Jeanne-Marie, Maïtée, Mélanie, Sara et Yann se joignent au CA

Jeanne-Marie, Maïtée, Mélanie, Sara et Yann se joignent au CA

Les élections tenues le 5 octobre dernier ont permis de confirmer l’élection de cinq nouveaux/elles administrateurs/trices au Conseil d’Administration d’Exeko. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme, honneur et fierté que notre CA s’agrandit, gagne en profondeur, en expertises et en expériences. Ils/elles sauront à coup sûrs apporter à l’organisation de nouvelles perspectives, leur ancrage dans leurs milieux et des éclairages situés à la rencontre de la multiplicité de leurs expériences respectives. Au nom de toute l’équipe et des membres actuel.le.s du CA, nous les accueillons chaleureusement et leur souhaitons la bienvenue. C’est aussi l’occasion pour nous de vous les présenter. 

  • Jeanne-Marie Rugira, Professeure titulaire et chercheure au Département de Psychosociologie et Travail Social à l’UQAR.
  • Maitée Labrecques Saganash, assistante de recherche et communication au Cree Board of Health and Social Services of James Bay, Rédactrice à The Nation Magazine et au Journal Métro.
  • Mélanie Valcin, Directrice régionale - Québec, Nunavut et provinces atlantiques de Collège Frontière.
  • Sara Lyons, Vice-présidente Initiatives Stratégiques de Community Foundations of Canada.
  • Yann Allard-Tremblay, Professeur adjoint en sciences politiques à l’Université McGill.

Iels se joignent aux membres actuel.le.s du CA: Antoine Roy-Larouche, Christian Sénéchal, Danielle Poulin, François-Xavier Michaux, Lourdes Rodriguez del Barrio, Nadia Duguay, Nadine St-Louis, Ricardo Lamour.

C’est aussi l’occasion de remercier tou.te.s ceux et celles qui nous adresser leurs intérêts et candidatures ces derniers mois, lors du processus d’appel à candidatures.

 

Jeanne-Marie Rugira

Jeanne-Marie Rugira est une Québécoise d’origine rwandaise. Elle vit à Rimouski depuis maintenant 27 ans. Elle est professeure au Département des Psychosociologie et Travail Social à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR). Elle est aussi poétesse et militante féministe décoloniale. Docteure en sciences de l’éducation, elle s’intéresse particulièrement aux enjeux éthiques de l’éducation en contexte de violence et de souffrance ainsi que dans l’accompagnement des processus de résilience individuelle et collective.  Sa pratique de formation, de recherche et d’intervention se trouve à la croisée du courant des histoires de vie en formation, de l’éducation somatique et des approches dialogiques et interculturelles. Vice-Présidente aux Régions de la Fédération des Femmes du Québec (FFQ) et présidente du Réseau Québecois pour la Pratique des Histoires de Vie (RQPHV). 

 

 

 

Maïtée Labrecque-Saganash

Maïtée Labrecque-Saganash est originaire de Waswanipi en Eeyou Istchee. Elle milite pour les droits des Autochtones et fait entendre sa voix sur plusieurs tribunes comme le Journal Métro et le magazine The Nation où elle y est chroniqueuse. Elle fait partie de l’équipe régionale de communications du Conseil Cri de la Santé et des Services Sociaux de la Baie-James. Depuis novembre 2020, elle représente Waswanipi sur le Conseil des Commissaires du Cree School Board.

 

 

Mélanie Valcin

« L'innovation sociale, l'inclusion, le développement du leadership des jeunes et l'utilisation de la communauté comme un lieu d'apprentissage ont toujours guidé mon parcours. Me voici donc très heureuse de me mettre au service d'Exeko dont la mission repose sur ces mêmes principes fondamentaux. »

Mélanie possède une vaste expertise en planification stratégique, gestion de projets, relations gouvernementales et collecte de fonds, notamment dans les domaines de l'éducation et de l'innovation sociale. Au cours des 10 dernières années, elle a notamment collaboré avec plus de 40 communautés et institutions des Premières Nations et des Inuits pour mettre sur pied des programmes visant la persévérance scolaire. Elle a également travaillé avec diverses industries (mines, construction, tourisme, santé et services sociaux, infrastructures) pour mettre en place des programmes d'alphabétisation, de francisation et de développement des compétences essentielles en milieu travail aux quatre coins du pays.

Après avoir obtenu une MA en Développement international et communautaire à l'Université de Toronto, Mélanie a débuté sa carrière au siège du Fonds de développement des Nations Unies pour la femme à Mexico (UNIFEM). Elle a ensuite géré les programmes d'éducation internationale de l'Université Monash à Melbourne, en Australie. De retour au Canada, elle a coordonné des campagnes de sensibilisation pour la Croix-Rouge canadienne avant de rejoindre Collège Frontière en 2002. Mélanie siège aussi sur le C.A. de l'organisme Ali et les prince.sse.s de la rue.

 

Sara Lyons

Sara évolue au sein du mouvement des fondations communautaires depuis plus de dix ans, à l’échelle locale et aux Fondations communautaires du Canada. Elle s’occupait auparavant de questions politiques et urbaines. Au cours de ses années avec les FCC, Sara a catalysé nombre d’efforts pour optimiser les retombées de l’action des fondations communautaires, par l’entremise de programmes comme Signes vitaux et Les fondations communautaires et l’environnement. Sara est membre du conseil fondateur de The Circle on Philanthropy and Aboriginal Peoples in Canada (le Cercle) et a siégé au conseil du Centre de santé communautaire du Centre-ville d’Ottawa, où elle a contribué à l’élaboration d’un plan d’action alimentaire local. Sara aime cuisiner et passer du temps entre amis. Même si ses deux fillettes la tiennent très occupée, elle s’évade parfois pour de longues randonnées avec son groupe de cyclisme urbain. Sara dirige de nombreuses initiatives stratégiques des FCC touchant notamment les jeunes, l’investissement social et les communautés autochtones.

 

 

Yann Allard-Tremblay

« Mon expérience avec Exeko m’a rendu plus conscient des diverses manières de travailler à l’inclusion et d’être ouvert à, et d’apprendre de, l’autre dans un rapport égalitaire. C’est une posture intellectuelle qui mérite d’être plus largement répandue. » 

Yann est actuellement professeur au département de science politique de l’Université McGill où il enseigne la théorie politique et dans le programme des études Autochtones. Yann est membre de la nation huronne-wendat et cherche à contribuer à la décolonisation et l’indigénisation des savoirs et des pratiques politiques par ses recherches et son enseignement. Il est également un ancien employé d’Exeko. Son implication au niveau du CA est pour lui une manière de continuer à contribuer à des objectifs qui lui sont chers : l’inclusion sociale et l’émancipation intellectuelle par la créativité et la réflexion philosophique.

 

 

 

 

  • Plus d'infos sur nos administrateur.rice.s ? Les biographies du CA sont disponibles en PDF par ici
par Maude Blanchet Léger

 

Le lundi 28 septembre, nous avions une sortie en van avec Valérie et Janie, deux de nos médiatrices. La plan était d’...

Aujourd’hui, je prends la parole, consciente de ma positionnalité dans le milieu. Je prends la parole en tant que femme blanche, travaillant dans...

Sous la responsabilité de la directrice des partenariats et de la directrice des communications, la personneen poste a pour objectif principal de...

Il nous raconte qu’il s’est fait voler toutes ses choses; nous lui proposons alors de lui redonner un carnet et un stylo. Je lui demande...

  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue. »

    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain

  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre…  »

    Nadia Duguay, directrice du projet

  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants. »

    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente

  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir.  »

    Sophie Poucachiche, participante

  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir »

    Jimmy, participant

  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?" »

    Tony, participant idAction

  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir »

    Jo, participant idAction

  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté. »

    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi

  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être. »

    François-Xavier Michaux, directeur du programme

  • « On a appris à affronter nos peurs. »

    Cynthia, participante Trickster

  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie! »

    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster

  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. »

    Nadia Bastien, directrice générale AMDI

  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur. »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun »

    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013

  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête. »

    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013

  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir

  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire! »

    Elie, participante

  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur. »

    Louise Chabot, Présidente CSQ

  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider. »

    Participant en milieu carcéral

  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants. »

    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir

  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées... »

    Participant, idAction Mobile

  • «  Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ? »

    Nathaniel, participant, Trickster

  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant. »

    Directrice d'une école partenaire

  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime »

    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice

  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres. »

    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013

  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire. »

    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013

  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis. »

    Bulletin des YMCA

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil ! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation. »

    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal

  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière. »

    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI

  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant... »

    Larry, participant

  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait. »

    Eva, participante

  • « Nous sommes vraiment heureux de conjuguer nos actions à celles d'Exeko; nous avons ainsi l'assurance que la jeunesse autochtone en bénéficiera de façon significative.»
    Marie-Josée Coutu, Présidente de la Fondation Marcelle et Jean Coutu
  • « J'ai toujours été imprégnée du désir de justice sociale et je croyais ne pas avoir de préjugés...mais je dois dire que mon expérience chez Exeko a transformé ma vision des personnes en marge.»
    Muriel Kearney, bénévole depuis septembre 2015
  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue.»
    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain
  • « I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer»
    A participant, idAction Mobile
  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête.»
    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013
  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun»
    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur.»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle.»
    Nadia Bastien, directrice générale AMDI
  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie!»
    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster
  • « On a appris à affronter nos peurs.»
    Cynthia, participante Trickster
  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être.»
    François-Xavier Michaux, directeur du programme
  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté.»
    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi
  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir»
    Jo, participant idAction
  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?"»
    Tony, participant idAction
  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir»
    Jimmy, participant
  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir. »
    Sophie Poucachiche, participante
  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants.»
    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente
  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre… »
    Nadia Duguay, directrice du projet
  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir
  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire!»
    Elie, participante
  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait.»
    Eva, participante
  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant...»
    Larry, participant
  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière.»
    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI
  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation.»
    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil !»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil!»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis.»
    Bulletin des YMCA
  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire.»
    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013
  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres.»
    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime»
    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice
  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant.»
    Directrice d'une école partenaire
  • « Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ?»
    Nathaniel, participant, Trickster
  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées...»
    Participant, idAction Mobile
  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants.»
    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir
  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur.»
    Louise Chabot, Présidente CSQ
  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir.»
    Participant en milieu carcéral