Dialogues interculturels à bord d’idAction Mobile

Dialogues interculturels à bord d’idAction Mobile

Par Marie Pierre Gadoua, médiatrice idAction Mobile

 

À bord de la caravane philosophique d’Exeko, nous avons la chance de côtoyer dans une même soirée des gens de cultures et d’identités autochtones (et aussi non-autochtones) extrêmement variées. Algonquins, Atikamekw, Cris, Innus, Inuit, Mi’kmaq, Mohawk, Ojibwé, et j’en passe, font partie des participants avec qui nous travaillons régulièrement, et ce simultanément. Une situation unique, si nous pensons aux distances qui séparent habituellement leurs communautés d’origine sur le territoire québécois et canadien.  Avec notre outil qu’est la médiation culturelle et intellectuelle, ces rencontres représentent une opportunité pour réfléchir ensemble à d’importantes questions sur la culture et l’identité, leur définition, leur expression et leur transmission, ainsi que la perception d’autrui et les relations (et absence de relations) interculturelles dans le milieu urbain que nous partageons.

 

Afin de stimuler ces discussions et de les partager avec le public, idAction Mobile a débuté il y a deux semaines une collaboration avec le Musée McCord, en lien avec son exposition permanente mettant de l’avant sa collection des Premiers Peuples du Canada, intitulée « Porter son identité ». Nous avons créé un catalogue qui présente une sélection d’objets du McCord, afin de provoquer des discussions sur l’identité (en avons-nous une seule ou plusieurs ? Comment la/les définir ?), les traditions du passé et celles du présent (préserver ou renouveler ?), le changement et les transformations culturelles (sont-elles souhaitables ? si oui, comment ?), le rôle des musées (usurpateurs ou protecteurs ?), et bien d’autres questions complexes et passionnantes. Aussi, nous proposons aux participants qui le veulent bien de partager leurs réflexions et témoignages avec le public. De faire entendre leur voix, quoi. C’est sur le site internet du Musée McCord que vous pourrez voir éventuellement le fruit de ces ateliers, en lien avec l’exposition permanente et la collection des Premiers Peuples.

 

Un petit avant goût ? La semaine dernière,  en regardant la photo d’un parka féminin (amauti) hautement décoré de perles, une participante inuit rencontrée au refuge du PAQ nous a expliqué, dessin à l’appui, la signature des femmes son village (Kangiqsualujjuaq) quant à la façon de coudre les perles sur leurs kamiik (bottes en peau de phoque). Avec un groupe de femmes inuit rencontrées au Métro Atwater, et qui sont originaires des Territoires du Nord-Ouest, du Nunavut et du Nunavik, nous avons eu une discussion animée sur leurs divers styles d’uluit (couteaux féminins de forme semi-circulaire), objets du quotidien indispensables (une des participantes nous a même montré le sien, tout droit sorti de son sac à main), mais aussi un symbole identitaire marquant pour les femmes inuit contemporaines. Couper de la viande et affirmer son identité en même temps ? Bien oui, justement, me disent-elles avec aplomb, mais avec un air quand même un brin songeur.

http://www.mccord-museum.qc.ca/scripts/imagedownload.php?accessNumber=ME...

Aussi, il y eut un grand intérêt à propos des objets non-inuit, ceux des Premières Nations, une curiosité que nous avons tenté de satisfaire avec l’aide des autres participants présents à ce moment. En regardant des images de raquettes provenant de diverses communautés de Premières Nations du Québec, une des participantes nous a confié que son père les collectionne, et qu’il en a un très grand nombre provenant des quatre coins de la province. Ah oui ? Un homme inuit qui collectionne des objets traditionnels des Premières Nations ? Pourquoi pas, me dit-elle. Évidemment que ça se peut, pourquoi suis-je étonnée.

 

http://www.mccord-museum.qc.ca/en/collection/artifacts/ACC1148.1-2

 

 

Parlant d’étonnement, saviez-vous que les aurores boréales, en plus d’être magnifiques visuellement, émettent des sons et que les femmes inuit du Nunavik les imitent dans leurs chants de gorge ? Cette information que nous avons apprise dernièrement, nous avons décidé de la partager avec les participants, et d’en profiter pour leur demander s’ils ont des histoires et croyances propres à leur culture, à propos de ce phénomène.

 

de petites images d'aurores boréales et un peu de réflexion à laisser aux participants...

 

Chez les Inuit de la région d’Igloolik au Nunavut, les aurores boréales sont causées par les esprits des morts qui jouent au ballon (une sorte de ‘football’ inuit) avec des crânes de morse. Rien de moins. Pour sa part, un participant cri rencontré au refuge du PAQ nous a expliqué que ce sont les esprits qui dansent, mais qu’il faut se méfier des aurores car elles peuvent nous enlever et nous emporter à jamais. D’ailleurs, il ne faut surtout pas imiter leurs bruits pendant leur manifestation céleste, en frottant nos ongles ensemble, par exemple, car cela pourrait provoquer notre perte. Leurs bruits sont en fait une sorte de claquement . Tout le monde craint les aurores, à ses dires, même les chiens. Ces derniers se cachent et on n’en entend plus un japper dans la communauté lorsque ces lumières envahissent le ciel. Un participant Ojibwé, qui s’est joint à notre conversation, nous dit que pour sa part, il ne les craint pas, mais que d’y penser lui rappelle la première fois qu’il en a vu,  un moment magique vécu avec sa grand-mère au Labrador. Un Ojibwé au Labrador ? Bien oui, que son ami me répond, les Ojibwé sont partout, ma chère, même que ce dernier vient en fait de la Floride ! Ah, ok… Floride, Labrador, pourquoi pas. Encore une fois, je suis déstabilisée et j’en apprends.

Ce bel échange interculturel sur les aurores boréales s’est terminé en beauté lorsqu’un des participants m’a relancé la question : Et toi, Marie-Pierre ? Comment parle-t-on des aurores boréales dans ta culture ? Silence radio de mon côté… Aucune idée ! Un peu honteuse, je lui ai promis de faire une recherche et de lui revenir là dessus. En fait, la recherche, je l’avais déjà faite, mais sans m’en rendre compte. Nous, dans notre culture, on en parle avec la science. Internet regorge de sources à cet effet. Mais la science (astronomie, physique, météorologie et autres), peut-elle être perçue comme une croyance culturelle, une histoire, une façon d’appréhender le monde et de se le raconter ? Vous pouvez-être certaine que je vais soulever la question avec les participants lors de ma prochaine route !  

Découvrez d'autres récits des expériences vécues à bord d'idAction Mobile!

http://exeko.org/idaction-mobile 

 

Notre CA est composé de 13 administrateurs(trices) (composition actuelle disponible...

Cette question m’a été posée par une jeune dame à la Maison des amis. Ma première réponse, sans réfléchir et à froid, a été : oui, c’est...

Selon moi, l’indifférence se présente sous différentes formes : la froideur, la neutralité, le besoin et la survie pour n’en nommer que quatre.

Nous recherchons plusieurs profils pouvant compléter notre équipe de médiation pour nos projets en communautés Autochtones (Trickster, Trickster...

  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue. »

    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain

  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre…  »

    Nadia Duguay, directrice du projet

  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants. »

    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente

  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir.  »

    Sophie Poucachiche, participante

  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir »

    Jimmy, participant

  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?" »

    Tony, participant idAction

  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir »

    Jo, participant idAction

  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté. »

    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi

  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être. »

    François-Xavier Michaux, directeur du programme

  • « On a appris à affronter nos peurs. »

    Cynthia, participante Trickster

  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie! »

    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster

  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. »

    Nadia Bastien, directrice générale AMDI

  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur. »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun »

    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013

  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête. »

    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013

  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir

  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire! »

    Elie, participante

  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur. »

    Louise Chabot, Présidente CSQ

  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider. »

    Participant en milieu carcéral

  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants. »

    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir

  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées... »

    Participant, idAction Mobile

  • «  Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ? »

    Nathaniel, participant, Trickster

  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant. »

    Directrice d'une école partenaire

  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime »

    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice

  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres. »

    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013

  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire. »

    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013

  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis. »

    Bulletin des YMCA

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil ! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation. »

    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal

  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière. »

    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI

  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant... »

    Larry, participant

  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait. »

    Eva, participante

  • « Nous sommes vraiment heureux de conjuguer nos actions à celles d'Exeko; nous avons ainsi l'assurance que la jeunesse autochtone en bénéficiera de façon significative.»
    Marie-Josée Coutu, Présidente de la Fondation Marcelle et Jean Coutu
  • « J'ai toujours été imprégnée du désir de justice sociale et je croyais ne pas avoir de préjugés...mais je dois dire que mon expérience chez Exeko a transformé ma vision des personnes en marge.»
    Muriel Kearney, bénévole depuis septembre 2015
  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue.»
    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain
  • « I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer»
    A participant, idAction Mobile
  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête.»
    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013
  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun»
    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur.»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle.»
    Nadia Bastien, directrice générale AMDI
  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie!»
    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster
  • « On a appris à affronter nos peurs.»
    Cynthia, participante Trickster
  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être.»
    François-Xavier Michaux, directeur du programme
  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté.»
    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi
  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir»
    Jo, participant idAction
  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?"»
    Tony, participant idAction
  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir»
    Jimmy, participant
  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir. »
    Sophie Poucachiche, participante
  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants.»
    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente
  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre… »
    Nadia Duguay, directrice du projet
  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir
  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire!»
    Elie, participante
  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait.»
    Eva, participante
  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant...»
    Larry, participant
  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière.»
    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI
  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation.»
    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil !»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil!»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis.»
    Bulletin des YMCA
  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire.»
    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013
  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres.»
    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime»
    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice
  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant.»
    Directrice d'une école partenaire
  • « Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ?»
    Nathaniel, participant, Trickster
  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées...»
    Participant, idAction Mobile
  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants.»
    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir
  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur.»
    Louise Chabot, Présidente CSQ
  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir.»
    Participant en milieu carcéral