Blog

L'actualité d'Exeko, de ses programmes et projets, de ses nouvelles collaborations et coups de coeurs, vue par quelques membres de son équipe.

idAction au Musée des beaux-arts : quand art inuit et art contemporain se rencontrent

La semaine dernière se terminait notre premier cycle d’ateliers idAction au Module du nord québécois. Grâce à l’accueil et l’enthousiasme contagieux des participants (des Inuit en séjour médical à Montréal), ces ateliers nous ont transportés au Nunavik, à travers la confection d’une murale inclusive, le visionnement de films sur les traditions inuit, une sortie de pêche sur glace ainsi qu'une visite au Musée McCord.

Nous ne pouvions concevoir la clôture de ces ateliers sans une visite au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) qui possède une collection exceptionnelle de sculptures, dessins et estampes inuit du Nunavut et Nunavik. C’est dans le cadre de leur programme Musée en partage qu’Exeko fut invité à y animer un atelier idAction au sein de leur collection d’art québécois et canadien.

Sept participantes et participants originaires de Kuujjuaq, Akulivik, Puvirnituq et Umiujaq ont accepté de nous accompagner à cette sortie. L’idée de départ était toute simple : nous désirions tout d’abord avoir une visite personnalisée de la collection inuit, commentée par les participants. Nous croyons qu’il n’y a pas meilleurs experts à propos de l’art inuit que des inuit eux-mêmes, surtout lorsqu’ils sont aussi sculpteurs (ce qui était le cas pour 4 de nos participants).

 

« Je connais cet artiste, et je l'ai vu sculpter cette pièce »

Non seulement les participants s’y connaissaient en art inuit, mais ils étaient aussi des proches de certains artistes dont les œuvres sont exposées au MBAM. Notamment, une dame de Puvirnituq qui aurait voulu nous accompagner (mais qui n’a pu se libérer de son rôle d’accompagnatrice médicale ce jour-là), a été particulièrement interpelée par l’œuvre utilisée pour notre affiche de recrutement. Représentant un groupe d’Inuit migrant à bord d’une embarcation traditionnelle, cette fameuse sculpture de Joe Talirunnilik (Talirunili) (1893-1976, Puvirtnituq, Nunavik) est évocatrice d’un grand savoir-faire de la part de l’artiste, ainsi qu’un pan de l’histoire locale des Inuit de cette région. Nous nous attendions à tout comme commentaire, sauf celui de cette dame : « Je connais cet artiste, et je l’ai vu sculpter cette pièce. J’étais à côté de lui, il me laissait le regarder travailler quand j’étais petite ».
 

Untitled (Migration), 1964. Artist: Joe Talirunnilik (Talirunili), Puvirnituq, 1893-1976
Steatite, sealskin, bone, synthetic sinew, red paint

(c) Musée des beaux-arts de Montréal
 

À propos de cette même pièce, la guide du MBAM qui nous accompagnait durant cette sortie nous a expliqué que l’artiste s’est représenté lui-même dans le groupe d’Inuit à bord du bateau (c’est le petit garçon qui s’étire le cou au centre). L’œuvre représente l’histoire de gens qui on été pris dans des glaces flottantes au printemps et qui ont survécu grâce à leur ingéniosité en fabriquant cette embarcation avec du bois flotté. Et en dessous de la pièce, l’artiste a écrit le nom de chaque personne qui a ainsi survécu à cette aventure. En entendant cela, une des participantes se demanda pourquoi ces précieuses informations ne figurent pas dans l’exposition? Et du même élan elle proposa une solution : photographier ledit dessous de la sculpture, et présenter la photo à côté de l’objet avec l’explication de l’histoire.

 

La transmission d'un savoir par les participants

Il n’y a pas assez de place dans cet article de blogue pour vous communiquer toutes les histoires que les participants nous ont racontées à propos de ces œuvres, histoires qui allaient de précision techniques à propos des types de pierre et matières osseuses utilisés comme support artistique, à des descriptions des savoirs et coutumes inuit évoquées par ces pièces, des connaissances sur les animaux représentés, aux histoires personnelles que ces objets d’art rappelaient aux participants. Et finalement, fidèles à la façon d’être et de faire inuit, les participants ont exercé leur humour en commentant entre eux les pièces, décrochant de nombreux rires parmi le groupe tout au long de la visite. Cet humour typiquement inuit sert à enseigner des choses importantes de la vie, et démontre bien leur résilience lors de moments stressants, telles les visites médicales à Montréal.

Nous avons aussi visité d’autres portions des collections d’art canadien et québécois du MBAM, nous positionnant alors dans un mode davantage découverte et interprétation libre. Nous avons donc échangé nos perspectives à propos d’art traditionnel et contemporain autochtone de la côte Nord-Ouest (Haida, Tlingit), autour des œuvres incisives, humoristiques et critiques de l’artiste-peintre cri Kent Monkman, tout en papillonnant entre Jean-Paul Riopelle, Paule-Émile Borduas, Guido Molinari, et j’en passe.

Je termine cet article en réfléchissant au titre que je lui ai donné. Peut-on vraiment faire la distinction entre l’art inuit et l’art contemporain? Je ne pense pas. Mais parle-t-on ici de la même chose? Absolument pas. À la lumière de cette visite idAction avec les participants du Module du nord québécois, je pense que la question reste ouverte, et nécessiterait de plus amples réflexions, idéalement avec des artistes inuit et non inuit. Une idée pour un prochain atelier en milieu muséal? À suivre… 

 

Pour en savoir plus, découvrez la collection d’art québécois et canadien du Musée des beaux-arts de Montréal : visite virtuelle ici!

Chants de gorge et tambour sacré : la finale du Musée Mobile

En mars dernier se terminait la résidence artistique Savoirs Partagés à bord de idAction mobile. Réalisée par les médiateurs Marie-Pierre Gadoua et Mathieu Riel, cette résidence a porté des objets autochtones du Musée McCord dans les rues de Montréal, au Centre d’amitié autochtone (CAAM) et au refuge du Projets Autochtones du Québec (PAQ), afin de recueillir les savoirs des participants à leur égard. Des femmes et des hommes des Premières Nations, Métis et Inuit, des jeunes et des moins jeunes ont ainsi raconté leurs versions de l’histoire de ces objets, comment ils sont fabriqués et utilisés, leurs significations d’hier et d’aujourd’hui. Nous avons eu droit également à des versions personnalisées de ces histoires d’objets, une chance inouïe pour nous d’avoir une idée de toute la richesse des perspectives, expériences de vie et mémoires individuelles des participants.

Le musée mobile a fait plusieurs arrêts en novembre et décembre derniers, durant lesquels deux cinéastes/documentaristes de profession et bénévoles pour ce projet, Évangéline De Pas et James Galwey ont filmé des extraits des témoignages. Des capsules vidéo ont été produites et mises en ligne afin de partager les savoirs des participants avec le grand public. L’équipe a également produit un film (vidéo ci-dessous) à partir de ces capsules, en y ajoutant aussi des éléments culturels immatériels : des chants de gorge inuit et des chants/rythmes de tambour enregistrés lors d’une soirée culturelle au CAAM.
 

Savoirs Partagés, le film sur YouTube (12 minutes)


Les percussionnistes du CAAM se réunissent toutes les semaines (le mercredi soir) afin de partager leur art et leur savoir-faire avec le public. Le public en question étant surtout formé de la communauté autochtone de Montréal, nous trouvions qu’il était important d’utiliser notre résidence artistique afin de faire entendre ces prestations à une population plus large. C’est donc avec le consentement (et l’enthousiasme) des percussionnistes que notre musée mobile fut agrémenté de chants de tambours inspirés de diverses traditions culturelles des Premières Nations.

Afin de compléter le tableau, il nous fallait aussi des traditions immatérielles inuit. Le chant de gorge des Inuit du Nunavik, appelé katajjaniq, est venu ajouter cette touche au projet, et ce grâce à la générosité et au talent de deux jeunes femmes de Kuujjuaq et Inukjuak, Nancy Saunders et Pauyungie Nutaraaluk.
 

Tournage du film au CAAM (c) Exeko


Le film a été présenté officiellement au Musée McCord le 23 mars dernier, devant un public formé des employés et guides de l’institution culturelle. L’objectif était de transmettre les savoirs recueillis lors de cette résidence artistique aux gens travaillant au Musée, afin qu’ils les transmettent à leur tour aux futurs visiteurs. Cette présentation finale n’aurait su être complète sans la présence de participants. Quatre des percussionnistes du CAAM ont accepté notre invitation à venir partager leurs chants et leurs savoirs à propos du tambour : Joey et Lava, deux Inuit de Kuujjuaq, Fred, de la nation Anishnabe du Lac Simon et Samuel de la nation Pipil du Salvador.

« Le tambour est fabriqué par les femmes, et est donné par ces dernières aux hommes afin qu’ils y canalisent leur énergie. Les femmes ne peuvent pas se joindre à eux dans ce type de chants, puisque l’énergie féminine est trop puissante, au point où elle en serait dangereuse. Les femmes restent donc autour des hommes quand ils battent le tambour. Elles les encadrent, les encouragent » - Fred

« Le bâton que je tiens, quand il descend sur le tambour, il représente l’éclair. Le « boum » que vous entendez alors, c’est le tonnerre. Et le double « boum » qui rythme nos chants, c’est le cœur de la Terre Mère qui bat » - Joey

Les percussionnistes ont pris soin de suivre le rituel de disposition de feuilles de tabac sur le tambour, aux quatre directions (Nord, Sud, Est, Ouest), accompagné de prières de traditions autochtones. Les coups de bâtons firent sauter le tabac dans les airs, le firent danser au rythme des chanteurs, s’éparpillant ensuite dans l’air et sur le sol. À la fin de la présentation, les percussionnistes ont emballé le tambour avec soin, puis ramassé méticuleusement les feuilles de tabac. Fred expliqua spontanément à l’auditoire la raison de ce geste : il ne faut jamais jeter le tabac, car il est sacré. On le ramasse, et on ira le remettre à la Terre, au pied d’un arbre, selon un rituel précis.
 

La présentation finale au Musée McCord (c) Exeko


En sortant du McCord cet après-midi là, j’ai suivi Samuel qui avait été désigné par le groupe pour disposer du tabac. Le premier arbre que nous avons croisé, un brave petit arbre planté au milieu du béton du centre-ville, a eu l’honneur de recevoir ce don. Samuel y a récité une prière et a entouré l’arbre de ses bras.

Savoirs Partagés ne pouvait pas mieux se terminer. Des chants sacrés, du tabac qui retourne à la terre, en offrande à cet arbre qui vit courageusement dans le bitume de la ville. Je ne peux m’empêcher de sourire en faisant une analogie entre cet arbre et les participants de idAction mobile. Ils nous ont tant donné durant cette résidence artistique, et ce geste de retour envers cet arbre qui pousse derrière le Musée McCord est comme un clin d’œil de remerciement et gratitude à leur égard.

Nakurmiik, Miigwetch, thank you, merci à tous pour cette belle aventure. 

 

Pour en savoir plus, les autres articles de blogue sur la résidence artistique Savoir Partagées :

- Musée Mobile, ou la quête des savoirs partagés (novembre 2014)

- Le premier arrêt du Musée Mobile (novembre 2014)

Exeko recherche un(e) assistant(e) administratif(ve)

Poste à pourvoir : assistant(e) administratif(ve) - juin 2015

Condition : être admissible au programme de subvention salariale Emploi Québec

 

Présentation d'Exeko

Exeko est un organisme de bienfaisance, basé à Montréal depuis 2006, dont la mission est de favoriser, par l'innovation et la créativité, l’inclusion et l’émancipation des populations les plus marginalisées. Portés par la présomption d’égalité des intelligences, nous employons, en complémentarité des ressources existantes, la médiation culturelle et intellectuelle comme moteur de transformation sociale et vecteur de participation citoyenne et culturelle, persévérance scolaire, renforcement identitaire, inter reconnaissance et prévention de l'exclusion (itinérance, crime, suicide, toxicomanie).

Contexte

Sous la supervision de la coordonnatrice administrative, et en étroite collaboration avec la direction administrative et les membres de l’équipe, l’assistant administratif a pour mandat principal de soutenir l’administration générale de l’organisme, incluant la gestion administrative quotidienne des projets et programmes. Son mandat est multitâche : il collabore à la coordination et à l’exécution des tâches de secrétariat et d’accueil, de comptabilité, de gestion des RH, des approvisionnements, du bureau ou encore de logistique générale.
 

Pour plus d'informations sur les responsabilités du poste, le profil recherché ainsi que les conditions d'emploi, consultez l'offre complète "Assistant(e) administratif(ve)" en cliquant ici (document PDF de 2 pages)

Envoyez CV, lettre de présentation et références à rh@exeko.org
Seuls les candidats retenus seront contactés et rencontrés en entrevue.
Candidatures jusqu'au 1er mai 2015. Entrée en fonction le 1er juin.

Condition : être admissible au programme de subvention salariale Emploi Québec

Exeko recherche un(e) chargé(e) du financement philanthropique

Poste à pourvoir : chargé(e) des activités philanthropiques - juin 2015
 

Présentation d'Exeko

Exeko est un organisme de bienfaisance, basé à Montréal depuis 2006, dont la mission est de favoriser, par l'innovation et la créativité, l’inclusion et l’émancipation des populations les plus marginalisées. Portés par la présomption d’égalité des intelligences, nous employons, en complémentarité des ressources existantes, la médiation culturelle et intellectuelle comme moteur de transformation sociale et vecteur de participation citoyenne et culturelle, persévérance scolaire, renforcement identitaire, inter reconnaissance et prévention de l'exclusion (itinérance, crime, suicide, toxicomanie).

Contexte

Au terme de 8 années d’existence, Exeko bénéficie du soutien d’une variété de partenaires financiers publics et privés associés à ces projets, au développement et au fonctionnement de l’organisation, et ce dans plusieurs secteurs : itinérance, culture, jeunesse, autochtone, innovation sociale, recherche, éducation… L’organisme vit une période de développement et de consolidation, avec pour objectif d’entreprendre dans les prochaines années un changement d’échelle et une démultiplication des impacts par le biais de nouveaux déploiements.

Les défis actuels et à venir, en ce qui a trait au financement et aux partenariats, comprennent notamment le renouvellement et le renforcement des partenariats financiers privés et philanthropiques, le développement de nouveaux partenariats, le développement et le renforcement du positionnement et de l’influence multi-secteurs auprès des divers bailleurs de fonds, fondations, entreprises et réseaux philanthropiques ; ainsi que le développement de nouvelles avenues de financement.

Le chargé des activités philanthropiques travaillera sous la supervision de l’équipe de direction, et en étroite collaboration avec cette dernière de même qu’avec l’équipe du pole financement et les chargés de projet, l’administration et les communications.
 

Pour plus d'informations sur les responsabilités du poste, le profil recherché ainsi que les conditions d'emploi, consultez l'offre complète "Chargé(e) des activités philanthropiques" en cliquant ici (document PDF de 4 pages)
 

Envoyez CV, lettre de présentation et références à rh@exeko.org
Seuls les candidats retenus seront contactés et rencontrés en entrevue.
Entrevues et entrée en poste : mai-juin 2015