Justice pour Joyce / Justice For Joyce

(credit = Gabriel Provost)

Justice pour Joyce / Justice For Joyce

Aujourd’hui, je prends la parole, consciente de ma positionnalité dans le milieu. Je prends la parole en tant que femme blanche, travaillant dans un organisme majoritairement blanc, majoritairement allochtone qui travaille en collaboration avec les populations marginalisées. Je prends la parole, consciente que mon travail tient sur des injustices qu’un système colonialiste, dont je profite et auquel je contribue, a créées.

Trois jours après le décès de Joyce Echaquan, comme plusieurs, sa voix résonne encore. Pour plusieurs, cette voix, cette détresse, ces derniers moments de vie ont été entendus comme une première, comme un premier contact tangible avec le racisme systémique que subissent les Autochtones.  Une preuve irréfutable que les Autochtones du Québec sont encore à ce jour victimes d’un système colonialiste.  Une preuve du racisme qui sévit quotidiennement et qui n’a jamais cessé… Ces images sont venues vers nous parmi notre fil d’actualité comme toutes les autres qui sont passées devant nos yeux ce matin-là… Ces images sont beaucoup plus qu’un article qu’on peut dérouler afin de l’éviter une fois visionné.

C’est la détresse d’une femme. Une femme autochtone.

JOYCE ECHAQUAN

Une jeune mère de 37 ans, Atikamekw de Manawan.

Les journaux diront qu’on entend dire des mots inintelligibles… Ceux qui les ont reçus et vers qui ils étaient dirigés les ont compris, puisqu’ils étaient compréhensibles pour toutes personnes parlant atikamekw. Il s’agissait d’un appel à l’aide. Aujourd’hui, mon cœur se tourne tout d’abord vers la famille Echaquan, les 7 enfants et le mari de Joyce, la communauté de Manawan et la nation atikamekw. Mon cœur se tourne vers nos collègues et partenaires avec qui nous avons la chance de collaborer dans les communautés voisines de Manawan qui sont des proches, ami.e.s, familles ou connaissances de Joyce. Je pense à vous  tou.te.s qui vivez un deuil teinté d’une couleur bien douloureuse, celle du racisme. Puisque si les paroles de Joyce sont incompréhensibles, si vous parlez le français, celles des infirmières sont claires. Les derniers moments de Joyce ont été pollués par des propos horrifiants, d’un racisme que l’on croit inexistant ou mort depuis longtemps au Québec… Et pourtant, on l’entend clairement… On ne peut pas s’en détourner ou le nommer autrement à l’écoute de cette vidéo.  

Ironie bien sombre, cette tragédie arrive un an tout exactement après le dépôt du rapport de la Commission Viens qui avait pour mandat de faire enquête sur les relations entre les Autochtones et les services publics au Québec. Un des nombreux rapports résultant des nombreuses commissions ayant pour objectif d’améliorer les conditions de vie des Autochtones et leurs relations avec les services publics. Il s’agit de plusieurs centaines de recommandations au total… Seulement 4 des 142 appels à l’action du rapport de la Commission Viens ont été mises en œuvre depuis. Dans le concret, dans les institutions, le racisme systémique est toujours présent. Les recommandations mises en place tiennent plus souvent de la reconnaissance que de mesures concrètes. Pendant ce temps, qui est imputable des Autochtones tué.e.s par des policiers lors de contrôles de bien-être ? Qui est imputable des gestes et paroles posées dans les hôpitaux? Qui est imputable de la mort des dizaines d’Autochtones en situation d’itinérance à Montréal cette année, particulièrement des femmes? Congédier une infirmière qui a eu des propos d’une violence et d’un racisme monumental, n’est pas une finalité qui frappera la fin du racisme systémique. Combien de live Facebook aurons-nous besoin pour être assez en colère et briser le silence? Qu’attendons-nous pour exiger collectivement et fermementt que les choses changent? Que tou.te.s puissent bénéficier de soins de santé et des services publics dans la sécurité et le respect sans y risquer leur vie.

Ces faits nous invitent à nous questionner sur le pouvoir que nous avons de changer les choses individuellement et collectivement. De quelle manière contribuons-nous à ce système? À la lumière de ces réflexions et de l’inaction habituelle observée face aux recommandations, Exeko s’engage à ne plus tenir ou participer à des consultations qui serviraient spécifiquement à faire des portraits de populations opprimées, tout du moins d’ici à ce que des gestes et des actions concrètes soient posés. Par le fait même, nous nous engageons à exiger que les municipalités, et gouvernements se tournent plutôt vers les nombreux rapports déjà rédigés ainsi que les données, informations et connaissances déjà présentes au sein même des communautés, milieux et organismes concernés. Exeko s’engage à répondre présent si la demande vient des populations concernées uniquement. Nous sommes conscient.e.s à ce jour de l’impact néfaste qu’a, sur ces populations, la répétition de ces initiatives et l’inaction face aux recommandations. 

Nous voulons que les rapports, portraits et recherches portées par les personnes concernées soient considérés et priorisés. C’est pourquoi nous nous engageons à contribuer, prioritairement, à la mise en oeuvre des recommandations mentionnées dans le Plan d’action contre le racisme et la discrimination de l’APNLQ sorti en début de semaine, qui invite à s’engager AVEC les premières nations contre le racisme et la discrimination. Nous écouterons leurs voix plutôt que celles gouvernementales en ce qui concerne cet enjeu. Nous vous invitons aussi à vous informer et à en prendre connaissance.

Tous les textes du monde, les lettres de soutien, les prises de paroles et les indignations ne pourront venir effacer la peine et la douleur ressenties par les familles, communautés et nations qui ont perdu des êtres chers dans des circonstances troublantes découlant directement du racisme systémique, se traduisant trop souvent par du racisme ordinaire, porté par des individus.Le racisme systémique restera  un mur indestructible, tant et aussi longtemps que nous en serons les briques qui en subissent le poids tout en le supportant.

 

- Jani Greffe-Bélanger, co-directrice des programme

Pour toute l'équipe d'Exeko

 

Lire / soutenir/ se mobiliser

 

Une femme autochtone meurt à l'hôpital de Joliette dans des circonstances troubles, Radio canada - espaces autochtones, 28 septembre 2020 7 minutes, 12 secondes - Isabelle Hachey, Publié le 30 septembre 2020 à 6h00    Donner à la campagne GoFundMe Justice for Joyce  Participer à la marche: Samedi 3 octobre - 13h, Montréal - Place Émilie Gamelin

Plan d’action de l’APNQL sur le racisme et la discrimination : les Premières Nations tendent la main aux québécois Trousses d'outils pour les alliées aux luttes autochtones

par Maude Blanchet Léger

 

Le lundi 28 septembre, nous avions une sortie en van avec Valérie et Janie, deux de nos médiatrices. La plan était d’...

Aujourd’hui, je prends la parole, consciente de ma positionnalité dans le milieu. Je prends la parole en tant que femme blanche, travaillant dans...

Sous la responsabilité de la directrice des partenariats et de la directrice des communications, la personneen poste a pour objectif principal de...

Il nous raconte qu’il s’est fait voler toutes ses choses; nous lui proposons alors de lui redonner un carnet et un stylo. Je lui demande...

  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue. »

    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain

  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre…  »

    Nadia Duguay, directrice du projet

  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants. »

    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente

  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir.  »

    Sophie Poucachiche, participante

  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir »

    Jimmy, participant

  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?" »

    Tony, participant idAction

  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir »

    Jo, participant idAction

  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté. »

    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi

  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être. »

    François-Xavier Michaux, directeur du programme

  • « On a appris à affronter nos peurs. »

    Cynthia, participante Trickster

  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie! »

    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster

  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. »

    Nadia Bastien, directrice générale AMDI

  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur. »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun »

    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013

  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête. »

    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013

  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir

  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire! »

    Elie, participante

  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur. »

    Louise Chabot, Présidente CSQ

  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider. »

    Participant en milieu carcéral

  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants. »

    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir

  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées... »

    Participant, idAction Mobile

  • «  Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ? »

    Nathaniel, participant, Trickster

  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant. »

    Directrice d'une école partenaire

  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime »

    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice

  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres. »

    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013

  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire. »

    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013

  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis. »

    Bulletin des YMCA

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil ! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation. »

    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal

  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière. »

    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI

  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant... »

    Larry, participant

  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait. »

    Eva, participante

  • « Nous sommes vraiment heureux de conjuguer nos actions à celles d'Exeko; nous avons ainsi l'assurance que la jeunesse autochtone en bénéficiera de façon significative.»
    Marie-Josée Coutu, Présidente de la Fondation Marcelle et Jean Coutu
  • « J'ai toujours été imprégnée du désir de justice sociale et je croyais ne pas avoir de préjugés...mais je dois dire que mon expérience chez Exeko a transformé ma vision des personnes en marge.»
    Muriel Kearney, bénévole depuis septembre 2015
  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue.»
    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain
  • « I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer»
    A participant, idAction Mobile
  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête.»
    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013
  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun»
    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur.»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle.»
    Nadia Bastien, directrice générale AMDI
  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie!»
    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster
  • « On a appris à affronter nos peurs.»
    Cynthia, participante Trickster
  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être.»
    François-Xavier Michaux, directeur du programme
  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté.»
    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi
  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir»
    Jo, participant idAction
  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?"»
    Tony, participant idAction
  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir»
    Jimmy, participant
  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir. »
    Sophie Poucachiche, participante
  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants.»
    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente
  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre… »
    Nadia Duguay, directrice du projet
  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir
  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire!»
    Elie, participante
  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait.»
    Eva, participante
  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant...»
    Larry, participant
  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière.»
    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI
  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation.»
    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil !»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil!»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis.»
    Bulletin des YMCA
  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire.»
    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013
  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres.»
    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime»
    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice
  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant.»
    Directrice d'une école partenaire
  • « Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ?»
    Nathaniel, participant, Trickster
  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées...»
    Participant, idAction Mobile
  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants.»
    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir
  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur.»
    Louise Chabot, Présidente CSQ
  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir.»
    Participant en milieu carcéral