Have you met... Martin ?

Exeko ne serait pas grand-chose sans les bénévoles qui s’impliquent chaque jour avec nous.

Nous avons plus de 200 personnes qui chaque année viennent donner de leur temps et de leur amour à nos projets. Pour nous, il n’y a pas de petite implication. Qu’ils/qu’elles viennent régulièrement ou ponctuellement, chacun d’entre eux joue un rôle essentiel au développement de notre organisation.

C’est pour cela que nous aimerions leur rendre humblement hommage, en vous présentant certain-e d’entre eux/elles. Une série de petits portraits nouvelle génération (nous n'avions plus partagé de portraits depuis 2014!) pour que vous puissiez découvrir la richesse de celles et ceux qui vont tous les jours sur le terrain avec nos médiateur-e-s.

La première de ces belles personnes que nous aimerions vous présenter, c’est Martin.

Quand nous lui avons demandé s’il voulait bien qu’on écrive sur lui, Martin a accepté sans problème. Il nous a tout de même avoué qu’il se demandait ce qu’un article sur lui pourrait bien raconter.

Cet ingénieur informatique de 39 ans, père de 4 enfants, membre d’Exeko depuis un an, a pourtant de bien belles choses à nous conter.

Son aventure avec Exeko commence l’année dernière. Martin traverse alors une petite « crise existentielle » comme il l’appelle. En quête de sens, il se lance dans différents projets artistiques : improvisation, cours de chant, cours de dessin… Il part également au Nicaragua avec l’association Habitat pour l’humanité construire des maisons. Un jour, il tombe sur le site internet d’Exeko. C’est le coup de foudre.

Sa première participation à un de nos projets se fait lors de la préparation d’un spectacle Trickster. Lui et son fils Jérôme viennent construire et préparer le décor pour le show qui a lieu le lendemain. La création commune devient alors le médium de création d’un lien social.

 

 

Puis, quelques semaines plus tard, Martin part pour la première fois avec idAction Mobile sillonner les rues de Montréal. Il est avec Marie-Pierre et Bianca, deux de nos médiateur-e-s. Marie-Pierre, anthropologue spécialisée dans les cultures autochtones, est récemment rentrée du Nunavut avec une vidéo bien particulière. Sur l’enregistrement, un message du frère jumeau d’un des participants en situation d’itinérance. Marie-Pierre l’a rencontré par hasard lors de sa visite dans une communauté. Elle a donc enregistré un message pour permettre aux deux frères de communiquer. Après une intense recherche, l’équipe finit par retrouver le participant en question. Martin assiste alors à ce moment magique, à une rencontre virtuelle entre deux frères qui se sont perdus de vue. Petit moment de grâce dans la rue qui lui donne envie de retourner régulièrement sur le terrain.

Depuis, Martin participe quasiment de manière hebdomadaire aux projets d’Exeko. Il est de tous les terrains.

S’il a eu un peu de mal à trouver sa place au début, Martin a depuis conquis le cœur des médiateurs et des participants. Réservé, mais pas timide, Martin préfère écouter plutôt que de parler fort. Calme et discret, il est ce qu’on pourrait appeler, une force tranquille. Ce qui fait de lui un partenaire parfait lors de la pratique de médiation intellectuelle.

Martin est également un de nos meilleurs ambassadeurs quand il s’agit de parler du rôle des bénévoles au sein d’Exeko. Il se voit lui-même comme un messager de l’inclusion sociale. Il se décrit aisément comme représentant de cette partie de la société impliquée dans la lutte contre l’exclusion sociale, qui fait la démarche d’aller à la rencontre de ceux qu’elle exclut. Les rencontres improbables auxquelles il participe avec Exeko l’enrichissent d’une connaissance nouvelle sur les questions d’inclusion. Cela lui permet ensuite de ramener cette vision dans sa vie quotidienne et de la partager avec son entourage.  

Martin est donc un bénévole épanoui. Il reconnaît d’ailleurs faire du bénévolat pour ce que cela lui apporte. Il se sent nourrit par ces rencontres, par ces expériences avec Exeko. Il sent qu’en travaillant avec nous, il laisse s’exprimer certains aspects de sa personnalité qui ne sont pas beaucoup stimulés dans sa vie professionnelle: la créativité, la réflexion philosophique et l’action sociale. Évoluer avec les gens passionnés qui travaillent pour Exeko (ça, c’est lui qui le dit, pas nous. Mais c’est vrai que nous sommes pas mal dans la passion), lui donne plus d’énergie, le stimule.

Mais comme tout ne peut pas être toujours rose dans la vie de bénévole, nous lui avons tout de même demandé ce qu’il trouvait difficile dans son rôle. Sa réponse a fait battre notre petit cœur encore plus fort. Ce qui est compliqué pour Martin, c’est de trouver du temps. Il aimerait pouvoir faire plus, s’investir plus souvent encore.

Et nous aimerions ça, nous aussi.

La fin de l’interview approche et Martin finit par nous dire : « si on m’avait posé ces questions là il y a un an, j’aurais eu beaucoup moins de choses intéressantes à dire ». Nous, quand un bénévole nous dit ça, qu’on le stimule, qu’on le dynamise et qu’on l’aide à créer du sens autour de lui, il n’y a rien qui nous fasse plus plaisir. À Exeko, on en est persuadé, un-e bonne bénévole est un-e bénévole heureux/euse.

Alors merci Martin pour cette belle énergie, cet investissement sur le terrain et pour ton envie de continuer avec nous.