Quand le travail rencontre l'esprit critique de la rue

Quand le travail rencontre l'esprit critique de la rue

Chaque semaine, les médiateurs disposent de pistes de réflexions, visuelles et philosophiques, afin de monter sur mesure des ateliers éveillant l'esprit critique et la participation citoyenne de nos participants. Nous vous partageons aujourd'hui les coulisses d'un atelier, depuis sa conception jusqu'à sa mise en oeuvre.

Par Daniel Blémur, médiateur idAction Mobile

L’atelier est structuré comme suit : 3 œuvres, peintures et photographies, sont offertes au regard et à l’analyse des participants, et sujettes à la discussion.

Imprimée en grand format, placardée à un panneau de liège, l’œuvre de Gustave Courbet, « Les casseurs de pierre » (1849), lance la médiation : que voyez-vous ?

Les Casseurs de pierre, Gustave Courbet, 1849

« Des mineurs! » « Ils recherchent de l’argent, non? » « Ils travaillent fort… » Ce tableau a fait scandale lors de sa parution. Étonnant, non? Aujourd’hui ça ne choquerait personne… Mais peux-tu deviner pourquoi? « Je le sais pas… » « Ah ouais, ÇA, ça a fait scandale ? » « Des gens ordinaires… » Oui! Des gens ordinaires, précisément. Courbet a fait scandale en faisant descendre la peinture de son piédestal, en lui faisant peindre autre chose que des rois et des reines, autre chose que des cardinaux et des aristocrates, autre chose que des grands évènements historiques ou bibliques. Sa révolution dans la peinture, c’était de peindre des travailleurs : c’était de dire « les travailleurs aussi sont des sujets dignes d’être peints ». « Eille, intéressant… » « Ouais parce que dans c’temps-là, on peignait juste les ‘grands de ce monde’, mais pas les petits… »

Sur papier glacé cartonné, une photographie d’une gravure sur pierre. Au centre, un homme placé sur un dispositif de torture, le tripalium. Autour, en Espagnol, « Bendito sea el trabajo. Dad gracias al Señor. » (« Béni soit le travail. Rendez grâce au Seigneur. ») Saviez-vous que ce qui est là, cet instrument de torture s’appelait le tripalium, et que « tripalium » est l’origine étymologique du mot travail ? Drôle d’association, non, entre le travail et la torture ?

Le tripalium

Sur le même support, une dernière photographie : l’entrée d’Auschwitz, avec l’inscription « Arbeit macht frei » (« le travail rend libre »). Qu’en pensez-vous? C’est plutôt sinistre non, comme ironie ? Mais en dehors de l’ironie, que pensez-vous de la phrase en tant que telle ? Est-elle vraie ? Et comment combiner cette association travail/liberté avec l’association travail/torture de l’image précédente?

L’atelier a été conçu, d’abord en se référant à la thématique de la semaine proposée par Dorothée, puis en puisant dans des contenus déjà élaborés dans le cadre d’idAction (Courbet avait été utilisé pour des ateliers « Art et changement social » à Listuguj), et enfin en proposant aux bénévoles d’y joindre leurs réfléxions (c’est la bénévole Maxine qui suggère « tripalium », cette origine particulière du mot travail). Cette conception de l’atelier avec les bénévoles permet déjà d’établir une chimie, une ligne commune, une compréhension des objectifs et des pistes thématiques possibles pour la médiation du jour. La confiance va déjà bon train.

Premier arrêt Atwater. Les premiers participants demandent des chaussettes, s’intéressent aux bouquins. « What do you think of this painting ? » Réaction mitigée du participant, d’origine jamaïcaine. Pour lui, ce sont des trucs d’Européens, non susceptibles de l’intéresser. Savais-tu que Courbet avait été un militant socialiste, qui avait notamment été député dans la Commune de Paris, ce grand soulèvement ouvrier et tentative d’auto-organisation ? Non, il ne le savait pas, mais déjà Courbet est un peu moins une affaire de white people, de colonisateurs jugés comme le mal tout court. Peut-être que la culture européenne n’est pas exclusivement une affaire de vainqueurs ?

Dans le métro, un participant croit reconnaître des mineurs du Yukon, me semble-t-il. Pourquoi pas? Auschwitz lui parle beaucoup. « My grandmother was there. » On échange sur les horreurs du nazisme. Mais cette phrase sur le travail, qu’en penses-tu ? « I think it’s true. I think working makes you free, but it is also a form of slavery, or torture. It’s difficult to say. » La philosophie est là, dans cette difficulté, dans cette impossibilité de trancher tout uniment, avec facilité. Pas pour notre prochain participant, par contre, assis dans l’escalier au niveau du métro : « Working makes you free ? I don’t think so. This is freedom right here, what you’re seeing now, that’s freedom. » Ça fait 20 ans qu’il est dans la rue, dans le secteur précisément. Il en a suivi les évolutions, les bouleversements. Est-ce que ça a changé ? « Oh yes, it has changed. » Plus de drogues, plus de violences : le secteur est devenu un peu plus difficile.

 

"Le travail rend libre", Auschwitz

Prochain arrêt, Ste-Catherine. Assis sur le coin, un monsieur est rapidement entouré du musée mobile. Courbet ? Intéressant, mais c’était vraiment d’époque, aujourd’hui ça ne choquerait plus personne. Mais c’est quelque chose de montrer les petits. Le travail ? Il a travaillé longtemps, oui. Ça rend libre ? En quelque sorte, de nos jours, il faut de l’argent pour s’acheter des trucs, et il faut travailler pour en obtenir. Mais lui, ça fait 20 ans (lui aussi!) qu’il est dans la rue, et il se considère beaucoup plus libre qu’à l’époque où il travaillait comme un déchaîné. Il y a beaucoup de jobs de merde, et une job de merde, c’est pas la liberté. Pas mal plus proche de la torture, en fait.

Daniel Blémur (C)Exeko

Arrêt suivant, toujours sur Ste-Catherine. Un monsieur d’origine arabe, en chaise roulante ; il lui manque une jambe. La journée est difficile, il n’a pas trop envie de participer. On lui présente le projet idAction mobile, ses options et disponibilités. « Quand vous voulez monsieur, un livre, un cahier de notes… » « Non merci, pas cette fois, mais peut-être une autre fois… » La sollicitude et le respect témoigné à son égard semble déjà amenuiser la souffrance initialement apparente. Une minute après c’est la rigolade.

En face de la rue, assis devant le AppleStore, un tout jeune homme. Courbet ? Vraiment intéressant! Ça l’allume… Tripalium, origine tortueuse et torturante du mot travail ? « C’est drôle, ça me fait penser à… t’sais là, sur les portes d’entrée des camps de concentration… » Éclat de rire et de joie collectif. Je montre la troisième photo. « Ayoye! Malade! Avouez que j’suis pas pire, hein? J’suis pas pire à faire des liens ? » On acquiesce tous en riant. Son voisin de cellule en prison était allé visiter Auschwitz, et lui avait conté la chose. Ils avaient même décidé de graver la phrase célèbre sur le mur de leur cellule.

Dernier participant, un peu plus loin sur Ste-Catherine. « C’est vraiment intéressant… » La phrase revient à deux ou trois reprises, marquant à chaque fois le plaisir de la découverte. « Eille merci beaucoup, merci beaucoup de venir m’apprendre ces choses-là… » La force vivifiante de l’exercice de l’esprit…

http://exeko.org/idaction-mobile

La Maison des amis du Plateau-Mont-Royal est un endroit où plusieurs personnes du quartier aiment se rencontrer. En plus d’offrir des repas tous...

Offre d'emploi - Ce poste est ouvert dans le contexte du départ en congé de maternité de la personne actuellement en poste. Une période de...

Paroles poétiques ou politiques de plusieurs femmes rencontrées au Chaînon.

Un témoignage de Mathilde Carignan et Maude Talbot, deux étudiantes en médecine en stage chez Exeko.
 

Arrivées dans les locaux d’Exeko depuis un...
  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue. »

    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain

  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre…  »

    Nadia Duguay, directrice du projet

  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants. »

    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente

  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir.  »

    Sophie Poucachiche, participante

  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir »

    Jimmy, participant

  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?" »

    Tony, participant idAction

  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir »

    Jo, participant idAction

  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté. »

    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi

  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être. »

    François-Xavier Michaux, directeur du programme

  • « On a appris à affronter nos peurs. »

    Cynthia, participante Trickster

  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie! »

    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster

  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. »

    Nadia Bastien, directrice générale AMDI

  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur. »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun »

    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013

  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête. »

    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013

  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir

  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire! »

    Elie, participante

  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur. »

    Louise Chabot, Présidente CSQ

  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider. »

    Participant en milieu carcéral

  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants. »

    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir

  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées... »

    Participant, idAction Mobile

  • «  Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ? »

    Nathaniel, participant, Trickster

  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant. »

    Directrice d'une école partenaire

  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime »

    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice

  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres. »

    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013

  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire. »

    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013

  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis. »

    Bulletin des YMCA

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil ! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation. »

    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal

  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière. »

    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI

  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant... »

    Larry, participant

  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait. »

    Eva, participante

  • « Nous sommes vraiment heureux de conjuguer nos actions à celles d'Exeko; nous avons ainsi l'assurance que la jeunesse autochtone en bénéficiera de façon significative.»
    Marie-Josée Coutu, Présidente de la Fondation Marcelle et Jean Coutu
  • « J'ai toujours été imprégnée du désir de justice sociale et je croyais ne pas avoir de préjugés...mais je dois dire que mon expérience chez Exeko a transformé ma vision des personnes en marge.»
    Muriel Kearney, bénévole depuis septembre 2015
  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue.»
    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain
  • « I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer»
    A participant, idAction Mobile
  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête.»
    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013
  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun»
    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur.»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle.»
    Nadia Bastien, directrice générale AMDI
  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie!»
    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster
  • « On a appris à affronter nos peurs.»
    Cynthia, participante Trickster
  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être.»
    François-Xavier Michaux, directeur du programme
  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté.»
    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi
  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir»
    Jo, participant idAction
  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?"»
    Tony, participant idAction
  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir»
    Jimmy, participant
  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir. »
    Sophie Poucachiche, participante
  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants.»
    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente
  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre… »
    Nadia Duguay, directrice du projet
  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir
  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire!»
    Elie, participante
  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait.»
    Eva, participante
  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant...»
    Larry, participant
  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière.»
    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI
  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation.»
    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil !»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil!»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis.»
    Bulletin des YMCA
  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire.»
    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013
  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres.»
    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime»
    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice
  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant.»
    Directrice d'une école partenaire
  • « Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ?»
    Nathaniel, participant, Trickster
  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées...»
    Participant, idAction Mobile
  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants.»
    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir
  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur.»
    Louise Chabot, Présidente CSQ
  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir.»
    Participant en milieu carcéral