Blogue

(cred)Sylvianne Robini

C’est avec enthousiasme que nous annonçons aujourd’hui que notre cofondatrice, Nadia Duguay, se consacrera pour les deux prochaines années à des travaux de recherche et développement.   En partenariat avec CKX (Community Knowledge Exchange) et à titre de Fellow, Nadia bénéficiera d’une bourse de recherche afin d'explorer les conditions de possibilité d’une convergence des stratégies de transformation sociale et culturelle, les pratiques de transformation inclusive et critique, ainsi que les connexions et tensions entre philanthropie et justice sociale. En s’appuyant sur son expérience en tant que cofondatrice et coDG d’Exeko, Nadia visera à susciter un dialogue constructif sur les défis et les stratégies en ce qui a trait à une transformation sociale inclusive et émancipatrice.  

Pour mieux se consacrer à ses travaux, Nadia cède donc ses fonctions de codirectrice générale, tout en restant impliquée chez Exeko à la direction du Laboratoire Culture Inclusive et au conseil d’administration. 

Nous tenons à remercier les partenaires 2018 du Fellowship:

 

Consulter l'annonce du Fellowship par CKX  

 

     

Exeko, l'aventure continue.

Lorsque nous avons cofondé Exeko, avec comme désir de participer à la transformation sociale vers une société plus inclusive, critique et créative, nous ne nous doutions pas que l’aventure serait celle que nous avons parcourue ces 12 dernières années, aussi riche de rencontres et d’apprentissages. En chemin, de Montréal, à Nutashkuan en passant par Vancouver ou encore le Nunavik, nos projets, nos recherches comme nos partenariats ont suscité autant de réflexions qui nous ont permis de critiquer, recentrer et confirmer notre démarche, axée sur la justice et la mixité sociale, et d’adapter et consolider nos pratiques et nos programmes afin de répondre le plus adéquatement possible aux besoins des communautés.   

Force est de constater que l’exclusion et les inégalités sociales restent plus que jamais d’actualité. Nous visons une transformation profonde de la société, une révision de ses normes avec tou.te.s les citoyen.e.s, incluant les citoyen.e.s les plus marginalisé.e.s. Et pour cela, il nous faut activer impérativement des questionnements profonds, oser critiquer nos normes et façons de faire, rehausser nos perspectives historiques, multiplier les alliances et les convergences … pour faire naître, ultimement, de nouvelles propositions.   

C’est donc plein d’enthousiasme que nous accueillons le Fellowship de Nadia, et témoignons notre engagement à y collaborer, convaincu.e.s que cet espace de recherche et création permettra d’influencer l’avancement des connaissances, la transformation sociale et la mission d’Exeko.   

Nous accueillons cette nouvelle comme une évolution naturelle et émancipatrice pour Exeko en ce sens qu’elle nous offre de relever de nouveaux défis et d’approcher les prochains mois avec confiance en misant sur la richesse, la diversité et l’expérience de notre équipe et de notre communauté. Nous abordons cette transition en réitérant notre attachement à nos principes fondateurs et notre culture organisationnelle. La créativité, la passion et l’engagement, la collaboration et la complémentarité, la critique, la volonté tournée vers les potentiels, la cohésion, l’équité et la désirabilité sont autant de composantes de notre ADN organisationnel. Nous faisons donc le choix de les incarner en instaurant une gouvernance plus collaborative.   

Avec le soutien d’un conseil d’administration investi et riche en expertises, j’ai personnellement le privilège de prendre la direction générale de l’organisme. Je serai pour ce faire entouré par une équipe de direction constituée par Tiffanie Guffroy à la direction des partenariats et direction générale adjointe, Mailis Burgaud à la direction des communications et Dorothée De Collasson à la direction des programmes. Ensemble, avec notre équipe, notre communauté de médiateur.e.s, bénévoles, partenaires, participant.e.s, et avec vous, nous continuerons à porter notre mission d’inclusion sociale, déploierons nos différentes initiatives (programmes, laboratoires, recherches, formations, etc.), et lutterons avec indignation contre les inégalités sociales de notre monde.

  Merci pour votre écoute et votre mobilisation. 

 

François-Xavier Michaux Cofondateur et directeur général  

 
Mikael Theimer

Un témoignage de Beryl Brou, chargée de projet à Exeko.

La nuit tombe à peine quand nous arrivons au square cabot, les préparatifs de dernière minute animent la place. Première étape: stationner notre nouvelle van 2.0 qui roule pour la seconde fois seulement. On nous indique une place proche du camion de l'armée du salut; on négocie pour approcher la van de la scène. Batone, médiateur ce soir, tient à ce que la nouvelle van aie une place de choix!

D'ailleurs, l'atelier du soir s'intitule "Aidez-nous à donner une âme à notre nouvelle van". L'ancienne est partie chargée de témoignages, de souvenirs et de drôles d'objets. La nouvelle, quant à elle, est prête à recevoir de nouvelles idées, à vivre de nouvelles aventures. Tout au long de la soirée nous avons recueilli les envies des participant.e.s.

 

Quel film aimeriez vous que l'on projette? Quelle musique voulez-vous entendre?

Quel livre devrait être dans notre bibliothèque? L'urine des forêts de Denis Vanier.

Quel objet? Un soleil, des fleurs, ...

Quel nom pour la van? Millefeuille, Livrette, Philobox,...

Les idées ne manquent pas, les participant.e.s fouillent parmi les livres, aidé.e.s de Julien, bénévole passionné de littérature et libraire d'un soir. Un jeune homme hispanophone, nouvellement arrivé à Montréal, cherche de quoi lire et bonheur! nous avons un livre en espagnol. Plus de 80 livres sont donnés lors de cette joyeuse soirée qui sent bon le hot-dog et le partage.

Quelqu'un m'a dit ce soir là "Il n'y a que des vieux livres dans votre bibliothèque", ce à quoi un autre participant a répondu "les livres ne vieillissent pas".

Nous profitons de l'occasion pour remercier la Fondation Charles Cusson pour son soutien qui nous a permis de compléter le financement de la toute nouvelle idAction Mobile qui continuera, chaque semaine, à Montréal, de distribuer sa nouriture pour l'esprit. 

Plus d'infos sur la Nuit des sans-abri de Montréal par ici.

 

 

Mikaël Theimer

Retranscription du témoignage de Charles-Eric Lavéry lors du lancement de idAction Mobile 2.0, chargé de projet à l'Itinéraire, bénévole et partenaire d'Exeko. Un gros merci à toi Charles-Eric pour ce partage et surtout de faire partie de notre communauté depuis toutes ces années...

" En fait un peu partout on a tendance à hiérarchiser les intelligences dans notre société, à hiérarchiser les connaissances et on le voit même à l’Itinéraire où c’est des gens qui prennent la parole mais autrement qui n’auraient pas la chance de prendre la parole dans les médias et même à la limite dans la vie. Dans la rue personne ne leurs demande [aux personnes vivant une situation d'itinérance ou à risque d'itinérance] simplement si ça va bien, personne ne leurs demande le chemin, personne ne leurs demande rien.

Si il n’y avait pas Exeko et son projet de caravane culturelle idAction Mobile, si il n’y avait pas l’Itinéraire, ces personnes-là n’auraient pas la chance de s’exprimer, d’avoir une voix. C’est pour ça que cette présomption-là [la présomption d’égalité des intelligences] je la trouve très importante parce que tout le monde est sur un pied d’égalité et à mon sens c’est ce que ça devrait être, on devrait tous être sur un pied d’égalité en tant qu’être humain et ne pas avoir d’étiquettes ou de préjugés. 

La version 2 de idAction Mobile, lors de son lancement (cred)Robin Beninca pour Exeko

 

J’ai eu la chance de grandir dans une famille qui valorise beaucoup la culture, ma mère a travaillé dans une bibliothèque pendant 35 ans, mon père était un artiste multi-disciplinaire, j’étais dans un milieu un peu aisé, peut-être que des gens vont dire que ça ne permet pas de connaître la précarité des gens qui vivent dans la rue, qui ont des problématiques très fondamentale de logement, d’alimentation que lorsqu’on vit dans notre maison on ne comprend pas nécessairement ces problématiques. Pourtant ça nous permet de comprendre aussi la valeur de cette culture-là, ce qu’elle nous apporte en tant qu’être humain. Ça m’a beaucoup interpellé, au-delà de l’alimentation, au-delà du logement, quand on parle de l'itinérance c’est très rare qu’on regarde d’autre chose que ces problématiques pourtant notre besoin de culture, de nourriture pour l’esprit il est là et tout aussi essentiel."

Nous remercions la Fondation J.Armand Bombardier et la Fondation Jeunes en Tête qui nous permettent, grâce à leurs soutien à notre mission, de déployer cette posture éthique qu'est la présomption d'égalité des intelligences et de la partager avec les participant.e.s à nos projets, nos bénévoles, nos partenaires, collaborateurs et collaboratrices.

 

Nous remercions également la Fondation Charles Cusson pour son soutien qui nous a permis de compléter le financement de la toute nouvelle idAction Mobile qui continuera, chaque semaine, à Montréal, de distribuer sa nouriture pour l'esprit. 

 

             

(c)Exeko

Cela faisait un long moment qu’Exeko n’avait pas foulé les routes du Québec en temps automnal. Cette année deux équipes ont traversé le parc Lavérendrye en plein mois d’octobre, accueillies par les feuillus et les conifères qui faisaient tout un festival de couleurs d’air frais. 

La première équipe s’est arrêtée au Lac Simon… pour une 6ième année… pour approximativement 10 collaborations en tout et partout au cours des années. Pour une troisième fois en 2 ans c’est dans la classe de Theresa Maranda que se pose l’équipe composée de Kena, Tiphaine et Jani. Au menu, une expédition des ateliers, des quizz, des compétitions de dictionnaires et des ateliers sur l’identité avec un groupe en formation professionnelle.  Encore une fois, Raconte- moi ta langue a créé prétextes et rencontres autour de la langue et de la culture. 

Premières neiges à Val d'or
premières neiges à Val d'or (c)Exeko

Une grande joie cette année pour les équipes, celle de Lac Simon et Val d’Or se sont croisées pour se raconter leur projet respectif et se donner de l’énergie pour continuer dans le cas du Lac Simon ou pour commencer l’aventure pour Alessia et Daniel qui se sont dirigés pour deux semaines vers le Centre d’Amitié Autochtone de Val d’Or, pour donner des ateliers idAction de développement de la pensée critique, d’analyse sociale et de participation citoyenne aux jeunes adultes du programme de développement de compétences, Odabi. L’équipe y est accueillie chaleureusement par le Centre d’Amitié Autochtone et logée, à leur grand plaisir à Kinawit, site culturel et traditionnel, de la communauté autochtone de Val d’Or. C’est avec joie que nous retrouvons notre grand allié et ami Étienne Gignac qui met la main à la pâte, partageant sa passion et ses connaissances du milieu. 

En plein atelier avec Fred Péloquin (c)Exeko

Le projet avec les jeunes d’Odabi se déroule tranquillement, on se rencontre, on se parle, on apprend à se comprendre, on se raconte, on s’exprime, on prend position et on se surprend de plus en plus à revendiquer sa place dans l’espace, dans la salle et puis dans la discussion. Ce sont deux cerveaux qui réfléchissent la pratique depuis longue date qui se rencontrent afin pour la première fois dans le duo, Alessia et Daniel. La médiation intellectuelle en mouvement et en animation d’Alessia s’allie à la mémoire, au récit et la philosophie de Daniel. 

Les deux équipes en Abitibi en même temps, ont eu la chance d’apercevoir les premiers flocons de neige avant les gens de la grande métropole. Maintenant  de retour à Montréal, les valises à peine déposées, on en remplit de nouvelles en prévision du départ à Wemotaci pour un idAction de 3 semaines. À bord, Alessia, Frédéric et Jani, iront joindre leurs forces à celles de Clode Jalette, pour une 3ième année, afin de développer et penser des espaces d’expression et de prises de décision par, pour et avec les jeunes de la communauté. 

Cet automne se fait sous le signe de la collaboration et toute l’équipe tient à remercier tout particulièrement les partenaires terrain qui sont les pierres angulaires de nos actions et qui rendent le tout possible.  Chacun de ces projets n’aurait pas lieu sans le support de nos allié.e.s qui suivent et appuient les projets autochtones depuis plusieurs années. 

Nous tenons à remercier le Secrétariat à la Jeunesse qui soutient l'ensemble de nos projets autochtones ainsi que la Fondation Marcelle et Jean Coutu et Telus Rimouski pour leur appui de longue date à notre programme Trickster en communauté. 

 

Pages

Un portrait de Manon Dupasquier, nouvellement arrivée à Exeko, par Marion C.

Envoyez CV et lettre de motivation en format pdf à [email protected] dès que possible, au...

Un portrait de Caitlin, bénévole pour Exeko, par Imane Hammar.

Portrait de Imane Hammar, nouvellement arrivée à Exeko:

 

  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue. »

    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain

  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre…  »

    Nadia Duguay, directrice du projet

  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants. »

    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente

  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir.  »

    Sophie Poucachiche, participante

  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir »

    Jimmy, participant

  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?" »

    Tony, participant idAction

  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir »

    Jo, participant idAction

  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté. »

    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi

  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être. »

    François-Xavier Michaux, directeur du programme

  • « On a appris à affronter nos peurs. »

    Cynthia, participante Trickster

  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie! »

    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster

  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. »

    Nadia Bastien, directrice générale AMDI

  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur. »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun »

    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013

  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête. »

    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013

  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir

  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire! »

    Elie, participante

  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur. »

    Louise Chabot, Présidente CSQ

  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider. »

    Participant en milieu carcéral

  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants. »

    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir

  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées... »

    Participant, idAction Mobile

  • «  Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ? »

    Nathaniel, participant, Trickster

  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant. »

    Directrice d'une école partenaire

  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime »

    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice

  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres. »

    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013

  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire. »

    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013

  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis. »

    Bulletin des YMCA

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil ! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation. »

    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal

  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière. »

    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI

  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant... »

    Larry, participant

  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait. »

    Eva, participante

  • « Nous sommes vraiment heureux de conjuguer nos actions à celles d'Exeko; nous avons ainsi l'assurance que la jeunesse autochtone en bénéficiera de façon significative.»
    Marie-Josée Coutu, Présidente de la Fondation Marcelle et Jean Coutu
  • « J'ai toujours été imprégnée du désir de justice sociale et je croyais ne pas avoir de préjugés...mais je dois dire que mon expérience chez Exeko a transformé ma vision des personnes en marge.»
    Muriel Kearney, bénévole depuis septembre 2015
  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue.»
    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain
  • « I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer»
    A participant, idAction Mobile
  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête.»
    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013
  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun»
    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur.»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle.»
    Nadia Bastien, directrice générale AMDI
  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie!»
    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster
  • « On a appris à affronter nos peurs.»
    Cynthia, participante Trickster
  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être.»
    François-Xavier Michaux, directeur du programme
  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté.»
    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi
  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir»
    Jo, participant idAction
  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?"»
    Tony, participant idAction
  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir»
    Jimmy, participant
  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir. »
    Sophie Poucachiche, participante
  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants.»
    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente
  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre… »
    Nadia Duguay, directrice du projet
  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir
  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire!»
    Elie, participante
  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait.»
    Eva, participante
  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant...»
    Larry, participant
  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière.»
    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI
  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation.»
    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil !»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil!»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis.»
    Bulletin des YMCA
  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire.»
    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013
  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres.»
    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime»
    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice
  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant.»
    Directrice d'une école partenaire
  • « Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ?»
    Nathaniel, participant, Trickster
  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées...»
    Participant, idAction Mobile
  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants.»
    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir
  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur.»
    Louise Chabot, Présidente CSQ
  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir.»
    Participant en milieu carcéral