Art activiste et changement social

Art activiste et changement social

En vue de Fin Novembre, évènement annuel de rassemblement pour les sans-abri organisé depuis des années par l’ATSA, (Action Terroriste Socialement Acceptable), la campagne Dormir Dehors a fait parler d’elle. Il s’agit d’une campagne citoyenne de reconnaissance des personnes qui dorment dehors, un "je t'ai vu" exprimé par le geste photographique exposé, dont l'éthique de base était de ne pas reconnaître le lieu, ni la personne, et de ne pas la déranger (aucun visage n'est montré). Or, cette façon de faire "à l'insu" des itinérants a créé une polémique soulevée par des groupes communautaires autour des questions d'éthiques et d'inclusion".

A travers trois groupes idAction,  à l’ Accueil Bonneau, à la Maison du Père, et à Plein Milieu, 5 médiateurs Exeko sont allés recueillir l’opinion directe des personnes touchées de près par la problématique de l’itinérance. Les débats, très respectueux, se sont appuyés sur ces actualités pour aborder les thèmes de l’art activiste, de l’art communautaire, de l’art au service du changement social. L’idée est de réfléchir ensemble à un argumentaire composé de points positifs comme négatifs, afin de résumer la vision des communautés de réflexion ici constituées.

local d'art @ Accueil Bonneau

Mercredi matin, à Bonneau, le local d’art dans lequel Daniel et Maxime donnent depuis des mois les ateliers est baigné ce matin-là par le soleil. La bonne humeur rajoute encore un peu de charme au lieu. Les participants arrivent en grand nombre, je compte plus d’une vingtaine d’hommes au temps fort de l’atelier. Je reconnais certains visages, rencontrés, justement, à FIN NOVEMBRE l’an passé… Maxime poursuit ce jour la le débat commencé la semaine passée avec les gars. Cette fois, deux positions sont rapidement proposées, et je m’engage auprès des gars à en porter la synthèse sur notre blog. Le débat, comme l’explique Maxime, adopte au fur et à mesure naturellement un schéma classique d’opposition entre « conséquentialisme » et déontologie, et s’élève philosophiquement.

 

A Plein Milieu, la veille, Marie Paule et Claude, médiatrices, abordaient également le sujet durant le souper idAction, sous l’angle « Art et changement social », à savoir comment l’art participe au changement social, différencier art-thérapie, art communautaire et art activiste.

 

Enfin, jeudi passé,  Marie Paule et William répondaient positivement à Annie Roy, directrice de l’ATSA, qui proposait de venir présenter et débattre de la campagne avec les gars de la Maison du Père. Certains la connaissent déjà, militant ou participant d'une autre année à Fin novembre. Ils sont environ une trentaine au total à joindre la discussion et à réfléchir sur la légitimité de la campagne, réflexion où éthique, esprit critique et analyse politique stratégique sont au rendez-vous. Un débat très animé, dont chaque membre était consciencieusement informé des enjeux par les médiateurs, et dont l’issue, malgré quelques désaccords persistants, optait pour de la compréhension et de l’absence de rancœur. 

Voici donc les grandes lignes dégagées de ces 3 débats :

 

Les arguments avancés par la position déontologique placent l’éthique avant toute chose : peu importent les conséquences si la façon  de faire n’est pas éthique alors l’action n’est pas bonne. La crainte d’une stigmatisation, l’atteinte à la dignité et à l’intimité  sont notamment cités et, à la Maison du Père, on se questionne sur les droits de la personne. Il aurait probablement été plus à privilégier d’agir collectivement, de façon consciente et concertée, menant à une action peut être plus poussée avec les sans-abri.  « On est comme une famille, le monde de la rue,  faut qu’on s’entraide, qu’on fasse une action ensemble », appuie l’un des participants de Bonneau. D’un commun accord,  le manque d’information autour de la campagne peut déranger, un consentement aurait été plus respectueux, notamment par rapport  au fait d’être reconnu par des familles qui ignorent peut être la situation de leur proche. Les personnes photographiées à leur insu pourraient ne pas souhaiter être associées à l’itinérance, mais certaines auraient surement accepté. L’itinérance ne doit pas être définie uniquement par le fait de dormir dehors, dit-on à Plein Milieu. La campagne est jugée par certains participants de Bonneau trop abstraite, manquant de concret. Selon eux, elle ne s’appuie pas assez sur le potentiel individuel, ne crée pas assez de solidarité entre les milieux, et risque également de normaliser ce type d’action. Cet argument est appuyé par le groupe de Plein Milieu qui prône des histoires individuelles plutôt que des images, qui banalisent le problème. Une crainte de non possibilité de protestation par les participants est exprimée, pour des raisons de temps, de ressources, voire de santé mentale, ou tout simplement de méconnaissance des faits.

 

Face à cela, les arguments  « conséquentialistes » rejoignent la position selon laquelle la fin justifie les moyens. La campagne est bonne dans la mesure où elle provoque des débats « excellents », créé un effet et donc des résultats concrets, fait parler d’elle et donc de la cause inhérente, de sujets sociaux réels et méconnus tels que l’itinérance, mais aussi le logement, l’emploi, les préjugés, le changement, la loi. « Le crime profite à la personne photographiée », résume un des gars. Les participants des trois groupes soulignent le caractère direct, « dans ta face », interpellant de la campagne. A Plein Milieu, les participants trouvent qu’elle a davantage d’effet que des levées de fonds traditionnelles, et préfèrent l’authenticité des images à des images qui seraient plus posées.  L’idée de départ est bonne, et permet de soulever de vrais enjeux sociaux, dont il faut que tous les citoyens aient conscience, par un acte concret. Le groupe de Plein Milieu fait remarquer que dans notre société, la confidentialité est brimée à bien des égards dans des situations bien plus graves, dont il faut se soucier. Elle permet de contrer les tabous : « l’itinérance a un visage, il faudrait le montrer », ajoute l’un des gars, à Bonneau.  Elle offre une information réelle, non publicitaire, et pourrait même légitimer le droit de dormir dehors. Par ailleurs, certains expliquent que bien d’autres organismes utilisent ce genre de pratique, parfois sans prendre le soin d’anonymer la personne. Certains trouvent que vivre dans la rue, c’est renoncer à l’anonymat, mais certains y vivent aussi par choix, complète la gang de la Maison du Père. Qu’en est-il des photos prises dans les manifestations ? S’interroge ce même groupe. L’ATSA est reconnue comme un organisme qui vient vraiment en aide aux personnes en situation d’itinérance, en faisant de la pression sur le gouvernement, arguent-ils. Les participants de Bonneau sont nombreux aussi à reconnaitre les bienfaits de Fin Novembre. Les participants approuvent l’utilisation de l’art comme porte-parole de messages sociaux, comme voix des marginalisés.

 

"l'itinérance a un visage, il faudrait le montrer" (c) Exeko

 

A Bonneau, le débat est animé, je suis vraiment agréablement marquée par le taux de participation très élevé : il y a une file d’attente dans les tours de parole.  Les gars s’autorégulent, ce que je trouve assez génial. Lorsque l’un d’eux, hispanophone, cherche à exprimer son point de vue, un de ses camarades, bilingue, se propose tout naturellement pour faire de la traduction simultanée. Tous les autres gars montrent une attention poussée à cette intervention dont ils ne comprennent pas la plupart des mots au premier abord, étant francophones.  L’un va réveiller doucement son voisin qui sommeille sur sa chaise, pour lui proposer du café, et l’inclure dans l’atelier. J'imagine, en voyant les connexions qui se sont faites entre les 3 ateliers, dans trois lieux différents, que les autres débats ont du être tout aussi fascinants.

 

« C’est correct jusqu’à la frontière de la criminalité et de l’immoralité. Tant que cela respecte la légitimité et la sécurité de la personne, on peut dire n’importe quoi sur moi si c’est la verité » (W., participant de l’Accueil Bonneau)

 

Le débat s’acheve à Bonneau sur une question, qui, peut être, animera l’atelier suivant : y a t il une vie privée dans l’espace public ? A Plein Milieu, il a permis de faire émerger des questions sur la nature même de l’art : l’art est-il fait pour l’opportunité ?  À la Maison du Père, l'atelier se termine sur une réflexion plus générale sur la relation entre les fins et les moyens : peut-on arriver à la justice par l'injustice, à la paix par la guerre?

"je pense donc..." atelier mis en place à Fin Novembre

Dans les 3 groupes, des participants en grand nombre ont témoigné apprécier fortement avoir pu s’exprimer sur le sujet, donner leur opinion, faire entendre leur voix. Nous veillerons à leur transmettre ce compte rendu au prochain atelier. Annie invite les participants à venir continuer cette discussion Place Emilie Gamelin, durant l’évènement.

 

Pendant 3 jours, Exeko tient, comme l’an passé, un kiosque de médiation intellectuelle et culturelle idAction au sein de la place publique. Ateliers d’esprit critique, enigmes, débats, création d’œuvres collectives, prêt de livres, et autres surprises y seront proposées ! Venez nous visiter pour le dernier jour, dimanche de 12h à 17h !

 

exeko.org/idaction

exeko.org/idaction-mobile

 

 

 

Notre CA est composé de 13 administrateurs(trices) (composition actuelle disponible...

Cette question m’a été posée par une jeune dame à la Maison des amis. Ma première réponse, sans réfléchir et à froid, a été : oui, c’est...

Selon moi, l’indifférence se présente sous différentes formes : la froideur, la neutralité, le besoin et la survie pour n’en nommer que quatre.

Nous recherchons plusieurs profils pouvant compléter notre équipe de médiation pour nos projets en communautés Autochtones (Trickster, Trickster...

  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue. »

    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain

  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre…  »

    Nadia Duguay, directrice du projet

  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants. »

    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente

  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir.  »

    Sophie Poucachiche, participante

  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir »

    Jimmy, participant

  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?" »

    Tony, participant idAction

  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir »

    Jo, participant idAction

  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté. »

    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi

  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être. »

    François-Xavier Michaux, directeur du programme

  • « On a appris à affronter nos peurs. »

    Cynthia, participante Trickster

  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie! »

    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster

  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. »

    Nadia Bastien, directrice générale AMDI

  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur. »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun »

    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013

  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête. »

    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013

  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir

  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire! »

    Elie, participante

  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur. »

    Louise Chabot, Présidente CSQ

  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider. »

    Participant en milieu carcéral

  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants. »

    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir

  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées... »

    Participant, idAction Mobile

  • «  Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ? »

    Nathaniel, participant, Trickster

  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant. »

    Directrice d'une école partenaire

  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime »

    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice

  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres. »

    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013

  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire. »

    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013

  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis. »

    Bulletin des YMCA

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil ! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation. »

    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal

  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière. »

    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI

  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant... »

    Larry, participant

  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait. »

    Eva, participante

  • « Nous sommes vraiment heureux de conjuguer nos actions à celles d'Exeko; nous avons ainsi l'assurance que la jeunesse autochtone en bénéficiera de façon significative.»
    Marie-Josée Coutu, Présidente de la Fondation Marcelle et Jean Coutu
  • « J'ai toujours été imprégnée du désir de justice sociale et je croyais ne pas avoir de préjugés...mais je dois dire que mon expérience chez Exeko a transformé ma vision des personnes en marge.»
    Muriel Kearney, bénévole depuis septembre 2015
  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue.»
    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain
  • « I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer»
    A participant, idAction Mobile
  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête.»
    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013
  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun»
    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur.»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle.»
    Nadia Bastien, directrice générale AMDI
  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie!»
    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster
  • « On a appris à affronter nos peurs.»
    Cynthia, participante Trickster
  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être.»
    François-Xavier Michaux, directeur du programme
  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté.»
    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi
  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir»
    Jo, participant idAction
  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?"»
    Tony, participant idAction
  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir»
    Jimmy, participant
  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir. »
    Sophie Poucachiche, participante
  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants.»
    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente
  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre… »
    Nadia Duguay, directrice du projet
  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir
  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire!»
    Elie, participante
  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait.»
    Eva, participante
  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant...»
    Larry, participant
  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière.»
    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI
  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation.»
    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil !»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil!»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis.»
    Bulletin des YMCA
  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire.»
    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013
  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres.»
    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime»
    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice
  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant.»
    Directrice d'une école partenaire
  • « Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ?»
    Nathaniel, participant, Trickster
  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées...»
    Participant, idAction Mobile
  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants.»
    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir
  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur.»
    Louise Chabot, Présidente CSQ
  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir.»
    Participant en milieu carcéral