Blog

L'actualité d'Exeko, de ses programmes et projets, de ses nouvelles collaborations et coups de coeurs, vue par quelques membres de son équipe. 

- 3 articles par semaine -

Tour de piste... vers de nouveaux partenariats !

Le volet culture inclusive prend un nouvel envol grâce au soutien de l’Entente sur le développement culturel de Montréal. Une première sortie a eu lieu en mai dernier au Festival TransAmériques mêlant des participants d’idAction Mobile et des artistes de Tandem Créatif.

Le Concierge au piano © inteatro.gov.ar

Ce samedi, changement de décor et d’ambiance !

Dans le cadre du Festival Montréal Complétement Cirque, un événement TOHU, 8 jeunes du programme idAction @Maison Tangente sont invités à une soirée clownesque ! Une première pour Exeko qui inaugure là aussi un nouveau partenariat et entre dans le monde fabuleux des arts du cirque.

Accompagnés par David, intervenant et accompagnateur de la Maison Tangente et de William, médiateur idAction, le groupe découvrira Le Concierge, spectacle créé et incarné par Anthony Venisse.

 

© Stéphanie Lassalle

Cet artiste aux talents multiples, tantôt danseur, trapéziste ou pianiste, entend incarner un personnage loufoque et touchant. S’appuyant sur le langage universel du clown et de la musique, il nous amène sur les chemins de l’absurde, de la fantaisie, de la création et du dépassement de soi.

Découvrez plutôt :

Un théâtre s’est endormi. Paillettes, plumes et accessoires gisent sur la scène. Dans la noirceur, une petite lampe s’agite… le concierge! Malhabile, il s’affaire dans le lieu déserté. Un étrange piano, des souliers magiques, un lapin blanc, un coffre à outils symphonique... il s’étonne, s’amuse et cette âme candide, sans même s’en douter, transforme son quotidien en poésie.

 

Le Concierge d'Anthony Venisse © Festival Montréal Complètement Cirque

 

Le spectacle sera suivi d’une rencontre et d’une discussion avec les artistes, une expérience riche en perspective et une occasion pour les jeunes de la Maison Tangente de partager directement avec la troupe, à la fois sur les sujets abordés, les thèmes ou les techniques employées.

Un beau programme à l’affiche !

 

Curieux de notre volet culture inclusive ? Envie de collaborer ?

Contactez Émilie Chabot, Directrice du développement et des projets spéciaux : emilie.chabot@exeko.org

 

Exeko remercie particulièrement la Ville de Montréal pour son soutien et le festival Montréal Complètement Cirque, un événement TOHU pour une première collaboration festive et créative. Soulignons enfin l'engagement de l'équipe de la Maison Tangente aux côtés d'Exeko !

 

Encore quelques jours pour assister au Festival : montrealcompletementcirque.com/ un événement TOHU.

exeko.org/idaction

maisontangente.qc.ca/

 

Qu'est-ce que le pouvoir ?

Un aperçu des ateliers idAction @ Maison du Père

Par William-J. Beauchemin, médiateur idAction

 

«Il n'y a personne de plus intelligent que quelqu'un d'autre.» (Serge)

«One person can't know everything. But all together, we know everything. Because we all are fragments of humanity.» (Jacques)

 

Ces quelques mots concluent cet atelier de médiation intellectuelle, mais ils pourraient tout aussi bien être dits  en guise d’ouverture : en ceux-ci, l’égalité des intelligences, concept qui permet la «prise de conscience par tout homme de sa nature de sujet intellectuel[1]», devient réalité, se concrétise et illustre bien l’accès à des expériences et pratiques réflexives bien souvent confisquées à plusieurs par des logiques sociales inégalitaires.

Ce  jeudi soir, à la Maison du Père, dans une salle plongée dans la nuit, éclairée à la lumière des néons et aux lueurs de l’avenue René-Lévesque, on s’interroge sur le pouvoir. « Qu'est-ce que le pouvoir ? » peut-on lire sur les affiches ornant les murs et sur les feuillets qu'on distribue pendant le souper. Pour près d’une trentaine de participants qui se joignent à l’atelier, usagers du refuge de la Maison du Père, la question résonne et exige le raisonnement. Question philosophique, s'il en est, question insoluble, bien évidemment, mais certainement pas question inutile : « le pouvoir est omniprésent » nous rappelle Marcel. D’ailleurs, Michel Foucault ne disait pas autre chose lorsqu’il affirmait cette « omniprésence du pouvoir[2] » au sein de nos sociétés. Marcel n’a pourtant pas lu Foucault, mais peu lui importe, tout comme Foucault, il est capable de penser.

© Bansky, sur les murs d'une maison anglaise de Cheltenham, ville abritant les bureaux des services secrets du Royaume-Uni

 

Le pouvoir, capacité ou domination?

Pour Jean-François, le pouvoir est surtout une « dépense d’énergie » et, au final, « une interaction d’énergies » qui permet à la volonté d’accomplir ce qu’elle cherche à accomplir. Cette question de la volonté en interpelle plusieurs : « Quand on veut, on peut ! » dit l’adage. C’est oublier la nécessité d’avoir la capacité physique requise pour pouvoir effectivement dépenser cette énergie et réaliser notre volonté, répondent certains en cette semaine des personnes handicapées. L’objection est entendue; mais un participant soulève tout de même l’importance de l’espoir dans la recherche du pouvoir : sans capacité, pas de pouvoir, mais sans espoir, pas de développement de nos capacités.

 

Un autre angle de réponse est proposé par Jean-Guy : « Le pouvoir, c’est le contrôle ». Oui, et échapper au pouvoir, c’est être indépendant du contrôle ajoute Stéphane. Pour lui, le pouvoir est aussi un jeu d’illusions qui permet ce contrôle : « La personne qui semble la plus forte est bien souvent celle qui est le plus faible psychologiquement. […] Il faut distinguer entre la perception du pouvoir et sa réalité ». L’apparence est souvent trompeuse, et plusieurs savent habilement comment en abuser pour assurer leur propre domination.

 

Est-ce que le pouvoir est une question de libre arbitre ou de moyens à notre disposition? Question difficile. Le pouvoir est une question de libre arbitre : le pouvoir n’implique-t-il pas des responsabilités?  D’ailleurs, Alexandre suggère que la question du pouvoir ne peut être séparée de la question de la sagesse. Il prend l’exemple de la maître de Kung-Fu qui était venue deux semaines auparavant dans nos ateliers : « In martial arts, it is not important if you have big muscles. The important thing is how you use them. To be powerful, you have to be wise ».

© La tentation de Saint-Antoine, Salvador Dali, revisitée par un auteur inconnu sous l’angle capitaliste

Le pouvoir ne peut pas seulement être une question de libre arbitre : « on le voit bien, les gens se battent pour avoir le pouvoir à chaque élection». Luttes pour le pouvoir qui, pour Normand, se ramène à la capacité à « avoir de l’argent, des bouts de papiers qui t’assurent du pouvoir ». Jacques en rajoute plus tard : ce n’est pas seulement une question d’argent, c’est le capitalisme lui-même qui crée cette « roue de hamster du pouvoir » dans laquelle nous serions pris. Alexandre rajoute même qu’aujourd’hui, on veut acheter le bonheur « as any other commodity ». Marx n’aurait pas dit mieux.

 

Thierry refuse cette conception et affirme qu’il faut distinguer plusieurs formes de pouvoirs et que l’argent n’en est qu’une parmi plusieurs. Peter l’appui et propose quatre niveaux de pouvoir : gouvernemental, matériel, culturel et familial. Il va plus loin et propose une démocratie socio-culturelle : une démocratie ancrée dans l’idée d’une ouverture aux autres cultures, dans l’enrichissement mutuelle et dans la distribution équitable du pouvoir entre tous. Une brèche est ouverte pour penser l’inscription sociale du pouvoir.

 

Anarchie, règles et empowerment

Il faut distinguer entre une organisation hiérarchique du pouvoir et une organisation anarchique dit Jacques. L’organisation anarchique du pouvoir permet l’empowerment, la distribution du pouvoir à tous et chacun en leur faisant réaliser leur capacité et leur pouvoir d’agir. Jacques se lance au tableau et représente schématiquement une organisation sociale sous formes de réseaux : le pouvoir est distribué, bottom-up, contrairement à une organisation pyramidale, top-down. Yvan en rajoute plus tard en montrant, également sur le tableau, que notre société, organisée de manière pyramidale, s’est renversée  : « avant, ceux en haut reposaient sur l’existence de la société pour être au pouvoir, aujourd’hui, la société repose sur ceux au pouvoir pour exister » !

© Nick Stern rend hommage à Banksy

L’anarchie ne plaît cependant pas à tous comme idée. Jean-François croit que l’anarchie mènera au chaos. « Il faut des règles dans la société, sinon comment s’assurer, par exemple, du respect la signalisation » ? Un autre débat émerge : si on veut savoir si l’on peut se passer d’une autorité qui impose des règles, il faut déterminer si ces règles que l’on suit ont une origine interne ou externe. Un participant affirme que les règles sont externes, elles proviennent justement d’une autorité à laquelle on a attribuée du pouvoir. Un autre participant renchérit : cette autorité, c’est celle des générations qui nous ont précédées. Thierry croit plutôt que les règles, en prenant l’exemple du droit, doivent provenir d’une inclination naturelle de l’être humain au respect de soi et des autres : elles prennent ainsi leur origine à l’intérieur des individus.

 

Je suggère qu’il s’agit d’un faux dilemme, concept que nous avons vu la semaine passée en écoutant le dernier débat des chefs. Les deux options ne s’excluent pas. Le participant qui parlait des générations précédentes acquiesce : oui, même dans le cas des générations précédentes, les règles provenaient des intuitions internes de nos parents et grands-parents. L’œuf ou la poule?

© baubauhaus.com

Encore passionnés, nous arrivons à la fin de l’atelier. Je propose à chacun de donner leur propre définition du pouvoir. Le pouvoir est alors : l’union, la libre pensée, un meilleur contrôle de la société, l’investissement de l’individu dans sa société, le respect et l’égalité, une capacité à développer, une capacité à développer d’une façon positive, l’interaction d’énergies, une volonté et une capacité, une structure, l’absence et le silence, le rapport à soi et aux autres, à l’intérieur et à l’extérieur, un cycle, une quête, une relation.

----------------

[1] Rancière, J. Le maître ignorant. P.62

[2] Foucault, M. Histoire de la sexualité, I . p.122

 

Merci à tous les participants des ateliers idAction qui, chaque jeudi, sont présents et nourrissent les débats et les réflexions ainsi que leur relecture critique de cet article.

Vous êtes curieux, visitez note site internet et découvrez le programme idAction.

Viens voir les comédiens, les musiciens, les magiciens...

Par Vinciane Anthonioz, agente de projet pour idAction Mobile

 

Cher blogue,

C’est avec beaucoup de plaisir et d’émotion que je t’écris pour la première fois. Laisse-moi te conter une soirée qui m’a marquée par des rencontres, des réflexions, et des instants créatifs et spontanés. Mercredi soir dernier, je suis repartie à bord d’idAction Mobile accompagnée d’une équipe de choc, Dan, Fred et Dorothée.

Premier arrêt au deuxième barbecue de l’été de Plein Milieu. L’occasion pour Dan de brandir son atelier sur l’intelligence humaine et l’intelligence animale illustré par des photos d’un bonobo préparant quoi? Un barbecue pardi! Cet atelier a grandement suscité la curiosité de nos participants qui se pressaient autour des photos suspendues à une corde par des pinces à linge. La réflexion a permis d’être poussée vers des thématiques en lien telles que l’évolution ou le mimétisme.

 

photo : Laurentiu Garofeanu/ Barcroft USA

 

Quelques pas plus loin, Dorothée et moi menions un atelier sur les préjugés et les perceptions culturelles, en particulier sur les cultures autochtones. Armées d’un tableau en liège et de post-its verts, bleus et rouges, nous avons mené cette réflexion commune grâce à trois questions : Quelle est ta perception de ta culture? Quelle est ta perception de la culture de l’autre? Selon toi, quelle perception a l’autre de ta propre culture?

 

(C) Exeko

La van stationnée à l’avant, où Fred a pu distribuer livres et matériel d’art en grand nombre, la ruelle s’est transformée en un bel espace d’échange, de partage, de découverte et de mixité sociale, tout ça le temps d’un barbecue…

Deuxième arrêt, 3 personnes…, "on s’arrête?" "Allez on s’arrête!"

Et quelle bonne initiative nous avons eu là! Dorothée, munie d’un haut parleur portatif, fait découvrir Woodkid à une participante autochtone et lui propose, au passage, d’aller à leur concert pendant le festival de jazz. Pendant ce temps, j’entends fredonner un autre participant ‘Les Comédiens’ de Charles Aznavour. Je chuchote à Dorothée "Hé après, tu devrais mettre Les Comédiens et lui faire écouter". Ni une ni deux, la chanson est branchée. Lorsque les premières notes viennent effleurer nos oreilles, on voit son visage s’éclairer, se détendre,  ses yeux pétiller "Tu connais Charles Aznavour?! Tu m’fais plaisir avec cette chanson!" Et, tous ensemble, on entonne le refrain "Viens voir les comédiens, voir les musiciens, voir les magiciens, qui arrivent viens …

 

Woodkid - Iron

 

Le visage souriant de cet homme encore dans nos esprits, nous repartons le cœur rempli de la satisfaction d’avoir pu partager un moment musical spontané et sincère.

 

 

Troisième et dernier arrêt, Projets Autochtones du Québec? Centre d'Amitié Autochtone de Montréal? Ce sera ce dernier!

On arrive à la fin des soirées culturelles du Centre d’Amitié. Il fait bon et beau, on reste dehors pour partager un beau moment de rencontre, de retrouvaille et de dialogue. Je tombe dans les bras d’une femme d'origine autochtone que je n’avais pas vue depuis longtemps et qui m’avait profondément touchée par son histoire et sa force. Autour de nous, ça parle Bolivie, Mexique, traditions, confiance et estime de soi, ça rattrape le temps perdu. On rencontre Thunder qui a le don de "lire" les gens. "Tu viens d’où?" me demande-t-il, je lui réponds "Je suis d’origine chinoise", "D’où en Chine? Du nord, du sud?’, ‘Du milieu" , "Ah, toi, tu dois rechercher ton milieu" me dit-il.

Bref cher blogue, une belle soirée. Encore une fois, des échanges magiques à bord d'idAction Mobile. À la prochaine!

http://exeko.org/idaction-mobile

La médiation intellectuelle s'affiche au colloque international de la North American Association for Community of Inquiry

Répondant à notre volonté de partage de connaissances, de co-construction des savoirs et d'enrichissement des pratiques, Exeko exposera par voie d'affichage la pratique de la médiation intellectuelle au colloque international organisé par la North American Association for Community of Inquiry (NAACI). La Philosophie pour enfants, approche mise de l’avant par Matthew Lipman et ses collègues du Montclair State University (NJ), est au fondement de cet événement. Particulièrement cette année, le colloque de NAACI examinera la communauté de recherche philosophique et ses diverses applications.

Développée et expérimentée depuis 2006, la médiation intellectuelle constitue une pratique particulière de la médiation chez Exeko répondant de manière innovante et créative aux limites rencontrées avec les méthodes traditionnelles d'éducation et d'intervention.

S'inscrivant dans le contexte de l'apparition des nouvelles pratiques philosophiques (philosophie pour enfants, philosophie avec les personnes âgées, cafés philosophiques, universités populaires, etc., telles que définies par l'UNESCO en 2007), elle permet l'appropriation et la création d'outils réflexifs et critiques facilitant la pensée indépendante et l'autonomie. En usant de stratégies créatives et en établissant un contexte d'égalité des intelligences, elle se déploie en dehors des cadres formels traditionnels.

En pleine réflexion lors d'un atelier idAction @ Listuguj, Nation Mi'gmaq, 2013

 

Repoussant ces champs d'application, la pratique est utilisée à travers nos différents programmes et fait l'objet d'une constante auto-analyse et critique afin de s'adapter aux milieux dans lesquels elle se manifeste et aux populations marginalisées participantes (milieu carcéral, itinérance, secteur de la santé, jeunesse, communautés autochtones, prévention du crime, universités, éducation et culture).

La médiation intellectuelle tend notamment à révéler le potentiel créatif et novateur bien souvent sous-estimé de la jeunesse, touchant autant les enfants par le biais du programme Trickster et les camps Leadership que les jeunes adultes avec idAction et idAction Mobile.

William-J. Beauchemin, médiateur idAction et membre du comité philosophique pour Exeko, sera présent pour discuter de la pratique, se nourrir d'autres exemples et enrichir la réflexion.

Vous participez au colloque ?

Venez rencontrer William !

  • Colloque international : les 25-26-27 juin 2014 - Université Laval, pavillon Desjardins
  • Exposition d'affiches et discussion sur la MI : vendredi 27 juin, de 8h30 à 9h30 - Université Laval, pavillon Desjardins
Vous voulez en savoir plus sur nos programmes et particulièrement la MI ?

Retrouvez la définition complète de la médiation intellectuelle selon Exeko.

Accédez à notre site internet et aux pages de nos différents programmes.

Contactez nous directement !