#Solidaires #AvecToi #AnnickCharette

#Solidaires #AvecToi #AnnickCharette

[For ENGLISH, click here]

 

Je suis un autre exemple des limites du système de justice en matière de violences sexuelles.

- Annick Charette

"Aujourd'hui, nous prenons la parole en tant que femmes, [quand aux "femmes" dont nous parlons (et dont nous faisons partie), elles seront ici cisgenres, trans ou refusant la binarité identitaire, c'est-à dire des femmes au sens où, d'une manière ou d'une autre, elles ne sont pas hommes]. 

Nous prenons la parole en tant que femmes marquées de nos histoires et de celles d’autres femmes qui ont croisé notre route, nous côtoient au quotidien, ont grandi avec nous et font partie des tristement ordinaires statistiques d'agressions sexuelles et de violences conjugales. Nous prenons la parole pour toutes celles parmi nous, trop nombreuses, qui ont préféré se taire plutôt que se heurter à l'humiliation de plus de voir leur parole remise en doute par un système qui acquitte des Gilbert Rozon.

Il y a deux jours, Gilbert Rozon fût disculpé pour la deuxième fois par la justice depuis le début du mouvement #Metoo. 

À la lecture de son jugement, la juge Mélanie Hébert a souligné que « Le mot d’ordre “croire la victime”, poussé par le mouvement #MoiAussi, n’a pas sa place en droit criminel, il est contraire au principe de la présomption d’innocence ». Elle a également ajouté que “même si le Tribunal ne croit pas la version des faits donnée par M. Rozon, celle-ci soulève tout de même un doute raisonnable […] Compte tenu de l’existence de ce doute […], M. Rozon doit être acquitté des accusations qui pèsent contre lui”.

En quelques mots dans un verdict, Mme le Juge, bras de la justice, et le doute raisonnable auront eu raison de la parole de la victime, du cran qu’il lui aura fallu pour étaler depuis des mois devant tout.te.s cette sinistre histoire qu’elle traîne avec elle depuis 40 ans et de la présomption de culpabilité de l’agresseur. 

Comment l’agresseur peut-il être reconnu non coupable jusqu'à preuve du contraire, quand la victime d'agression sexuelle est reconnue coupable d'avoir menti jusqu'à preuve du contraire? Comment un système judiciaire peut-il reconnaître publiquement qu’il ne croit pas la version de l’agresseur et pourtant l'acquitter? La violence d’un tel message envoyé aux victimes est asphyxiante: on pourrait éventuellement vous croire, mais on ne peut rien faire pour vous. Pire, on ne fera rien. Sommes-nous prêt.e.s à accepter sans ciller un système de justice qui blâme les victimes déjà lourdement impactées par la charge qu’elles auront à porter pour le reste de leurs vies, un système qui valide les comportements violents perpétrés sans crainte par des agresseurs ?

Un verdict d’autant plus brutal qu’il fût porté le jour même du dépôt du rapport du comité d'expert.e.s sur l’accompagnement des victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale, rapport réclamé à la suite du mouvement #MeToo formulant pas moins de 190 recommandations pour améliorer le traitement des plaintes.

Nous souhaitons saluer le courage et la détermination d’Annick Charrette et lui partager tout notre soutien en tant que femmes, notre soutien en tant qu’organisation, comme à toutes les survivantes d’agressions sexuelles et de violence conjugales qui se taisent en silence par crainte et à raison de ne pouvoir être soutenue par un système de justice censé les défendre, comme à toutes celles qui dénoncent sur les médias sociaux, en sachant pertinemment que le système judiciaire n'est pas une option, ce qu'il nous a une fois de plus démontré avec l'acquittement de Gilbert Rozon.

Nous appuyons et recommandons une refonte des recours judiciaires liés aux agressions sexuelles et à la violence conjugale.

Nous soutenons formellement le rapport du Comité d'expert.e.s sur l’accompagnement des victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale et ses recommandations.

Nous exhortons à une réelle volonté politique de changer le système, d'investir davantage de ressources pour les victimes avant, pendant et après le processus judiciaire et appuyons sans équivoque les recommandations du rapport spécifiant que les personnes qui sont dans le système de justice soient formées adéquatement, connaissent la problématique de la violence faite aux femmes et fassent preuve de compétence. 

Nous dénonçons la violence envers les femmes, toutes les femmes, particulièrement envers celles qui portent la lourdeur de l'intersection des oppressions, femmes autochtones, femmes racisées, femmes trans et dénonçons le système qui les perpétue et les maintient insidieusement. 

Nous nous engageons à croire la parole des victimes, à écouter et accompagner dans la mesure de nos moyens toutes femmes qui souhaiteraient se lancer dans un processus judiciaire.

Enfin, nous laisserons la parole à celle qui n’aura pas, avant-hier, réussi à se faire entendre par ce système de justice qui perpétue les injustices mais dont les mots résonnent et nous inspirent. 

 

On ne doit pas baisser les bras. Parce que le droit ne précède jamais la société, c’est la société qui change le droit. Si notre société juge que ceci n’est pas équitable ou n’est pas valable, c’est la société qui doit se mettre en œuvre pour changer ça.

- Annick Charette "

-------

Maïlis Burgaud, directrice des communications

Jani Bellefleur-Kaltush, médiatrice

Jani Louve Greffe Bélanger, co-directrice des programmes

Marie-Paule Grimaldi, médiatrice

Isabelle Anguita, médiatrice

Tiphaine Barrailler, chargée de projet

Dorothée De Collasson, co-directrice des programmes

Naïma Phillips, directrice des partenariats et financements

Alexandra Pronovost, médiatrice

Nadia Duguay, cofondatrice 

Valérie Richard, médiatrice

Alessia De Salis, médiatrice

Sophie Girondin, chargée des communications et des partenariats

Au nom de toute l'équipe d'Exeko

 

À lire

Annick Charette en lutte pour une réforme du système, Améli Pineda, Le Devoir - 17 décembre 2020

Rozon acquitté : « C'est la société qui change le droit », dit Annick Charette, Radio Canada, Sophie Helen Leboeuf, 15 décembre 2020

Agressions sexuelles : le Comité d'experts recommande un tribunal spécialisé, Stéphane Bordeleau, 15 décembre 2020

 

Ressources

Violence sexuelle : aide gratuite offerte par Juripop partout au Québec

Juripop.org

 

[ENGLISH]

Thanks to Etienne Mendoza for the French to English translation.

 

"I am yet another example of the juridical limitations in terms of sexual violence."- Annick Charette

"Today, we stand up as women, [as for the "women" which we are talking about (and which we are part of), they are here cisgender, trans, or women refusing to identify as binary, in other words, women who, in a way or another, aren’t men].

We speak as women who are tainted by our stories as well as those from other women who have crossed our path, co-exist among us, grew up with us and are part of the sadly ordinary statistics of sexual harassments and conjugal violence. We speak for all of too many of us who would rather shut up rather than be humiliated once again by having their word being doubted by a system that acquits those like Gilbert Rozon.

Two days ago, the Justice has exonerated Gilbert Rozon for the second time since the beginning of the #Metoo movement. 

When reading her judgement, judge Mélanie Hébert pointed out that « The main belief, to “believe in the victim”, granted by the #Metoo movement, does not belong in criminal law, since it contradicts the presumption of innocence ».

She also added that “even though the court does not believe the factual contention of Mr. Rozon, it still casts a meaningful doubt […] Due to the existence of this doubt […], M. Rozon must be acquitted of his accusations”.

In a few words, in a verdict, Ms. Judge, arm of justice, and this reasonable doubt got the better of the victim’s words and of the courage it took her to space out for months this sinister story that has been haunting her for 40 years in front of the world and got the better of the presumption of guilt of the abuser. 

How can the abuser be declared not guilty untill proof of the contrary, while the victim is guilty of having lied unless there is proof of the contrary? How can a judicial system can publically admit that it does not believe in the factual contention of the abuser yet still acquit him? The violence of such a message is asphyxiating: we could eventually believe in you, but we can’t do anything for you. Or worse, we’ll do nothing for you.

-------

On behalf of the entire Exeko team.  

Program context : 

The NCEP was born out of a need for Nunavik professionals to gather in a safe environment, dedicated to social development and...

Lettre ouverte rédigée par un groupe de femmes usagères des services de l'Auberge Madeleine s'adressant aux élu.e.s.

"Je suis un autre exemple des limites du système de justice en matière de violences sexuelles."- Annick Charette

Aujourd'hui, nous prenons...

par Maude Blanchet Léger

 

Le lundi 28 septembre, nous avions une sortie en van avec Valérie et Janie, deux de nos médiatrices. La plan était d’...
  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue. »

    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain

  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre…  »

    Nadia Duguay, directrice du projet

  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants. »

    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente

  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir.  »

    Sophie Poucachiche, participante

  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir »

    Jimmy, participant

  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?" »

    Tony, participant idAction

  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir »

    Jo, participant idAction

  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté. »

    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi

  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être. »

    François-Xavier Michaux, directeur du programme

  • « On a appris à affronter nos peurs. »

    Cynthia, participante Trickster

  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie! »

    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster

  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. »

    Nadia Bastien, directrice générale AMDI

  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur. »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun »

    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013

  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête. »

    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013

  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir

  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire! »

    Elie, participante

  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur. »

    Louise Chabot, Présidente CSQ

  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider. »

    Participant en milieu carcéral

  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants. »

    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir

  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées... »

    Participant, idAction Mobile

  • «  Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ? »

    Nathaniel, participant, Trickster

  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant. »

    Directrice d'une école partenaire

  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime »

    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice

  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres. »

    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013

  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire. »

    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013

  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis. »

    Bulletin des YMCA

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil ! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation. »

    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal

  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière. »

    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI

  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant... »

    Larry, participant

  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait. »

    Eva, participante

  • « Nous sommes vraiment heureux de conjuguer nos actions à celles d'Exeko; nous avons ainsi l'assurance que la jeunesse autochtone en bénéficiera de façon significative.»
    Marie-Josée Coutu, Présidente de la Fondation Marcelle et Jean Coutu
  • « J'ai toujours été imprégnée du désir de justice sociale et je croyais ne pas avoir de préjugés...mais je dois dire que mon expérience chez Exeko a transformé ma vision des personnes en marge.»
    Muriel Kearney, bénévole depuis septembre 2015
  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue.»
    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain
  • « I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer»
    A participant, idAction Mobile
  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête.»
    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013
  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun»
    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur.»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle.»
    Nadia Bastien, directrice générale AMDI
  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie!»
    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster
  • « On a appris à affronter nos peurs.»
    Cynthia, participante Trickster
  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être.»
    François-Xavier Michaux, directeur du programme
  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté.»
    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi
  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir»
    Jo, participant idAction
  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?"»
    Tony, participant idAction
  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir»
    Jimmy, participant
  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir. »
    Sophie Poucachiche, participante
  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants.»
    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente
  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre… »
    Nadia Duguay, directrice du projet
  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir
  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire!»
    Elie, participante
  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait.»
    Eva, participante
  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant...»
    Larry, participant
  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière.»
    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI
  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation.»
    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil !»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil!»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis.»
    Bulletin des YMCA
  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire.»
    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013
  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres.»
    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime»
    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice
  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant.»
    Directrice d'une école partenaire
  • « Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ?»
    Nathaniel, participant, Trickster
  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées...»
    Participant, idAction Mobile
  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants.»
    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir
  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur.»
    Louise Chabot, Présidente CSQ
  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir.»
    Participant en milieu carcéral