Le bénévolat Exekien par Martin Chabbert

Photo d'en-tête : © Ezra Bridgman pour Exeko

Cet article est une retranscription du témoignage de Martin lors du 10e anniversaire d'Exeko en mars dernier.

 

« Il y a 2 ans, j’ai commencé à me questionner sur ma vie. Je suis ingénieur en informatique, j’ai 4 enfants, j’habite en banlieue, j’ai commencé à me dire “c’est bien beau mais comment faire pour aller plus loin  dans ma vie ?” Et puis, j’ai eu la chance de tomber par hasard sur Exeko, sur l’organisme, sur ce qu’ils font. La première fois que je suis rentré dans les bureaux, j’ai senti tellement de passion émanant de tous les gens qui travaillent là, c’est contagieux. J’ai commencé à rouler avec la van, à participer aux ateliers en refuges et toutes ces connexions-là, tous ces liens-là que j’ai créés, ça me nourrit tous les jours. J’y pense tout le temps, que ça soit dans mon travail, que ça soit avec mes enfants.

 

© Exeko

 

Mais je me pose la question depuis tout ce temps-là : “mais pourquoi il y a des bénévoles chez Exeko, qu’est-ce qu’on fait ?” Parce que dans le fond, il y a déjà des médiateurs et des médiatrices, une équipe qui fait toutes sortes de choses et je me suis posé la question “mais qu’est-ce que je fais là moi, autre que ce que ça m’apporte à moi ?”

Et puis, j’ai eu une partie de réponse à ça la semaine passée dans un événement pour Exeko. Il y a des gens qui ont fait un projet en partenariat avec les Métissages Urbains d’Exeko, qui ont présenté leur fin de projet, ont présenté aux gens ce qu’ils avaient fait. Comme ce sont des gens qui ont travaillé avec Exeko, ils ont fait ça lors d’une communauté de pratique philosophique et on a réfléchi ensemble à différents enjeux. Un des participants à la conversation a alors expliqué que lui avait, dans le cadre de ce projet-là, formé un lien super fort avec une personne en situation d’itinérance et qu’il était désemparé parce qu’il avait formé ce lien-là mais que depuis il n’avait plus de nouvelles de lui et qu’il s’inquiétait pour lui. Alors je me suis dit :

“C’est ça,

c’est ce lien-là.”

Tout à coup cette personne-là avait une sensibilité et un intérêt pour un autre être humain avec qui il n’a jamais eu de lien. Et que lui parle de ça et propage ça autour de lui, à ses amis, à sa famille, qui eux, tout à coup, vont peut-être s’arrêter pour parler avec quelqu’un avec qui ils n’auraient pas parlé, que ce soit une personne en situation d’itinérance, une personne artiste avec qui ils n’auraient pas parlé normalement et qu’ils créent ce lien-là...

 

© Chloé Charbonnier @ Exeko

 

Pour moi maintenant, les bénévoles on est un peu comme un réseau de champignons souterrains [nb: Martin lit en ce moment un livre sur les champignons en fôret] dans les arbres et dans la forêt, qui permettent à différents réseaux de racines de communiquer entre eux et de se nourrir les uns des autres et pour que, espérons, il y ait un peu moins d’arbres qui souffrent à l’ombre, tout seul. »

 

                                                                                                                   Martin Chabbert, bénévole à Exeko depuis janvier 2015.