Blog

idAction Mobile : la rue n’est pas un espace impersonnel

Par Noémie Maignien

Il y a quelques jours, j’étais en sortie avec la van d’idAction Mobile, la fameuse caravane philosophique d’Exeko qui se promène dans les rues à la rencontre des personnes en situation d’itinérance, mais pas que, et dont l’objectif est de créer des temps d’échanges spontanés entre tous les usagers de la rue - quel qu’en soit l’usage -,  et de les inviter à la réflexion et à la créativité.


La van lors d'une sortie idAction Mobile (photo : Mikael Theimer)

Les premières fois que j’ai accompagné les médiateurs et médiatrices dans la van, j’étais pleine de curiosité et d’appréhension : venant du milieu de la médiation culturelle, j’ai été amenée à m’adresser à une diversité de personnes, enfants, adultes, francophones, étrangers, des amateurs de musées, des personnes qui n’y ont jamais mis les pieds, des mécènes, des personnes en sortie avec des organismes communautaires, etc. J’ai toujours valorisé les moments de partage où chacun va mettre des mots et échanger sur son émotion ou son interprétation d’une oeuvre, et où collectivement, médiateur et public ensemble, nous construisons un savoir qui n’est pas académique mais composé de nos découvertes et connaissances personnelles, un apprentissage qui souvent nous marque parce qu’expérientiel.

Mais j’avais plutôt l’habitude de travailler dans un cadre institutionnel, entre les murs d’un musée. Et là, pas de murs, pas de toit, pas vraiment de support (dans le sens où l’objectif n’est pas de transmettre des connaissances précises sur des oeuvres exposées), seulement la rue.

Les sorties idAction Mobile se font en compagnie d’un médiateur et de bénévoles, et souvent les supports pour engager la réflexion et à la créativité sont les livres et le matériel créatif que nous proposons. J’étais donc outillée et accompagnée, mais pas certaine de comment m’adresser aux personnes que j’allais rencontrer, et surtout, quels allaient être mes repères dans cet espace protéiforme, mouvant et non-familier qu’est la rue.


L'intérieur de la van (photo : Mikael Theimer)

Dans la rue, espace social mais pas forcément de sociabilité, espace impersonnel, souvent de passage, j’ai été surprise de voir comme on tendait à recréer des murs virtuels : des murs intérieurs, entre les gens qui se sentent différents, sont embarrassés les uns des autres, s’ignorent et s’excluent. Des murs extérieurs, aussi, en recréant des espaces, dédiés, fonctionnels, voire intimes. Pour certains, la rue n’est pas un espace de passage, mais un espace où rester, où vivre, et qui parfois tentent de le rendre moins impersonnel.

Par exemple, à la rencontre d’un groupe de personnes sur une place, probablement en situation d'itinérance, on avait été accueilli(e)s poliment, mais avec un peu d’impatience, comme si l’on dérangeait. La médiatrice m’avait alors dit : “Je les comprends, moi non plus ça me plairait pas d’être dérangée constamment et par n’importe qui dans mon salon, même si cette personne vient avec de bonnes intentions.”

Une participante autochtone rencontrée dans la rue il y a quelques mois, m’a dessiné la maison de ses aïeux, dans sa communauté natale. Je lui ai dessiné la maison en pierre dans laquelle j’ai grandi en France.

On m’a dit un jour que l’espace avec les tables de pique-nique du square Viger avait été baptisé la “cuisine” par les personnes vivant dans le parc.

    
Colleen Lashuk et Suzanne Doucet durant Espace de Rêve (photo : Dorothée De Collasson)

À l’hiver dernier, Exeko exposait les créations de participants de refuges représentant en maquettes poétiques de leur chez-soi idéal, dans le cadre de la résidence artistique Espace de rêve. J’étais surprise de voir autant de leurs projets où l’espace intérieur et extérieur se mélangeaient.

Cet été, une autre résidence dans le cadre de Métissages Urbains menée par Marie-Claude De Souza, a recensé auprès de personnes en situation d’exclusion ou non, les petits noms donnés familièrement aux lieux-dits, lieux que l’on fréquente régulièrement, et que l’on s’approprie en les rebaptisant. Ultimement, Marie-Claude réalisera une carte poétique, à la fois singulière et commune, de ces lieux renommés. Pour plus d'informations je vous conseille de faire un tour sur le site internet du projet : topoesie.com.


Autant d’exemples qui questionnent la façon de penser, projeter ou représenter un espace familier, voire intime, un chez soi. Qui mettent en lumière la porosité entre l’espace public et l’espace privé. Qui soulignent parfois le privilège que peut être la vie privée. Qui invitent à prendre soin des espaces publics.

Joie, fierté et habiletés: retour sur les impacts du projet Improvisation libre

par Annick Davignon et Joëlle Sarrailh

Après plusieurs semaine d'ateliers à l'école secondaire d'Anjou, Annick Davignon et Joëlle Sarrailh, récipiendaires de la bourse Exeko Arts, philo et communatés avec le soutien de la CSQ, nous partagent l'avancée de leur projet Improvisation libre.

Lorsque nous avons lancé l’idée de faire des ateliers d’improvisation avec des jeunes avec trouble du spectre autistique (TSA), nous avions peu de références à savoir quels impacts ce projet aurait sur les participants. Serions-nous capables, à travers des jeux et des exercices tirés de la pratique de l’improvisation théâtrale, d’avoir un impact sur l’inclusion sociale ?

Maintenant que nos six ateliers à l’École secondaire d’Anjou sont complétés et que nous avons eu l’occasion de refléter sur nos apprentissages, voici quelques pistes sur les impacts du projet Improvisation libre.

Des nouveaux outils pour les professeurs et les éducateurs spécialisés

Lorsque nous sommes arrivées la première fois dans le local de théâtre, l’ouverture et la confiance s’entremêlaient avec l’hésitation et la crainte des professeurs. Les élèves allaient-ils plonger avec nous ? Les exercices les amèneraient-ils trop en dehors de leur zone de confort ? Est-ce que tous les élèves pourraient suivre les instructions ?

C’était la première fois que des intervenants externes comme nous venaient proposer des jeux d’improvisation à leurs élèves. Les participants font partie d’un parcours scolaire spécialisé (Formation au travail professionnel) qui les amènent à faire des stages en plus du curriculum général. Le programme est dense et laisse parfois peu de place à la créativité. Les habiletés, tels que la socialisation, l’expression des émotions et la communication, se font…principalement dans une classe assis sur une chaise ! Après avoir animé deux ateliers complets avec trois groupes différents, les professeurs et intervenants sont unanimes : des ateliers d’improvisation sont très positifs pour les élèves avec TSA !

Notre projet a permis de leur proposer des nouveaux outils, plus créatifs et expérientiels, pour des habiletés clés qui aideront les jeunes dans leur vie personnelle et professionnelle. Notre approche, celle de l’improvisation appliquée, leur a permis de constater que nous ne cherchons pas à faire des jeunes des grands comédiens de la Ligue nationale d’improvisation. Il s’agit plutôt d’utiliser la posture, les exercices et les jeux d’improvisation pour amener les jeunes à être plus flexibles, plus confiants et plus ouverts au monde. Tous les jeux proposés pourraient facilement être utilisés par les professeurs dans leurs cours et dans une activité spéciale. À la surprise de tous, nous n’avons pas eu à adapter les jeux d’improvisation pour qu’ils fonctionnent dans un contexte TSA.

Des nouvelles habiletés pour les jeunes

La participation des jeunes aux jeux d’improvisation proposés a été remarquable. En plus de la fierté, du plaisir et de la joie ressentis par les participants, le projet a eu un impact bien tangible sur deux habiletés clés : l’expression des émotions et les habiletés sociales.

Comme le relate l’une des stagiaires en éducation spécialisée présente à l’un des nos ateliers:

Les activités étaient simples, mais leur permettait d’apprendre à se connaître et à pratiquer certaines habiletés sociales. De plus, des élèves qui sont timides à l’habitude en classes se sont avérés être très participatifs et enjoués. Certains jeunes ont mêmes dévoilé que cette activité les avaient aidés à être moins gênés et à travailler leur gestion des émotions. J’ai été impressionné de voir les élèves se livrer autant au jeu. Certains ont même fait de grandes confidences sur leurs émotions et leurs difficultés personnelles.

En effet, notre approche à l’improvisation inclut des moments de “debrief” où nous nous servons de ce qui a émergé durant les jeux (émotions, dynamiques, etc.) comme prétexte à la discussion. Un des élèves nous a nommé à la fin de l’atelier qu’il vit au quotidien avec de la colère et que les jeux proposés lui avait permis de mieux gérer sa colère et de se libérer de quelque chose de lourd à l’intérieur. La joie pour les jeunes d’être dans un espace de liberté pour se développer et s’affirmer était un bel impact réel.

 

L’importance de suivre son intuition

Au final, le succès d’Improvisation libre nous a montré la force de l’intuition. Nous sommes partis tout simplement d’une idée et nous avons plongé, et ce, malgré les doutes. Huit mois après notre première rencontre marquante avec les jeunes, nous pouvons confirmer qu’il y a véritablement un potentiel entre l’improvisation et les personnes ayant un TSA. La suite du projet est en cours. Un site internet est en construction en plus d’un partenariat qui se développe avec l’organisme Spectrum Production et d’autres organismes qui font des projets semblables au Canada et aux États-Unis. 

Si je dois frapper un mur, au moins je l’aurai frappé pour savoir quel est son épaisseur, sa hauteur et sa largeur. Ensuite je pourrai trouver des stratégies pour aller de l’autre côté. 

 - Extrait de notre journal de bord écrit avant le début des ateliers - Annick Davignon

 


Improvisation Libre est un projet dans le cadre des Bourses Art, philo et communautés, le premier cycle de bourses Exeko pour projets sociaux innovant en partenariat avec la CSQl'Esplanadele pôle IDEOS de HEC Montréal et Rise Kombucha.

Suivez les boursières sur notre blogue et sur les réseaux sociaux, #BoursesExeko #ImproLibre

La sexualité: un sujet peu abordé

Par Nikita.

Je m’appelle Nikita, je suis en secondaire et à l’école je remarque souvent que les discussions qu’on fait en classe (qui sont rares!) ne sont pas très bons. Il y a souvent 2­ à 4 élèves avec une opinion ferme (et négative) sur le sujet, tandis que les autres se taisent tous. Peut-­être si on avait des ateliers qui ont pour but de changer notre façon d’en parler, ces discussions ­là s’amélioreraient. Je pense que, après ma sémaine comme stagiaire à Exeko, c’est possible. Merci beaucoup!


 

Qu’est-­ce que la sexualité?

Selon l’Encyclopédie Larousse, c’est « l’ensemble des phénomènes sexuels ou liés au sexe, que l'on peut observer dans le monde vivant. » Ce n’est donc pas juste de la biologie, il y a aussi des aspects psychologiques.

À l’école, on parle rarement de la sexualité. On a des cours de science et on apprend des choses sur la reproduction, mais on n’apprend pas grand chose sur le côté psychologique. Oui, bien sûr, nous, les élèves, on en “parle”, mais c’est souvent des jokes entre amis ou quelque chose comme ça. La plupart d'entre nous n’en parle pas normalement ni sincèrement, pas à l’école, pas avec nos parents, pas avec nos amis.

“Mais, vous parlez de la puberté en classe, n’est­-ce pas? La sexualité fait partie de cette discussion, non?” Oui. Par contre, c’est plutôt scientifique. C’est du genre: vous allez grandir, la voix mue, les caractéres sexuels secondaires apparaissent, etc. Côté psychologique, il y a le désir pour l’autonomie et l’attraction sexuelle... mais on ne fait pas vraiment de discussion sur ça.

 

Pourquoi?

Pourtant, cela fait partie de notre identité, quelque chose qui a beaucoup d’importance pour les adolescents.

Voici quelques hypothèses: (Croyez ce que vous voulez croire.)

1. C’est difficile d’en parler aux adolescents. (À cause des jokes ou car ils n’aiment pas ça, peut­-être.)

2. Ce n’est pas un sujet assez important.

3. Les élèves sont trop jeunes. (Ça depend sur comment vous abordez le sujet.)

4. Personne ne veut faire un atelier sur ça.

5. On a peur qu’il y aura une réponse très négative aux discussions et aux ateliers (ex: au lieu de collaborer, les élèves sont très contre ça.)

 

La liste continue. Quelle que soit la raison exacte, je pense que ça vaut la peine d’aborder ce sujet parfois pour que les jeunes ne se sentent pas anormaux ou genés s’ils ont envie d’en discuter dans l’avenir. En effet, si le sujet n’était pas si peu abordé, je pense que tout le monde serait plus confortable et plus ouvert avec leur sexualité. Je pense aussi qu’il y aurait moins de préjugés envers les gens qui sont LGBTQ+. Au moins, c’est ça que j’espère.

 

La question qu’on se pose maintenant est: “Comment peut-­on rendre ce genre de conversation normale?”

Ce n’est peut­-être pas aussi facile que de tout simplement dire aux gens partout dans le monde de parler de la sexualité pour aucune raison.

Donc, il faut faire une liste de raisons!

1. Plus nous en parlons, plus les gens vont sentir plus à l’aise avec ça.

2. C’est bon d’être à l’aise avec qui tu es!

3. Le sujet devient moins mystérieux.

4. Les gens seront plus capables d’accepter quelqu’un avec un orientation sexuelle différent que les siens.

5. Il y aura moins de préjugés basés sur la sexualité.

6. Etc.

 

Maintenant qu’on a des bonnes raisons, on peut encourager les gens à parler. On pourrait faire ça de plusieurs façons. Des ateliers, des activités, des posters, des oeuvres d’art, la liste continue. Ça pourrait se faire à l’école, dans les rues, partout, jusqu’à rendre chez nous.

La chose la plus importante, c’est de le faire normalement.

Ce que je veux dire, c’est que si on en parle comme si c’est ***TOP SECRET*** ou comme si c’est un joke, les gens n’ont pas le goût d’aborder le sujet. C’est peut­-être difficile, mais c’est bien d’essayer d’en parler comme si ce n’est rien de spécial, juste un simple discussion entre amis ou un petit atelier informatif en classe.

 

Trickster@MTL : Appel à la participation / Open registration

La 4ème édition de Trickster @ Montréal est de retour cet automne ! 

Notre programme de création, expression et valorisation destiné aux jeunes autochtones, revient à Montréal cet automne (plus d'informations à venir) ! 

Des jeunes autochtones de 8 à 17 ans vivant à Montréal vont pouvoir participer au projet et vivre une expérience valorisante au travers un processus créatif mêlant théâtre et contes et qui mène vers la création d’une pièce inspirée de contes traditionnels autochtones.

 


Jean Leclair © Exeko 

 

Ce projet en milieu urbain, adapté aux réalités des jeunes autochtones se tiendra à Montréal et proposera une dizaine d'ateliers combinant le théâtre, la scénographie, la création, le son et des activités culturelles !

Nous invitons toutes les familles intéressées à inscrire leurs enfants, à contacter Jani Greffe Bélanger, coordonatrice de l'événement. La participation au projet est gratuite mais les places sont limitées