underprivileged. »

    Bulletin des YMCA

  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)

  • « ...empowering the children, and giving them confidence »

    APTN National News

  • « It’s a great program for children to learn about their traditions and to increase their interaction with Elders in the community. »

    Erika Eagle, Social Development Assistant with Waswanipi Brighter Future

  • « We are not higher, we are not lower, we are equal. »

    Simeoni, participant idAction Mobile

  • « Receving is good, but giving is better »

    Participant [email protected]

  • « They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work. »

    Participant, [email protected] Bonneau

  • « What better way to strengthen intergenerational ties? [...] A meeting between peers, a place for expression, learning and recovery »

    Chantal Potvin, reporter at Innuvelle

  • «  I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer »

    A participant, idAction Mobile

  • «  By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years. »

    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada

  • «  ...empowering the children, and giving them confidence »

    APTN National News

  • «  I was completely alone today, thanks for talking to me »

    Elie, participant @idAction Mobile

  • «  They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work. »

    Participant, [email protected] Bonneau

  • «  Today, the power acquired through knowledge is more far-reaching than knowledge itself. »

    André Frossard

  • « By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years.»
    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada
  • « Exeko implements creative solutions to several problematic, gives a voice to those we don't hear and hope to the underprivileged.»
    Bulletin des YMCA
  • « Over the past few years, we have been seeing more and more high quality productions by people with an intellectual disability who truly are artists. »
    Julie Laloire @AMDI
  • « Art has the advantage to make people talk about abilities rather than limitations, when confronted with an intellectual disability. »
    Delphine Ragon, Community Programs Manager, Les Compagnons de Montréal
  • « It is terrible for a society to ignore people with such talent!»
    Hélène-Elise Blais, les Muses about ART and ID projects
  • « I Have my own identity !»
    Putulik, Inuit participant, Métissage Urbain
  • « Why use paper when it is as beautiful as this?»
    One of the co-creator for Métissage Urbain
  • « I write my thoughts in my head, not on paper, and my thought is not lost.»
    Participant @PACQ
  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)
  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)
  • « Today, the power acquired through knowledge is more far-reaching than knowledge itself.»
    André Frossard
  • « They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work.»
    Participant, [email protected] Bonneau
  • « They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work.»
    Participant, [email protected] Bonneau
  • « We are not higher, we are not lower, we are equal.»
    Simeoni, participant idAction Mobile
  • « I was completely alone today, thanks for talking to me»
    Elie, participant @idAction Mobile
  • « Receving is good, but giving is better»
    Participant [email protected]
  • « What better way to strengthen intergenerational ties? [...] A meeting between peers, a place for expression, learning and recovery»
    Chantal Potvin, reporter at Innuvelle
  • «  ...empowering the children, and giving them confidence»
    APTN National News
  • « By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years.»
    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada
  • « It’s a great program for children to learn about their traditions and to increase their interaction with Elders in the community.»
    Erika Eagle, Social Development Assistant with Waswanipi Brighter Future
  • « ...empowering the children, and giving them confidence»
    APTN National News