Le Kiosque des mythologies

Article: Cléo Jacob

Photo d'en-tête : Chloé Barrette-Bennington

Tous les jours, nous croisons de différentes personnes. Cela peut être de la famille, un(e) ami(e), un(e) collègue comme ça pourrait être un(e) inconnu(e). Les passant(e)s déambulent dans les rues, se croisent les uns les autres en prenant soin d’éviter les regards. Certain(e)s, pressé(e)s, marchent rapidement. D’autres prennent leur temps. Certain(e)s sont habillé(e)s moins proprement et d’autres ont sorti(e)s leurs vêtements de printemps.

(C) Chloé Barrette-Bennington

Parmi ces inconnu(e)s aux différentes démarches, aux différentes attitudes ou aux différentes allures se cachent des histoires. Des histoires blotties entre un regard ridé, une cicatrice difforme ou bien un bijou abimé. Nous avons tendance à les éviter en nous écartant après un jugement posé trop rapidement. À rester enfermer sur nous-même. On ne peut pas se douter des beaux récits qu’une personne conserve. On ne peut pas deviner les histoires, toutes très différentes, qui se cachent derrière ces paires d’yeux qui traversent la route, qui vous vendent du pain, qui ramassent les poubelles ou qui vous tiennent poliment la porte. Pourtant, elles sont bien là et ces mythes ne devraient pas être conservés mais partagés. C’est précisément pourquoi le Kiosque des Mythologies pensé par Catherine Lalonde Massecar et soutenu par Exeko  est là. Afin de replonger dans ces souvenirs en transmettant nos aventures. Afin que ces anecdotes soient maintenant le souvenir de quelqu’un d’autre. Afin qu’elles soient préservées, revisitées et répandues. Ou, simplement, afin de se rapprocher du monde qui nous entoure. D’apprendre à mieux le connaître. Si ce ne sont pas nos propres récits, nous pouvons tout bonnement y conter de vieux mythes ou légendes que nous avons entendus par le passé. Cet endroit nous permet de partager un peu de temps, de bavarder et de se raconter de jolis souvenirs. Tout ce que nous voulons, c’est vous entendre parler. Parce que même les toutes petites histoires comptent.

(C) Chloé Barrette-Bennington

C’est en comprenant que chacun(e) a ses périples que l’on arrête de s’éviter. Puisque derrière chaque regard se trouve un souvenir, un passé, une histoire qui mérite d’être entendue.