La chronique de Maude #1: La société idéale avec les jeunes de Boulot Vers

@Maude Blanchet Léger

La chronique de Maude #1: La société idéale avec les jeunes de Boulot Vers

Maude Blanchet-Léger a rejoint l'équipe pour l'été aux projets et communications et nous propose le premier article de sa chronique "sur le terrain", une succession de publications prévues chaque semaine qui nous plongeront avec Maude d'organismes en parcs montréalais.  

- temps de lecture 7 minutes -

Ce matin, le mercredi 22 juillet, j’arrive en vélo à Boulot Vers, une entreprise qui aide les jeunes en difficulté de 16 à 25 ans à s’intégrer à la société et sur le marché du travail.

Pour vous mettre en contexte, Boulot Vers offre des stages rémunérés dans leur atelier d’ébénisterie et dans leurs bureaux en plus de diverses formations, coaching, etc. Quand j’ai lu leur mission sur le site web, je me suis dit wow, mais quelle bonne idée! et j’avais très hâte d’assister pour ma première fois à un atelier donné par Exeko, avec deux de nos médiateur.trices: Tiphaine et Thierry.

 

Ah oui, bonjour, je m’appelle Maude, je suis nouvelle à Exeko et je suis agente de mobilisation aux opérations estivales. J’aide à la virtualisation de nos différents projets et à faire le lien entre ceux-ci et les communications, entre autres. Je suis aussi étudiante en design graphique, vouée à ce que mes compétences en design serve au changement social. Je pourrais en parler pendant longtemps, mais dans la vie j’aime aussi écrire et faire de la photo, donc me voici en train d’écrire sur mon expérience de l’atelier sur la société idéale avec sept jeunes de Boulot Vers.

 

Pour briser la glace, nous avons commencé par dire dans quel quartier nous vivons et nommer une chose que nous apprécions de celui-ci. Sans nommer de noms, l’un habite à Lasalle et aime le fait qu’il y ait beaucoup d’espaces verts. Un autre habite dans Hochelaga et aime voir le stade olympique et marcher dans l’esplanade. Thierry est dans Rosemont et aime que ce ne soit pas encore trop gentrifié et qu’il existe une belle diversité. Une jeune aime le parc Maisonneuve (et les moutons qui y broutent l’herbe) et une autre, le fleuve à côté de chez elle dans Montréal Nord. Tiphaine aime le jardin botanique dans Hochelaga et moi qui est dans Centre-Sud, j’aime les nombreux lieux culturels et historiques.

 

Ensuite, nous avons fait des portraits de nos camarades en essayant de ne pas regarder la feuille. C’est assez difficile à faire, mais il ne faut pas se soucier du résultat; ça donne toujours quelque chose d’inattendu et de farfelu!

 

  on dessine @Maude Blanchet-Léger
@Maude Blanchet-Léger
Tiphaine et Thierry en plein dessin @Maude Blancher-Léger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici mon portrait fait par un des jeunes ainsi que quelques autres qui ont été réalisés (on pouvait décider de donner notre dessin au modèle, donc la plupart ont gardé leurs portraits):

 

@Maude Blanchet-Léger

  

Les portraits du groupe @Maude Blanchet-Léger

      

 

 

 

C’est par la suite que nous sommes entrés plus dans le vif du sujet avec la question: Qu’est-ce qui vous énerve dans notre société? 

Thierry a commencé en donnant l’exemple des gens qui ne laissent pas sortir les autres avant d’entrer dans le métro, ce qui a démarré plusieurs commentaires sur le transport en commun et la conduite sur la route, comme les gens qui ne mettent pas leurs clignotants, ou qui ouvrent leur porte de voiture sans regarder avant, ou les gens qui se parfument dans l’autobus… Aussi futiles que ces remarques puissent paraître, nous avons soulevé qu’il en revenait toujours au manque de souciance pour l’autre et aux habitudes d’une société individualiste. D’autres commentaires étaient par contre plus perçants disons, comme une jeune ayant mentionné qu’il y avait encore des coups de feu dans Montréal Nord et que rien ne semblait être fait pour les arrêter et que ce soit en quelques sortes accepté. Aussi, la domination du marché au sein de notre société nous a amené à chialer sur le manque de temps, le stress, le fait que notre valeur soit évaluée selon notre productivité dans la société et selon nos notes à l’école, ce qui participe aussi aux causes de ce stress…

 

Après cette session thérapeutique de chialage collectif, nous avons écrit individuellement des idées de solutions qui apporteraient peut-être des changements désirés dans différentes sphères de la société (environnement, justice, pouvoir, économie et éducation).

 

Au retour d’une pause de dix minutes, nous nous sommes séparé.es en deux sous groupes pour mettre en commun toutes nos réflexions. J’étais dans le groupe numéro deux, animé par Thierry, avec trois autres jeunes.

       

L’une des participantes est plutôt silencieuse depuis le début, mais elle semble devenir plus à l’aise à parler en petit groupe. Nous commençons la discussion avec l’environnement et elle se met à exprimer son pessimisme face aux efforts insuffisants qui sont faits. Elle croit que les gens ne feront pas les changements nécessaires assez rapidement et selon elle la nature humaine est de tout détruire.

 

Thierry exprime alors son accord sur le fait que les changements sont lents et insuffisants. Il n’est néanmoins pas d’accord sur la nature humaine qui serait mauvaise et fait remarquer que plusieurs changements se sont fait dans le bon sens. Un autre jeune parle de la ville de San Francisco qui produit très peu de déchets. Nous nous comparons alors à cette ville, puisqu’ au Canada, nous sommes le pays qui produisons le plus de déchets par habitant.e.

 

Bien que nous tentions de proposer des pistes de solutions, le groupe ne trouve pas de consensus et certain.e.s préfèrent quitter le cercle de discussion pour s'isoler. Thierry explique alors que parfois, les gens sont moins disposés à avoir ce genre de discussion à cause de plusieurs facteurs externes, de problèmes dans nos vies personnelles, ce que le groupe semble comprendre et nous continuons l’atelier à quatre.

Concentration maximale @Maude Blanchet-Léger

Il s’agissait d’une question importante à se poser: c’est bien beau se demander quelles sont les solutions, mais est-ce que ça en vaut la peine? Nous nous sommes tous.tes senti.es impuissant.es à un moment ou à un autre et ce sentiment est en effet valide. L’une des participantes semblait questionner l’exercice même et cette position a donné lieu à un débat sain qui s’est passé dans le calme. Thierry, les deux autres jeunes et moi avions tous.tes l’air de dire qu’il fallait garder espoir, car le progrès est tout de même visible, même s’il est parfois minime.

 

Nous avons énoncé plusieurs idées pour l’environnement comme: améliorer notre système de recyclage, transformer de manière plus efficace les déchets, manger moins de viande, définir les objectifs économiques en fonction de l’environnement et non l’inverse. Pour nommer quelques autres exemples, nous avons noté pour la justice: investir dans les services sociaux et moins dans la police. Pour le pouvoir: établir le vote proportionnel et éduquer dès l’enfance à la démocratie. Pour l’économie: la juste contribution des entreprises à la société. Pour l’éducation: la reconnaissance des professeur.es et la reconnaissance des différents talents et intelligences, financer les arts et réécrire l’histoire pour qu’elle soit plus honnête.

 

Au début de la journée, j’étais un peu nerveuse d’arriver dans un groupe de jeunes que je ne connaissais pas, avec Tiphaine et Thierry que je n’avais pas encore rencontré.es. J’avais peur d’être une intruse, mais en prenant un peu le rôle d’une participante à l’atelier, je me suis rapidement sentie acceptée et écoutée. Après tout, Titi et Thithi avaient déjà établi un lien de confiance avec les jeunes. À la fin de l’atelier, Thierry posait des questions et si elle nous concernait, on devait lever la main. Durant les ateliers, qui a appris au moins une fois quelque chose? Qui a trouvé ça plate à l’occasion? Qui a ri au moins une fois? Qui a partagé son point de vue au moins une fois? Qui s’est senti.e écouté.e? Tout le monde levait la main!

 

-------------------------------------------------

ANGLAIS

This morning, Wednesday the 22th of July,  I arrive with my bike at Boulot Vers, a company that helps young people in difficulty between the ages of 16 and 25 to integrate society and the job market. Boulot Vers offers them paid internships in their cabinetry workshop and in their offices in addition to various training, coaching, etc. When I saw what was their mission online, I thought Wow, what a good idea! and I was really excited to attend for my first time to a workshop given by Exeko, with two of our mediators: Tiphaine and Thierry.

Oh, yeah, hi my name is Maude and I’m new at Exeko. I am the summer operations mobilization officer and I help with the virtualization of our different projects and make the link between these and the communications, among other things. I’m also a graphic design student, dedicated to using my design skills for social change. I could talk about it for a long time, but I also love writing and photography, so here I am writing about my experience with the workshop about the ideal society, with seven participants from Boulot Vers.

To break the ice, we started by saying in which neighborhood we live in and name one thing we like about it. Without naming any names, one of the participants lives in Lasalle and likes the fact that there are a lot of green spaces. Another lives in Hochelaga and likes to see the Olympic stadium and walking around in the esplanade. Thierry is in Rosemont and likes that it is still not too much gentrified and that there is a great diversity. This other participant likes the Maisonneuve Park (and the sheeps that graze the grass) and another one, the river next to her home in Montreal Nord. Tiphaine likes to go to the botanical garden in Hochelaga and I, who is in Centre-Sud, like the many cultural and historical places.

Then, we did portraits of everyone, trying to look only at our model and never at our sheet of paper. It was pretty hard to do,  but you don’t need to care about the results, because they are always unexpected and funny! 

    

Here is my portrait made by one of the participants as well as a few others that were made (we could decide to give our drawings to the model, so most of them kept their portraits):

      

It was after that that we got to the heart of the subject with the question: What is it that annoys you in our society?

Thierry started by giving the example of people that don’t let others out before entering the metro, which generated several comments about public transport and driving on the road, such as people who don't put their turn signals, or people who open their car door without looking first, or people who spray their perfume on the bus… As futile as these remarks may seem, we have raised the point that it always comes back to the lack of concern for others and the habits of an individualistic society. Other comments however were more piercing, let's say, like a participant having mentioned that there was still gunshots in Montreal Nord and that nothing seemed to be done to stop them and that it was somehow accepted. Also, the domination of the market within our society has led us to complain about the lack of time, the stress, the fact that our value is evaluated according to our productivity and according to our grades at school, which contributes also to the causes of stress…

After this therapeutic session of collective whining, we individually wrote down ideas for solutions that might bring desired changes in different spheres of society (environment, justice, power, economy and education).

After a ten minutes break, we splitted into two groups to put in common our thoughts. I was in group number two, led by Thierry, with three of the participants.

       

One of them was fairly quiet from the start, but seemed to become more comfortable speaking in a small group. We started the discussion with the environment and she began expressing her pessimism about the insufficient efforts being made. She thinks that people are not gonna make the necessary changes fast enough, because she believes that the human nature is to destroy everything.

Thierry then expresses his agreement that the changes are slow and insufficient. However, he disagrees that human nature is fundamentally wrong and points out that several changes have been made in the right direction. Another participant talks about the city of San Francisco, which produces very little waste. We then compare ourselves to them, here in Canada who produce the most waste per capita. 

Although we try to suggest solutions, the group does not find a consensus and some prefer to leave the discussion circle to isolate themselves. Thierry then explains that sometimes people are less willing to have this kind of discussion because of several external factors, problems in our personal lives, which the group seems to understand and we continue the workshop at four people.

This was an important question to ask: it's fine to wonder what the solutions are, but is it worth it? We have all felt helpless at one time or another and this feeling is indeed valid. The participant seemed to question the exercise itself and this position sparked a healthy debate that took place calmly. Thierry, the other two participants and I all seemed to say that we had to keep hope, because the progress is still visible, even if it is sometimes very small.

We put forward several ideas for the environment such as: improving our recycling system, transforming waste more efficiently, eating less meat, setting economic objectives according to the environment and not the other way around. To name a few other examples, we have noted for justice: investing in social services and defunding the police. For power: establish proportional voting and educating children about democracy. For the economy: the fair contribution of companies to society. For education: recognizing the work of teachers and recognizing the different talents and intelligences, funding the arts and rewriting history to make it more honest.

When I got there, I was a little nervous to arrive in a group of people that I didn’t know, with Tiphaine and Thierry, whom I had not yet met. I was afraid of being an intruder, but by taking the role of a participant, I quickly felt accepted and listened to. After all, Titi and Thithi had already established a bond of trust with the young participants. At the end of the workshop, Thierry was asking questions and if it concerned us, we had to raise our hands. During the workshops, who learned something at least once? Who found it boring at least once? Who laughed at least once? Who shared their point of view at least once? Who felt listened to? Everyone raised their hands!

 

 

En arrivant au Parc Martin Luther-King, je réalise que nous ne manquerons probablement pas de participant.es. Je...

[ENGLISH VERSION]

Le comité d'analyse et de veille sociale d'Exeko est composé de membres de l'équipe soit Ducakis Désinat, Jani Greffe-Bélanger,...

Après 1 an passé avec nous à l'équipe des programmes et projets, Amandine Gazut reprend sa route vers de nouvelles aventures...

  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue. »

    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain

  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre…  »

    Nadia Duguay, directrice du projet

  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants. »

    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente

  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir.  »

    Sophie Poucachiche, participante

  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir »

    Jimmy, participant

  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?" »

    Tony, participant idAction

  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir »

    Jo, participant idAction

  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté. »

    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi

  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être. »

    François-Xavier Michaux, directeur du programme

  • « On a appris à affronter nos peurs. »

    Cynthia, participante Trickster

  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie! »

    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster

  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. »

    Nadia Bastien, directrice générale AMDI

  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur. »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun »

    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013

  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête. »

    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013

  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir

  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire! »

    Elie, participante

  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur. »

    Louise Chabot, Présidente CSQ

  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider. »

    Participant en milieu carcéral

  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants. »

    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir

  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées... »

    Participant, idAction Mobile

  • «  Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ? »

    Nathaniel, participant, Trickster

  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant. »

    Directrice d'une école partenaire

  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime »

    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice

  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres. »

    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013

  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire. »

    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013

  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis. »

    Bulletin des YMCA

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil ! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation. »

    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal

  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière. »

    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI

  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant... »

    Larry, participant

  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait. »

    Eva, participante

  • « Nous sommes vraiment heureux de conjuguer nos actions à celles d'Exeko; nous avons ainsi l'assurance que la jeunesse autochtone en bénéficiera de façon significative.»
    Marie-Josée Coutu, Présidente de la Fondation Marcelle et Jean Coutu
  • « J'ai toujours été imprégnée du désir de justice sociale et je croyais ne pas avoir de préjugés...mais je dois dire que mon expérience chez Exeko a transformé ma vision des personnes en marge.»
    Muriel Kearney, bénévole depuis septembre 2015
  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue.»
    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain
  • « I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer»
    A participant, idAction Mobile
  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête.»
    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013
  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun»
    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur.»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle.»
    Nadia Bastien, directrice générale AMDI
  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie!»
    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster
  • « On a appris à affronter nos peurs.»
    Cynthia, participante Trickster
  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être.»
    François-Xavier Michaux, directeur du programme
  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté.»
    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi
  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir»
    Jo, participant idAction
  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?"»
    Tony, participant idAction
  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir»
    Jimmy, participant
  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir. »
    Sophie Poucachiche, participante
  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants.»
    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente
  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre… »
    Nadia Duguay, directrice du projet
  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir
  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire!»
    Elie, participante
  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait.»
    Eva, participante
  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant...»
    Larry, participant
  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière.»
    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI
  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation.»
    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil !»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil!»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis.»
    Bulletin des YMCA
  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire.»
    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013
  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres.»
    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime»
    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice
  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant.»
    Directrice d'une école partenaire
  • « Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ?»
    Nathaniel, participant, Trickster
  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées...»
    Participant, idAction Mobile
  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants.»
    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir
  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur.»
    Louise Chabot, Présidente CSQ
  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir.»
    Participant en milieu carcéral