Blog

L'actualité d'Exeko, de ses programmes et projets, de ses nouvelles collaborations et coups de coeurs, vue par quelques membres de son équipe.

Appel de candidatures au Conseil d'administration

Communiqué

 

« En m'engagent sur le CA d'Exeko, j'ai la chance de travailler avec des gens inspirés et inspirants. Exeko représente le meilleur de nous-même et me permet de rêver et de travailler à une société plus humaine, plus inclusive tout en apprenant moi-même à être une meilleure personne et un meilleur citoyen.»

Simon Bertrand – RISE, Président & Cofondateur
Administrateur au CA d’Exeko depuis 2013

 

Exeko est un organisme de bienfaisance, basé à Montréal depuis 2006, avec pour mission de favoriser, par la créativité et l’innovation sociale, l’inclusion des populations les plus marginalisées au Québec et au Canada. Portés par la présomption d’égalité des intelligences, nous employons, en complémentarité des ressources existantes, la médiation intellectuelle et culturelle comme moteur de transformation sociale et vecteur de participation citoyenne et culturelle, émancipation intellectuelle, persévérance scolaire, renforcement identitaire,  inter reconnaissance et prévention de l'exclusion (itinérance, crime, suicide, toxicomanie).

Les dernières années nous ont permis de faire reconnaitre le caractère innovant de nos approches et les impacts tangibles qu’ont générés les quelques 150 projets déjà complétés auprès de plus de 7500 participants en situation d’exclusion ou à risque au Québec et au Canada. Avec l’appui et la collaboration de plus d’une centaine de partenaires, nous sommes actuellement engagés dans le développement et la consolidation de l’organisme, avec pour objectif d’entreprendre dans les prochaines années un changement d’échelle et une démultiplication des impacts par le biais de nouveaux déploiements. 

 

Notre conseil d’administration, outre ses fonctions morale et légale, a pour principaux mandats et défis, particulièrement pour les prochaines années, de nourrir et statuer les orientations et choix stratégiques, développer la viabilité et les capacités financières et organisationnelles, ainsi que de développer le positionnement stratégique de l’organisme. 

Nous sommes actuellement à la recherche de deux nouvelles administratrices allumées et dévouées voulant contribuer de façon significative à relever ces défis.

Les femmes seront priorisées pour les deux postes vacants afin que la parité soit atteinte au CA. Nous ciblons spécifiquement un profil en financement/philanthropie et un profil en communications/ marketing. 

 

Rejoignez-nous!

Notre appel à candidatures au complet est accessible en cliquant ici
(document PDF de 3 pages avec conditions d'engagement, mise en candidature, etc.)

Pour plus d’informations, veuillez contacter : 
François-Xavier Michaux, co-directeur général
fx.michaux@exeko.org
514.528.9706 #101

Trickster au Nord du Manitoba... vu par Alessia de Salis

Par Alessia De Salis, Artiste-médiatrice @ Island Lake

Une équipe d'Exeko et du Club des petits déjeuners du Canada sont au Nord du Manitoba pour tenir des projets avec des jeunes de trois communautés Oji-Cree @ Island Lake du 2 au 21 mars 2015. 


Il y a chez nous un monde qu’on ignore, qu’on met de côté pour mieux continuer, chaque jour de se réveiller, de travailler, de consommer. Une terre ou des vies s’effritent et se frappent chaque jour à une histoire dont nous faisons tous partie. Un peuple qui porte une culture si grande et si belle que nous, jeunes québécois, on oublie ou on ignore. Une relation avec la terre, la nature et la spiritualité à l’image de notre Amérique et de ses différents peuples. Il y a, caché dans la mémoire de nos Aîné.e.s, des histoires qui nous aident à comprendre le monde et la vie. Y mettre le pied, ouvre les yeux, serre le cœur et questionne tout ce qu’on connaît.

Nous débarquons avec notre énergie de bien nourris et notre entrain de vie saine et équilibrée pour partager passion et magie avec les enfants de la communauté. Sans hésitations, ils nous offrent des sourirent troués qu’ils cachent avec leurs petites mains gênées. Ils participent avec émerveillement aux jeux qu’on leur propose. Allez la gang, on brise le ridicule, on court de tout bord tous côtés, on fait des pyramides, des personnages de princesses et on pratique nos skills sur ces drôles de jouets.

- «Where can I buy this?»

- «Probably in Winnipeg?»

Nous sommes fières de voir que la passion se transmet. Que la joie de jouer est contagieuse et qu’ils en redemandent.

(c) Exeko

Le soir venu, c’est dans le bureau de Gladice à l'école que nous avons installé nos matelas. Pas de douche, pas de cuisine à proximité, et dès 8h les professeurs viennent chercher leur café. Difficile de trouver son espace et un moment pour se reposer, pour se recentrer.

Bill, un professeur du Newfoundland nous ouvrent sa porte pour utiliser sa douche. À la queue leuleu nous y allons chacun notre tour. Pendant que Bruno est dans la douche, Bill me partage sa perception de cette réalité dans laquelle il vit depuis maintenant 4 ans. La moitié de la population n’a pas d’eau à la maison. Ils vivent deux familles dans une maison grande comme celle-ci, et lorsqu’ils disent qu’il n'y a rien à manger dans la maison, c’est que le frigidaire est réellement vide. À l’école, les jeunes reçoivent un déjeuner et certains un dîner. Pour eux, ce sera les seuls repas de la journée. Alors comment ils achèteront de nouveau jouets, je me le demande.

(c) Exeko

Je regarde mes caprices, je me questionne sur mon rôle dans toute cette réalité. Bill me raconte l’histoire de Jessica, 14 ans, mère de famille, qui élève son bébé dans une maison où ce n’est pas toujours sécuritaire. Il insiste sur le fait que nous n’avons aucune idée de la réalité de ces jeunes. Mais il dit aussi que cette expérience est sûrement la plus belle chose que Jessica et plusieurs autres vivent depuis longtemps.

(c) Exeko

Aujourd’hui, je retourne avec les jeunes. Je recevrai sourires et câlins, énergie et cris de joie, regard d’admiration et moments privilégiés. Ils sont capable de tout ces enfants, tout survire, tout donner.  À travers et contre tout, ces jeunes monterons sur scène avec leurs forces et leurs talents, ils enlèverons leurs petites mains qui cachent leur sourires troués pour mieux se faire applaudir, et moi,  je les admire. 

Découvrez le programme Trickster en images ici!

Trickster au Nord du Manitoba... vu par Cathia Riopel

Crédits photo : commons.wikimedia.org

Par Cathia Riopel 

Coordonnatrice terrain, Club des petits déjeuners du Canada @ Island Lake 

 

6 Mars

On a une connexion internet! J'en profite pour partager les derniers événements en rafale. Mercredi, comme la communauté était en deuil et que nous n'avions pas d'école, Melaina, Jody et moi avons demandé une "ride" vers Garden Hill pour notre journée d'atelier de nutrition, d'estime de soi et d'engagement des jeunes! 

Garden Hill est un peu comme le Montréal de Repentigny, plus de services, plus de problématiques de drogues et de consommation. Entrer dans l'école, tout de suite, on le voit dans les yeux des enfants... euh les jeunes! On a même l'impression d'entrer dans une polyvalente de ville; ça grouille, y'a du bruit, ça crie, les jeunes se rentrent dedans din'cases.

Nous avons commencé la journée avec une dizaine de Education Assistants à partager des idées qui permettraient de promouvoir l'estime de soi et l'engagement... Un bel échange et des regards inspirés. La Cerebral Box et la Happiness Bucket Challenge étaient bien populaire... Simon aurait bien voulu gardé la boîte! Et quant à moi, j'ai craqué lorsque j'ai lu l'un des petits bonheurs d'un des participants... Je lisais le bonheur qui me manquait...

La fameuse Cerebral Box! (c) Exeko


En après-midi, nous faisions une session de cuisine avec une vingtaine d'enfants. Bonne bouffe santé... Mais le hummus n'était pas populaire du tout!!! L'ail... C'était l'ail! On a rendu des jeunes bien heureux par contre, enfin, ils mangeaient! D'autres kids qui n'avaient pas assisté à la présentation faisaient la file pour avoir de la bouffe...C'est FOU comme nos enfants on faim!!!!
 

7 Mars

Un dernier nouveau jour se lève sur notre passage dans la communauté de Ste-Theresa-Point, nous partons demain en direction de Garden Hill, pour une autre semaine d'aventures! Melaina et Jody (BCC) quittent aujourd'hui, retour à la maison. Jody, vers Niagara et Melaina vers l'Île de Vancouver dans un printemps magnifique qui l'attend chez elle auprès des siens! Alessia, Burno et moi (Trickster) avons congé!
 

8 mars

Nous partons en emportant avec nous des pansements efficaces pour nos jours de plaintes. Ici, 50% de la communauté n'a pas accès à l'éléctricité ni à l'eau courante, les vitres cassées des fenêtres sont couvertes de planches de bois compressées, à -30 l'hiver, et plus, les enfants n'ont pas de jolies bottes Sorel, ni de pantalon de neige, ni de belles mitaines comme celles que je viens tout juste de m'acheter... Les mille généreux et constants sourires que nous avons reçus, sont édentés ou rongés par le manque de calcium, les petits doigts fragiles de nos enfants sont craqués d'engelures, et de démangeaisons de la peau, leurs modestes garde-robes sont des tableaux abstraits d'oeuvres d'art peints d'une tâche de moutarde échappée ou d'une canne de Coke, renversée... Malgré tout... Ils sont porteurs de joie! Une joie contagieuse! Ils ont une capacité inouïe de détachement fasse à l'absence et au vide; il n'y a plus de nourriture... ah!...il y en aura plus tard... mais le plus tard, c'est quand? Ça peut être long "plus tard" quand on n'a pas la notion du temps! 

Si on fait l'étymologie du mot "Câlin", je crois que la racine vient d'ici, ô comme ils savent donner des câlins, comme je les aime! Longs! Forts! Coeur contre coeur, les bras enroulés les uns autour des autres... 

 

Lots of fun! (c) Exeko


Il me peine de partir parce qu'il est facile ici d'avoir un sens à son existence et que c'est valorisant, et que de simplement se souvenir de leur nom, les rendent heureux.... D'ailleurs, s'il y a des profs qui auraient besoin d'une année de ressourcement professionnelle, on a besoin de main d'oeuvre ici, pour construire la connaissance de nos enfants! Oh! Et croyez-moi, vous aurez tout à apprendre vous aussi! Apprendre que devant les défis, les imprévus, les manques, les retards, y'a pas de stress, "We'll see!" Essayez-le, c'est fou comme ce mantra est puissant; "We'll see"... Peur de manquer d'argent? We'll see... Peur d'être malade? We'll see...

Merci magnifique peuple des Premières Nations Ojibway-Cri pour votre hospitalité, votre accueil, votre générosité. Vous avez alimenté notre intérêt pour votre culture et nous repartons animés par votre esprit! Merci d'avoir accepté de participer à des ateliers de bonne bouffe, d'estime de soi et d'engagement des jeunes. Merci les jeunes pour le partage de votre talent tout au long du projet Trickster. Le spectacle était tout simplement renversant! Merci Roy pour le sweat lodge, j'ai vraiment sué mes soucis!!! Merci pour les rêves et les bonheurs que vous nous avez partagés... 

Après le spectacle hier, avec les jeunes Trickster, qui en passant, inspirés de la passion et de tout le dévouement d'Alessia et Bruno, on fait une présentation qui sort de l'ordinaire, une petite fille Aaliha 1ère année, est venue me voir pour me demander si j'allais revenir... Comme je n'accepte pas les promesses brisées, j'ai pris un temps avant de répondre... Je l'ai serrée contre moi, coeur contre coeur, je sentais l'écho de ses battements contre ma poitrine... Je prenais conscience en ayant cette petite contre moi, dans mes bras que ce qui anime ce peuple c'est l'espoir... L'espoir!!! C'est tout... L'ESPOIR!... Alors, j'ai pris le visage d'Aaliha et je lui ai dit, sans avoir consulté ma fille ou FJ, "Oui, Aaliha, je vais revenir, l'hiver prochain, lorsqu'il y aura les "winter roads"!!! Juste avant de fermer les yeux hier, dans le ciel, il y avait notre deuxième aurore boréale! Merci la vie.
 

9 mars : Arrivée à Garden Hill

Arrivés à l'école, à Garden Hill, Bill, le prof de huitième année nous accueille et nous montre le chemin jusqu'au bureau de Gladice, là où nous passerons la semaine. Full body experience, comme on dit. Coucher sur des matelas par terre, entre les bureaux et les chaises des Education assistants... Le chauffage à fond la caisse, comme si mille barrages électriques roulaient dans notre calorifère... Un vrai sweat lodge permanent! Ohhh! Well!... 

Et puis le jour s'est levé sur un nouveau projet Trickster! Plus d'une soixantaine d'enfants, des jeunes affamés de nouveautés et de divertissement... Quelque chose à saisir absolument! Mais c'est trop pour une semaine, il faut restreindre si on veut maximiser l'expérience et que ce ne soit pas juste un feu d'artifice dans la vie des enfants... Une belle lumière qui s'éteint trop vite! Pas le temps de faire des Rise and Shine breakfast pour nourrir le cœur et les rêves de nos enfants...

Ateliers Trickster (c) Exeko


Job de bras 101 - Dire à des enfants engagés et motivés à participer au Trickster que leur nom sera inscrit sur une liste d'attente. Aussi, entendre la Charlotte me dire sur Skype qu'elle n'a pas perdu sa mère, qu'elle est juste partie en VOYAGE! Et, apprendre que Jessica, en huitième, qui me suit partout, dans tous mes déplacements, ici à l'école, qui hausse toujours les épaules lorsque je lui pose une question, que je sens qu'elle veut me dire quelque chose... Du haut de ses 14 ans, est déjà maman...

Ce projet est réalisé grâce au soutien financier et à la collaboration de la Winnipeg Foundation et du Club des petits déjeuners du Canada.

Découvrez le projet Trickster ici!

Nutashkuan, il fait bon se retrouver!

Si tu roules encore et encore sur la 138, tu arrives, presque à bout de route, à la charmante Natashquan. Bien connue pour sa mer, ses paysages, son patrimoine et ses charmantes maisons colorées. Elle est pittoresque la Natashquan, mais à quelques mètres de là, longeant la mer se trouve Nutashkuan, une communauté innue qui veille sur le bout de la Côte-Nord. Entre Nustashkuan et Trickster, c’est loin d’être une nouvelle histoire, c’est la cinquième fois qu’une équipe se fait accueillir chaleureusement par cette magnifique communauté.

Cette fois, c’est Manu, Cyril et Jani qui débarquent pour 3 semaines afin de créer un spectacle avec les jeunes, mais aussi partager et échanger des outils d’animation, médiation, cirque, théâtre et création, dans le but d’une formation à l’approche Trickster. Pour Manu, c’est sa quatrième visite et Cyril sa deuxième, on retrouve de vieux amis.

Déjà entrée dans l’école, l’équipe se fait saluer et  reconnaître autant par le personnel que les adolescents. Une traversée de corridor se résume à plusieurs highfives, des sourires, des rires et des questions à savoir où sont Anne et Lili, les artistes-médiatrice de l’an passé. Tout le monde se souvient et autant pour les Tricksters que les jeunes, c’est une joie de se retrouver.

(c) Exeko

Ce n’est pas avec les jeunes que nous commencerons notre aventure, mais avec des professeurs, intervenants en loisirs et anciens participants qui souhaitent en apprendre plus sur l’approche, les jeux, les techniques d’animation et « le pourquoi du comment du quessé » d’un Trickster. Avec eux, on joue, on rie, on leur fait vivre un atelier vitesse grand V en leur partageant, en toute transparence, les raisons des jeux choisis et de la manière de les animer. Déjà, l’équipe revient à son camp de base, la tête pleine de nouvelles idées et d’apprentissages. Le projet de formation étant un pilote, les participants sont nos phares dans cette expérience.

En pleine formation Trickster! (c) Exeko

Enfin, mercredi, on rencontre une quinzaine de jeunes qui savent très bien ce qu’ils sont venus faire avec nous.

(c) Exeko

« On joue au chasseur innu !?! »

« On fait du trapèze !?! »

« T’es qui toi ? »

« Toi, qu’est-ce que tu vas nous apprendre ? » (Très bonne question, j’avoue que celle-ci m’a laissée bouche bée !)

« C’est quand le spectacle ? »

« Je peux faire du diabolo ? »

« Moi j’étais dans le spectacle l’an passé, tu me reconnais ? »

(c) Exeko

Ce qu’il y a de magique c’est qu’il reste encore deux semaines. Deux semaines de magnifiques rencontres. Deux semaines à travailler avec les jeunes, mais aussi les enseignants et le personnel de soutien de l’école qui nous épaulent merveilleusement. Sans eux, rien ne serait possible. Participants à la formation, ils nous apprennent continuellement sur les jeunes, sur leurs techniques, sur la communauté, sur nous-mêmes et bien plus encore. Ces deux semaines promettent d’être riches en rencontres, partages et échanges. Nutashkuan, encore une fois, tu nous charmes et fais grandir les projets.

Cynthia s'amuse avec le tissu! (c) Exeko

Un grand merci à l'École Uauitshitun et au Centre de santé Tshukuminu Kanani pour leur accueil.

Merci aussi à la Fondation Québec Jeunes, Telus Rimouski et au Secrétariat des affaires autochtones pour leur soutien financier au projet.

Pour en savoir plus sur Trickster, c'est ici!