Blog

Une tuque qui bibliothe

Par Alexis Penaud

Photo de couverture : © Exeko

 

Vendredi dernier, j'ai ôté ma casquette d'agent aux communications à Exeko pour revêtir une chaleureuse tuque : celle de bénévole, les ambassadeurs de la pensée Exekienne. Ma tuque et moi nous nous sommes ainsi rendus à la Maison du Père afin de participer à un atelier Biblio-Libre autour du fragment. Le thème du jour : les personnages de la nuit, ces êtres incontournables de la littérature mondiale qui peuplent notre imaginaire.

© Exeko

Nous étions six à participer à ce nouvel atelier, Alain, Michel et Yvon, tous trois résidents de la Maison du Père, mais aussi Isabelle, médiatrice d'Exeko, Tiffanie et moi, bénévoles. Regroupé.es dans la salle Oasis, vous vous doutez bien que les discussions ne pouvaient être que fertiles... Aussi mystérieux et inquiétants soient ces êtres de la nuit, il en faut plus pour effrayer les participants qui avec une grande vivacité d'esprit ont déplié le sens de ces fragments et trouver des résonnances de ces personnages dans nos existences et nos sociétés.

Qu'il était bon de les écouter s'exprimer et s'enthousiasmer sur ces textes. Ma tuque et moi n'osions pas les interrompre de peur de les couper dans leurs élans parfois lyriques, parfois polémiques, mais toujours respectueux de la pensée de son voisin. J'ai préféré me faire discret, pour mieux enregistrer ce qu'ils racontaient. Éventuellement, lorsque la discussion s'apaisait, je me risquais à poser une timide question mais c'était pour mieux les observer s'envoler à nouveau. Je les écoutais avec attention et j’étais heureux d'observer leurs mots se bousculer dans la salle Oasis. Un moment retint particulièrement mon attention, me toucha tout particulièrement. En tout début d'atelier. Lorsque chacun partagea son coup de cœur littéraire.

© Exeko

Isabelle souhaitait en effet avant de plonger dans ces textes de la nuit, que les participants nous partagent un livre qui les marqua afin de les faire figurer ensuite sur des marque-pages Biblio-Libre. Un exercice que chacun aborda différemment. Il se révéla difficile pour Michel, un habitué du programme Biblio-Libre, qui a préféré nous partager non pas un, non pas deux mais bien trois coups de cœur (oui monsieur !) car, avec le temps, nous dit-il, les goûts changent et les coups de cœur aussi. Pour Alain et Yvon l'exercice fut plus facile. Alain a décidé de nous parler de Mon Combat d'Adolf Hitler car, bien que « [son] seul point commun avec Hitler, soit sa date de naissance », il voyait en cette œuvre un outil historique remarquable pour comprendre les mécanismes du nazisme et ce qui a conduit à révéler notre plus infâme visage. Et enfin il y eut le choix d'Yvon : Les Chasseurs de mammouths. Je ne connaissais pas cette œuvre mais je compte bien cesser de l'ignorer très prochainement. Je ne sais pas si Yvon s'est rendu compte à quel point sa manière de raconter l'histoire de cette jeune Ayla, héroïne de cette saga littéraire à laquelle il s'identifia très vite, me toucha. Je percevais une belle émotion dans sa voix. Une émotion communicative. Il m'a donné envie de plonger dans ce monde préhistorique qui « déniaise le cerveau », finit-il par dire avec un beau sourire.

Ma tuque et moi sommes sortis de l'atelier à 19h30, enthousiasmés par cette fin d'après-midi littéraire et philosophique. Heureux d'avoir assisté à ce beau moment de partage, de m'être nourri de paroles sages et sauvages à la fois. S'il est important pour les résidents de la Maison du Père de s'exprimer sur des sujets aussi littéraires et philosophiques que ceux abordés ce jour-là, il m'a également fait du bien d'observer les mouvements de leurs pensées. Lundi j'ai repris ma casquette d'agent aux communications... mais il est évident que ma tuque ne fait que dormir paisiblement dans un coin, encore bercée par les histoires des participants...

© Mouna Imad-eddine pour Exeko

Le bénévolat Exekien par Martin Chabbert

Photo d'en-tête : © Ezra Bridgman pour Exeko

Cet article est une retranscription du témoignage de Martin lors du 10e anniversaire d'Exeko en mars dernier.

 

« Il y a 2 ans, j’ai commencé à me questionner sur ma vie. Je suis ingénieur en informatique, j’ai 4 enfants, j’habite en banlieue, j’ai commencé à me dire “c’est bien beau mais comment faire pour aller plus loin  dans ma vie ?” Et puis, j’ai eu la chance de tomber par hasard sur Exeko, sur l’organisme, sur ce qu’ils font. La première fois que je suis rentré dans les bureaux, j’ai senti tellement de passion émanant de tous les gens qui travaillent là, c’est contagieux. J’ai commencé à rouler avec la van, à participer aux ateliers en refuges et toutes ces connexions-là, tous ces liens-là que j’ai créés, ça me nourrit tous les jours. J’y pense tout le temps, que ça soit dans mon travail, que ça soit avec mes enfants.

 

© Exeko

 

Mais je me pose la question depuis tout ce temps-là : “mais pourquoi il y a des bénévoles chez Exeko, qu’est-ce qu’on fait ?” Parce que dans le fond, il y a déjà des médiateurs et des médiatrices, une équipe qui fait toutes sortes de choses et je me suis posé la question “mais qu’est-ce que je fais là moi, autre que ce que ça m’apporte à moi ?”

Et puis, j’ai eu une partie de réponse à ça la semaine passée dans un événement pour Exeko. Il y a des gens qui ont fait un projet en partenariat avec les Métissages Urbains d’Exeko, qui ont présenté leur fin de projet, ont présenté aux gens ce qu’ils avaient fait. Comme ce sont des gens qui ont travaillé avec Exeko, ils ont fait ça lors d’une communauté de pratique philosophique et on a réfléchi ensemble à différents enjeux. Un des participants à la conversation a alors expliqué que lui avait, dans le cadre de ce projet-là, formé un lien super fort avec une personne en situation d’itinérance et qu’il était désemparé parce qu’il avait formé ce lien-là mais que depuis il n’avait plus de nouvelles de lui et qu’il s’inquiétait pour lui. Alors je me suis dit :

“C’est ça,

c’est ce lien-là.”

Tout à coup cette personne-là avait une sensibilité et un intérêt pour un autre être humain avec qui il n’a jamais eu de lien. Et que lui parle de ça et propage ça autour de lui, à ses amis, à sa famille, qui eux, tout à coup, vont peut-être s’arrêter pour parler avec quelqu’un avec qui ils n’auraient pas parlé, que ce soit une personne en situation d’itinérance, une personne artiste avec qui ils n’auraient pas parlé normalement et qu’ils créent ce lien-là...

 

© Chloé Charbonnier @ Exeko

 

Pour moi maintenant, les bénévoles on est un peu comme un réseau de champignons souterrains [nb: Martin lit en ce moment un livre sur les champignons en fôret] dans les arbres et dans la forêt, qui permettent à différents réseaux de racines de communiquer entre eux et de se nourrir les uns des autres et pour que, espérons, il y ait un peu moins d’arbres qui souffrent à l’ombre, tout seul. »

 

                                                                                                                   Martin Chabbert, bénévole à Exeko depuis janvier 2015.

Offre d'emploi - Adjoint.e de direction (FERMÉ)

_image de Alisa Anton

Présentation de l’organisme


Exeko est un organisme d’innovation sociale, basé à Montréal depuis 2006. Nous utilisons la créativité – l'art et la philosophie – pour l'inclusion sociale des personnes en situation ou à risque d’exclusion. Notre approche reconnaît avant tout le potentiel de chacun à réfléchir, analyser, agir, créer et être partie prenante de la société, quels que soient sa situation ou son parcours : nous présumons l’égalité des intelligences.

Nous employons à la fois des approches pratiques de médiation intellectuelle et culturelle, et des approches systémiques inspirées de l’innovation sociale, comme moteurs de transformation sociale, afin d’agir positivement sur la société, individuellement et collectivement : émancipation intellectuelle, prévention de l'exclusion (itinérance, crime, suicide, toxicomanie), participation citoyenne et culturelle, inter-reconnaissance, renforcement identitaire, persévérance scolaire, etc.

exeko.org

Activité principale du poste


Sous la supervision de l’équipe de direction, et en étroite collaboration avec cette dernière, l’adjoint.e de direction a pour mandat de soutenir la direction de l’organisme, et ponctuellement l’équipe, dans la gestion quotidienne des activités. Son mandat est multitâche : il soutient la coordination de l’organisation, coordonne les principales tâches administratives, gère les déplacements et le compte de dépense de la co-direction, ou encore participer à la gestion administrative et logistique de l’espace de travail.

Consultez la fiche de poste dans sa version complète en cliquant ici.

Date limite de soumission des candidatures : 30 avril à minuit

Contact : rh@exeko.org

 

Offre d'emploi - Agent.e de projet Autochtone (FERMÉ)

PRÉSENTATION DE L’ORGANISME

Exeko est un organisme d’innovation sociale, basé à Montréal depuis 2006. Nous utilisons la créativité – l'art et la philosophie –pour l'inclusion sociale des personnes en situation ou à risque d’exclusion. Notre approche reconnaît avant tout le potentiel de chacun à réfléchir, analyser, agir, créer et être partie prenante de la société, quels que soient sa situation ou son parcours : nous présumons l’égalité des intelligences. 

Nous employons à la fois des approches pratiques de médiation intellectuelle et culturelle, et des approches systémiques inspirées de l’innovation sociale, comme moteurs de transformation sociale, afin d’agir positivement sur la société, individuellement et collectivement : émancipation intellectuelle, prévention de l'exclusion (itinérance, crime, suicide, toxicomanie), participation citoyenne et culturelle, inter-reconnaissance, renforcement identitaire, persévérance scolaire, etc.

exeko.org

 

CONTEXTE

Les réalités entourant les populations autochtones en milieu urbain comme en communautés au Québec et au Canada sont parmi les enjeux prioritaires adressés par Exeko. C’est à ce titre que l’organisation a développé et déployé depuis 10 ans un ensemble de programmes et projets en milieu autochtone, soit plus 75 projets complétés dans 17 communautés majoritairement au Québec, 8 nations et plus de 3000 participant(e)s. Notre organisme souhaite profondément renforcer la participation autochtone à son leadership, ses actions et sa gouvernance. C’est à ce titre que nous sommes actuellement à la recherche d’un ou une nouvel(le) agent(e) de projet Autochtone, et que seules les candidatures Autochtones seront reçues.

 

DESCRIPTION

Veuillez noter que seules les candidatures de candidat.es autochtones admissibles à la subvention pour mesure d'employabilité de la Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec (CDRHPNQ) seront acceptées.

Sous la supervision de et en collaboration avec le chargé de projet Autochtone, et en collaboration avec les membres de l’équipe, l’agent.e de projet autochtone s’assure de la mise en oeuvre, du bon déroulement et du suivi logistiques et opérationnels des projets terrain du pôle Autochtone, notamment les projets issus du programme Trickster.

L’agent.e de projet Autochtone a pour mandat principal de contribuer, sous la supervision et en collaboration avec le chargé de projet Autochtone, à la planification, au déploiement et au suivi des activités du pôle Autochtone, incluant le programme Trickster, ainsi qu’un ensemble de projets spéciaux associés à des partenariats et/ou aux programmes idAction ou encore Métissages Urbains. L’agent.e de projet Autochtone peut également être appelé.e à agir comme coordonnateur terrain dans le cadre des activités du pôle directement lors des projets déployés en communautés Autochtones essentiellement au Québec.

 

 

Consultez la fiche de poste dans sa version complète en cliquant ici.

Date limite de soumission des candidatures : 7 mai à 23h59

Contact : rh@exeko.org