Blogue

Recherchiste et chroniqueuse rencontrée il y a quelques temps lorsqu'elle présentât à plusieurs reprises les initatives d'Exeko à Montréalités sur MATv, nous accueillons aujourd'hui Joakim parmi notre très belle communauté de bénévoles et lui laissons la parole.

Par Joakim Lemieux

Sur l’heure du lunch, Chez Doris, il y a pas mal d’action. Et ça sent la soupe. Alors que certaines femmes attendent en file pour le repas en discutant bruyamment, d’autres se tiennent loin de la cohue et font leurs petites affaires dans leur coin. À la table où je vais m’asseoir, une femme me sourit et libère la place près d’elle pour que je m’y installe avec mon cabaret. À la table d’à côté, une femme mange en silence, une fatigue pesante dans les yeux. Il y a de bonnes et de mauvaises journées, c’est ainsi.

 

L'après-midi dans ce refuge de jour pour femmes, on ne s'ennuie pas : yoga, atelier de cuisine, atelier sur la gestion de stress, cours de photo… et l'atelier d’écriture donné par Tiphaine, la médiatrice de chez Exeko que j'accompagne. « C’est pour ça que je suis là » dis-je à Michelle, ma voisine de table. Je lui explique le déroulement de l’atelier et l’invite à se joindre à nous. À l’instar de plusieurs des femmes à qui j’ai présenté cet atelier au fil des semaines, Michelle me répond qu’elle n’est pas très douée avec les mots, qu’elle n’a pas ce qu’il faut. À ses insécurités, je rétorque qu’il ne s’agit pas d’écrire des chefs d’oeuvre, mais plutôt de libérer la parole, de laisser tomber sur le papier quelques parts de clarté ou d’ombre qui sommeillent en chacune de nous. Et comme le dit si bien Tiphaine : « Nous sommes toutes les mêmes devant la page blanche ».

 

Le geste d’écrire a effectivement quelque chose d’intimidant, et pas seulement pour celles qui ne l’ont pas expérimenté souvent. Je vis toujours un moment d’insécurité devant mon carnet ouvert et vide. J’en ai vécu un avant d’écrire ce billet. J’écris quelques mots, puis je les biffe. J’en écris un autre que je biffe à nouveau avant de trouver celui qui fera finalement débouler tous les autres. À force d’hésiter et de chercher la perfection alors que, pourtant, personne ne me l’exige, je suis souvent celle qui termine après les autres les activités que nous propose Tiphaine dans son atelier.

 

Devant la page blanche, je suis une tête qui réfléchit alors que je devrais être un coeur qui danse. Ce glissement tout naturel de l’émotion vers le papier, les autres participantes ont souvent beaucoup moins de mal que moi à le comprendre.

 

 

(crédits) Exeko

 

Explorer l’horizontalité

 

Pendant que nous mangeons, Michelle et moi discutons de tout et de rien, de petites et de grandes choses, de l’élection de Trump, d’ennuis de santé, d’animaux de compagnie, d’école, de relations amoureuses toxiques. Puis, sincèrement intéressée à mieux me connaître, Michelle me demande : « Pourquoi est-ce tu fais du bénévolat ? Ça te fait du bien d’aider les autres ? »  Curieusement, la question me met mal à l’aise.

 

Chez Exeko, la posture éthique avec laquelle on pense et développe les activités sur le terrain est celle de la présomption de l’égalité des intelligences. On considère que chaque personne est capable, avec le bagage dont elle dispose, de réfléchir et d’agir sur son propre monde et sur celui qui l’entoure. Dans nos ateliers d'écriture, il n'y a pas de différence entre moi, Tiphaine et les autres femmes. Je me soumets aux mêmes exercices et j’accepte de partager avec elles de petits bouts de mon intimité. Nous sommes dans un rapport qui se veut absolument horizontal, avec toute la sensibilité, l’humilité et l’ouverture à l’autre que ça demande.

 

C’est peut-être là, la source de mon malaise : le bénévolat que je fais pour Exeko, ce n'est pas du bénévolat « ordinaire ». Si ça me fait du bien, ce n’est pas parce que j’ai l’impression d’aider mon prochain et que j’en retire une forme de valorisation toute personnelle. Je ne vais pas Chez Doris pour donner un coup de main à l’organisme ou aux femmes qui le fréquentent. Bien entendu, je souhaite que ces dernières sortent des ateliers avec un petit quelque chose en plus. Nous espérons, Tiphaine et moi, semer une graine en elles qu’elles vont peut-être nourrir et qui va pousser et les habiter encore longtemps.

 

En fait, ce qui me fait vraiment du bien, c’est plutôt de passer un moment privilégié avec des femmes que je n’aurais pas, ou rarement, l’occasion de rencontrer autrement.

 

C’est tout. Et c’est beaucoup en même temps.

 

Ces occasions de rencontre, elles sont si peu nombreuses. Elles sont précieuses. Il faut les multiplier, encore et encore. Parce que bien que nous vivions dans la même ville, dans cette même urbanité étroite et en constante mouvance, nous évoluons trop souvent dans des réseaux distinctifs dont les contours ne se croisent jamais.

 

Une relation qui se construit

 

L’heure du lunch tire à sa fin et Michelle m’annonce qu’elle ne pourra pas se joindre à nous. Elle a trop de choses à régler aujourd’hui, me dit-elle. Mais, la semaine prochaine, qui sait ? Je l’informe que nous serons là et que nous l’accueillerons avec plaisir. Quand elle sera prête.

 

Il faudra encore quelques semaines à cet atelier pour véritablement prendre son envol. Les femmes qui ont participé jusqu’à maintenant ont toujours semblé très heureuses de l’avoir fait : Tiphaine et moi avons été témoins de grands moments de fierté et d’émotions. Plus les semaines passent, plus les femmes nous reconnaissent, nous saluent, savent pourquoi nous sommes là. Nous ne pouvons qu’espérer qu’avec le temps, petit à petit, la relation entre elles et nous se solidifient et qu’elles soient de plus en plus nombreuses à noircir nos pages blanches de leur poésie, de leur lumière et de leur cœur qui danse.     

 

Par Yann Allard Tremblay

| For English version click here |

 

Depuis plusieurs années, la communauté de Nutashkuan accueille le projet Trickster. Cette année, nous y retournons avec un nouveau projet: Trickster: Raconte-moi ta langue, auquel des jeunes de la 5e et 6e année de l’école Uauitshitun participeront du 28 novembre au 9 décembre.

Le projet Trickster: Raconte-moi ta langue reprend essentiellement la forme et les activités du projet Trickster, mais vise à intégrer dans ses activités l’apprentissage et la transmission des langues autochtones. Ceci est accompli grâce à la participation active d’instructeur.e.s culturel.le.s et linguistiques de la communauté au projet. Dans le cadre du projet, les jeunes sont appelés à prendre part à des ateliers éducatifs, ludiques et créatifs qui se concentrent autour de la transmission de contes ancestraux par des aînés et des instructeur.e.s de leur communauté. Les jeunes s’exerceront dans la langue innue en s’appropriant les éléments des contes et en les réinterprétant par le biais d’une présentation à leur communauté.

Nutashkuan est la première communauté où nous déployons le projet Trickster: Raconte-moi ta langue.

Dans les prochains mois, le projet se tiendra également dans trois autres communautés autochtones, chacune vivant une réalité linguistique différente: une communauté crie, une communauté anishinabe et une communauté kanien'kehá:ka. Au final, le projet Trickster: Raconte-moi ta langue sera un processus de coapprentissage avec ces quatre communautés autochtones. Nous offrons les outils de la médiation intellectuelle pour travailler en collaboration avec les instructeur.e.s linguistiques des communautés afin d’identifier de bonnes pratiques et activités facilitant et contribuant à la transmission et l’apprentissage des langues autochtones.

À la fin du projet, nous rendrons accessible un guide qui recueillera ces bonnes pratiques et activités, qui les présentera d’une manière à ce que les membres des communautés puissent se les approprier et les utiliser. On y trouvera notamment les principales étapes de réalisation d’une activité et des stratégies et des techniques d’animation. Ce guide sera disponible en ligne et en format papier.

 

(cred)Sarah Bengle pour Exeko - Trickster@MTL

 

Ce projet est mis de l’avant et encadré par le Comité Ad Hoc Autochtone. Ce comité est composé de Alan Harrington, fondateur de Red Urban Project; Moe Clark, artiste multidisciplinaire; Widia Larivière coordinatrice jeunesse, Femmes Autochtones du Québec, cofondatrice, Idle No More Québec, cofondatrice, Mikana; Nadia Duguay, cofondatrice et codirectrice générale, Exeko; François-Xavier Michaux, cofondateur et codirecteur général, Exeko; Joël Basile, membre invité au siège inclusif.

Un grand merci à l'École Uauitshitun et au Centre de santé Tshukuminu Kanani pour leur accueil.

 

Ce projet a été rendu possible en partie grâce au gouvernement du Canada.

Nous reconnaissons également le soutien financier de la Fondation Marcelle et Jean Coutu.

 

 

For many years, the community of Nutashkuan hosts Trickster projects. This year, we are returning with a new project: Trickster: Raconte-moi ta langue, to which young participants from the 5th and 6th grade of Uauitshitun school will take part from the 28th of November to the 9th of December.

 

The project Trickster: Raconte-moi ta langue essentially reproduces the structure and activities of the Trickster project, but aims to integrate in its activities the learning and the transmission of indigenous languages. This is made possible thanks to the active participation in the project of cultural and language instructors from the community.

During this project, young participants will be invited to take part in various educational, recreational, and creative workshops focusing on the transmission of stories by elders and cultural instructors of their community. They will get the opportunity to practice elements of the Innu language in making the stories their own and in reinterpreting them. At the end of the project, it is expected that the young participants will present the result of their activities to their community.

Nutashkuan is the first community where this project will be hosted. In the next few months, this project will also be held in three other indigenous communities, each with its own linguistic realities: a Cree, an Anishinabe and a Kanien'kehá:ka community. In sum, Trickster: Raconte-moi ta langue will be a process of co-learning with four indigenous communities. We offer the tools of intellectual mediation to work in collaboration with the language instructors of the communities so as to identify good practices and activities that can contribute to the transmission and learning of indigenous languages. At the end of the project, we will make accessible a guide that will collect these good practices and activities, and that will present them such that the members of the communities may appropriate and use them. This guide will present the main steps for realizing an activity and tips for animating these activities. The guide will be made available online and in a printed format.

 

(cred)Exeko - Trickster @Natashquan

 

This project is presented and monitored by the Comité Ad Hoc Autochtone. The members of this committee are: Alan Harrington, founder of Red Urban Project; Moe Clark, multidisciplinary artist; Widia Larivière, Youth Coordinator, Femmes Autochtones du Québec, cofounder, Idle No More Québec, cofounder, Mikana; Nadia Duguay, cofounder and general codirector, Exeko; François-Xavier Michaux, cofounder and general codirector, Exeko; Joël Basile, invited member on the inclusive seat.

 

Many thanks to l’École Uauitshitun et to the Centre de santé Tshukuminu Kanani for their warm welcome and support.

 

This project has been made possible in part by the Government of Canada.

We also acknowledge the financial support of the Fondation Marcelle et Jean Coutu.

 

Nadine St-Louis est une entrepreneure autochtone, métisse algonquine, elle a aussi des racines acadienne et écossaise et œuvre à réconcilier les multiples souches qui ont créé le Québec et le Canada d’aujourd’hui.

Elle détient une maîtrise en arts et en histoire de l’art de l’Université de Montréal depuis 1997 et est sur le point de compléter un diplôme d'études supérieures spécialisées en gestion d’organismes culturels de HEC Montréal. Forte de 25 années d’expérience en gestion de l’art et membre du collectif des conservateurs autochtones (CCA/ACC), Nadine St-Louis consacre ses efforts à promouvoir et à diffuser la culture autochtone en milieu urbain.

Entrepreneure, gestionnaire (Canadien National), formatrice, coach, conférencière, consultante en art autochtone (Conseil des arts du Canada), organisatrice de symposiums culturels (Institut Tshakapesh), agent d’artistes (Exposition 11 Nations, marché Bonsecours, Montréal), ainsi qu'artisane de cuir et pèrlage, Nadine St-Louis endosse de multiples fonctions et un riche parcours professionnel.. Elle est une femme reconnue pour son leadership et ses efforts pour l’inclusion sociale et la mise en avant des talents des artistes autochtones (surtout ceux situés en régions éloignées), des jeunes artistes qui intègrent les centres urbains et qui forment la relève, ainsi que ceux qui vivent en ville. Elle est fondatrice et directrice générale des Productions Feux Sacrés, un organisme à but non lucratif situé à Montréal permettant aux artistes autochtones d’avoir accès aux marchés de l’art et de retrouver un équilibre dans une économie culturelle. En 2015, Nadine St-Louis a mis en application ses connaissances en gestion et a lancé l’Espace Culturel Ashukan, une infrastructure permanente située sur la place Jacques Cartier dans le Vieux-Montréal. Elle y a développé un modèle d’affaire innovant pour professionnaliser et accompagner les artistes autochtones québécois et canadiens.

Nadine St-Louis est à la fois un agent de sensibilisation après des milieux économique et culturel à Montréal, mais aussi un vecteur de développement auprès des artistes autochtones qui veulent participer au rayonnement de l’art actuel québécois, canadien et international. 

Bienvenue Nadine !

 

Par Camilla Forteza et Catherine Ménard-Jolin

Cette question semble paradoxale ou la réponse semble flagrante, elle nous apparaît aussi comme telle, mais au départ d’un projet «risqué» comme le nôtre, vous comprendrez que ce qui semble être une évidence ne l’était pas nécessairement. Comment avoir accès à la rue ? Malgré que ce soit un milieu urbain partagé par tous les citoyens, comment pouvons-nous nous approcher, apprivoiser la réalité de ceux qui y vivent.

Commençons par présenter ce dit projet: Sans Habit, dont le nom vous rappelle peut-être quelque chose puisqu’il a déjà traversé les nouvelles d’Exeko. Sans Habit est  un projet de performance artistique et d’inclusion sociale voulant réunir deux individus de milieux distincts, incluant une personne en situation d’itinérance.

Déjà là, les choses se corsent. Comment créer une rencontre avec ces citoyens dont la vie se vit presqu’au jour le jour, sinon parfois une heure à la fois. Comment prévoir, comment orienter, comment créer et comment, finalement, présenter tout cela ? Quelque chose de probablement réalisable, mais avec beaucoup de «mais»…


Camilla Forteza

L’idée est simple. Les deux personnes s’échangent leurs vêtements dans un wagon de métro, ils ont un impact sur les témoins, «pris en otage» par la performance. Ces derniers chez qui ce changement suscite nécessairement des questions. Par exemple, sur ce qui influence le regard que l’on porte sur autrui. L’idée est simple, soit, mais la mise en application en est d’un tout autre ordre.

Alors avec cette idée en poche, mais sans moyens concrets pour la réaliser, nous nous lançons. L’équipe d’Exeko entre en jeu pour nous poser les bonnes questions, nous ouvrir à une réalité que nous ne connaissons pas, bien que nous la côtoyons et y sommes sensibles. Financement, ateliers de médiation intellectuelle, prise de contact avec divers partenaires, nous traversons tranquillement, mais sûrement ces étapes. Mais ensuite, un organisme qui oeuvre avec ces gens, ce serait l’idéal non ? Des intervenants pour nous aider, palier à ce qui nous manque en connaissance pour réaliser un projet d’une telle envergure, un projet qui demande un «engagement» alors que disons-le, ce simple mot ne semble pratiquement pas envisageable pour le type de participants avec qui nous souhaitons travailler.

Puis, des efforts, des doutes, de la confiance, des réflexions et des remises en question, des solutions et des appels à qui voudrait bien embarquer dans notre bateau. Des réponses, mais pas positives. Nous avions beau essayer de penser et de prévoir le comment de ce projet, expliquer et vulgariser le pourquoi, les portes des organismes auxquelles nous cognions n’avaient pas les ressources humaines, matérielles, temporelles, financières pour nous ouvrir. À l’exception d’un seul. Un qui nous a fait confiance et a dit oui. Qui nous a laissé entrer et nous a invité à souper à sa table avec les jeunes qui fréquentent sa maison. Enfin, un espoir nous habitait, une possibilité, un vrai départ ! On se revoit dans trois semaines, nous ont-ils dit à la suite de notre deuxième visite.

 


Camilla Forteza

 

Trois semaines…L’infini.

Un univers de changements possibles pour ces jeunes pour qui la stabilité n’est pas un acquis et pour qui les objectifs se concentrent sur une période de courts et de moyens termes. On dira que trois semaines, c’est du court terme, mais pas pour tout le monde. Nous l’avons appris, nous nous en doutions, mais nous avons dû faire face alors à un avortement du projet avec cette maison si accueillante qui nous avait tendu la main.

«Eh bien c’en est fini.», nous sommes-nous dit. Pas de Sans Habit, n’ayez crainte ! Après presqu’un an de démarches et de processus pour réaliser ce projet auquel nous croyons toujours aussi fort, nous nous décidons de faire cavalier seul. De prendre le bagage que nous ont apporté ces rencontres, ces contacts, ces discussions de part et d’autres, ces conseils de gens expérimentés, de gens passionnés, de gens ordinaires aussi et de prendre la route du terrain. De la rue. Un pour tous et tous pour un.

 


Catherine Ménard-Jolin

Cela veut dire revoir notre plan de match et changer notre angle de départ. Trouver des créateurs prêts à parier sur «l’essai-erreur». Prêts à essayer sans réussir. Prêts à s’embarquer pour embarquer ceux que nous connaissons pas, ceux que nous rencontrerons, qui pourraient trouver dans cette proposition de performance un moyen de s’exprimer eux-aussi. Recommencer par la base: notre envie de réaliser ce projet, l’envie d’un échange et du partage de cet échange l’’envie de poser des questions et d’en découvrir les nombreuses réponses. En misant sur le rapport humain, en respectant la spontanéité, l’inconstance et le milieu de vie de ceux que nous inclurons dans ce projet.

 


Camilla Forteza

Enfin, la question qui nous vient maintenant: «Faut-il passer par le rue pour entrer en contact avec les gens de la rue ?» Ensuite viennent inévitablement le comment ? le quand ? le qui ?

C’est donc en se retroussant les manches, en s’attelant de discussions franches et de confiance, avec à nos côtés une équipe composée de six autres personnes extraordinaires, que nous tenterons l’expérience directe de la rue pour la création des performances Sans Habit, le 16 octobre prochain. Nous serons également présents à l’occasion de La Nuit des sans-abri, à Montréal le 21 octobre suivant.

Suivez-nous via la page Facebook Sans Habit… Et si vous passez à la Nuit des sans abri toute à l’faceheure, ouvrez l’oeil. Au plaisir d’avoir vos rétroactions et de pouvoir échanger avec vous.

Cliquez sur ce lien pour plus de détails

 

 

Sans Habit est un projet dans le cadre des Bourses Art, philo et communautés, le premier cycle de bourses Exeko pour projets sociaux innovant en partenariat avec la CSQ, l'Esplanade, le pôle IDEOS de HEC Montréal et Rise Kombucha.

Suivez les boursières sur notre blogue et sur les réseaux sociaux, #BoursesExeko #SansHabit

Pages


Ce soir-là, notre caravane philosophique a peu roulé. Nous étions pourtant en mai, les belles soirées commençaient à poindre le bout de leur nez,...

Autrice: Jani Greffe-Belanger

Cela faisait longtemps que les équipes Trickster n’avaient pas mis le nez dehors en période estival, voyageant...
Et elle roule, et elle roule... Elle n'en finit pas de rouler cette Van. L'infatigable qu'ils devraient l'appeler, l'indomptable, l'inépuisable, l'...

Photo de couverture : © Exeko

L’été arrive et avec lui, son lot de créations collectives urbaines. Cette saison, elles sont au nombre de 7. 7 ...
  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue. »

    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain

  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre…  »

    Nadia Duguay, directrice du projet

  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants. »

    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente

  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir.  »

    Sophie Poucachiche, participante

  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir »

    Jimmy, participant

  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?" »

    Tony, participant idAction

  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir »

    Jo, participant idAction

  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté. »

    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi

  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être. »

    François-Xavier Michaux, directeur du programme

  • « On a appris à affronter nos peurs. »

    Cynthia, participante Trickster

  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie! »

    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster

  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. »

    Nadia Bastien, directrice générale AMDI

  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur. »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun »

    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013

  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête. »

    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013

  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir

  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire! »

    Elie, participante

  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur. »

    Louise Chabot, Présidente CSQ

  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider. »

    Participant en milieu carcéral

  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants. »

    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir

  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées... »

    Participant, idAction Mobile

  • «  Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ? »

    Nathaniel, participant, Trickster

  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant. »

    Directrice d'une école partenaire

  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime »

    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice

  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres. »

    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013

  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire. »

    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013

  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis. »

    Bulletin des YMCA

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil ! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation. »

    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal

  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière. »

    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI

  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant... »

    Larry, participant

  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait. »

    Eva, participante

  • « Nous sommes vraiment heureux de conjuguer nos actions à celles d'Exeko; nous avons ainsi l'assurance que la jeunesse autochtone en bénéficiera de façon significative. »

    Marie-Josée Coutu, Présidente de la Fondation Marcelle et Jean Coutu

  • « J'ai toujours été imprégnée du désir de justice sociale et je croyais ne pas avoir de préjugés...mais je dois dire que mon expérience chez Exeko a transformé ma vision des personnes en marge. »

    Muriel Kearney, bénévole depuis septembre 2015

  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue. »

    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain

  • « I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer »

    A participant, idAction Mobile

  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête. »

    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013

  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun »

    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013

  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur. »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. »

    Nadia Bastien, directrice générale AMDI

  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie! »

    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster

  • « On a appris à affronter nos peurs. »

    Cynthia, participante Trickster

  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être. »

    François-Xavier Michaux, directeur du programme

  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté. »

    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi

  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir »

    Jo, participant idAction

  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?" »

    Tony, participant idAction

  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir »

    Jimmy, participant

  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir.  »

    Sophie Poucachiche, participante

  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants. »

    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente

  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre…  »

    Nadia Duguay, directrice du projet

  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir

  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire! »

    Elie, participante

  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait. »

    Eva, participante

  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant... »

    Larry, participant

  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière. »

    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI

  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation. »

    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil ! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis. »

    Bulletin des YMCA

  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire. »

    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013

  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres. »

    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013

  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime »

    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice

  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant. »

    Directrice d'une école partenaire

  • « Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ? »

    Nathaniel, participant, Trickster

  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées... »

    Participant, idAction Mobile

  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants. »

    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir

  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur. »

    Louise Chabot, Présidente CSQ

  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir. »

    Participant en milieu carcéral