Blog

L'actualité d'Exeko, de ses programmes et projets, de ses nouvelles collaborations et coups de coeurs, vue par quelques membres de son équipe.

Rassembler nos forces pour un avenir prometteur

Par Marie-Paule Grimaldi, Médiatrice

Si Exeko en était à sa quatrième collaboration avec le Club des Petits Déjeuners, la nouveauté était au rendez-vous pour tous dans cette aventure pionnière: pour la première fois, le Camp de Leadership était dédié uniquement à des jeunes des Premières Nations. En provenance d’une vingtaine de communautés de sept nations à travers le Québec, 43 jeunes, de 10 à 14 ans ont été accueillis à Quyon, au Club des Voyageurs Tim Horton, par une équipe déterminée à valoriser leur potentiel de leaders positifs et à leur faire passer un séjour inoubliable. Cette promesse silencieuse (et tenue) était dans le cœur de tous les partenaires impliqués, particulièrement la Commission de la santé et de services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador, la Fondation Nouveaux Sentiers et le Conseil en Éducation des Premières Nations.

Un an de travail a précédé cet événement, afin d’arrimer la vision et les objectifs du camp, une préparation à laquelle Exeko a participé, fort de notre expérience en communauté à travers le programme idAction dédié aux jeunes citoyens marginalisés, mais surtout grâce à Trickster qui rejoint des jeunes du même âge. Il fallait s’assurer que la réalité autochtone soit comprise par tous les partenaires, et que le programme des activités soit culturellement adapté et aussi sensible aux parcours parfois difficiles de ces jeunes tous liés d’une manière ou d’une autre à la CSSSPNQL. L’équipe fut constituée d’intervenants de diverses provenances, allochtones et autochtones, des animateurs et accompagnatrices expérimentées du Club et de la Fondation Nouveaux Sentiers, des intervenants de la CSSSPNQL et des Centres d’amitiés, et trois animateurs d’Exeko, les médiateurs Maxime Goulet-Langlois et Marie-Paule Grimaldi, ainsi que l’artiste-intervenant Maxime Larose, co-fondateur du programme Trickster. Tout ce beau monde si fébrile à l’idée de rencontrer les enfants étaient sous la direction de Cathia Riopel du Club des Petits Déjeuners et de Karine Awashish de la CSSSPNQL, toutes deux incroyablement et passionnément dévouées à la cause des jeunes.

© Exeko

Animé en français et en anglais, ce camp innovateur présentait de nombreux défis. L’équipe était prête, mais l’épanouissement des jeunes et le sentiment de communauté créé en 6 petits jours ont certainement transformé les espoirs initiaux en certitudes et confiance. Confiance envers les jeunes, résilients, allumés et généreux – ils ont beaucoup à offrir au futur. Certitude que l’énergie et le temps investis en eux afin de favoriser leur développement nous permet de les voir rayonner fiers de leur identité et prêts à réaliser leurs rêves. Pour des cercles de parole en fin de soirée, Karine Awashish avait choisi le thème du passage pour accompagner ces jeunes en pleine transformation, et l’aventure du camp fut une grande traversée, tant pour eux que pour l’équipe.

En 6 petits jours, nous sommes passés de la timidité et d’une fermeture aux éclats de joie, aux confidences, aux larmes du départ, nous sommes passés de la peur à la solidarité dans cette communauté spontanée et métissée. Les jeunes en ont profité pour découvrir et partager les distinctions entre les nations (du territoire innu de Pakuashipi de la Basse Côte-Nord à celui anishnabe de Lac-Simon en Abitibi, il y a de la place pour la différence!), améliorer l’apprentissage du français, de l’anglais ou de leur langue maternelle, démontrer leurs savoir-faire et leurs talents, et laisser éclore leur potentiel de leaders. Afin de les encourager et de les inspirer, ils ont aussi reçu la visite de deux figures actuelles importantes : le Dr Stanley Vollant, premier chirurgien autochtone du Québec, et le rappeur Samian. Le premier est venu à pied vers eux à travers le projet Innu Meshkenu, le deuxième en leur offrant son dernier album Enfant de la Terre avec ses paroles essentielles et ses rythmes envoûtants, très populaire auprès de tous. Chacun témoignait de son propre parcours afin d’encourager les jeunes à se réaliser, à croire en leur rêve, et à prendre soin d’eux et de leur feu intérieur.

 

© Exeko

Si l’intensité du contexte s’est moins prêtée à la médiation intellectuelle, Maxime et Marie-Paule ont tout de même pu faire jaillir quelques étincelles de la réflexion dans un atelier sur le leadership qui a permis d’établir quelques grandes lignes du concept mais peut-être surtout de le questionner. Qu’est-ce qu’un leader? Est-ce qu’un leader peut être à la fois positif et négatif? Est-ce que chaque personne peut faire preuve de leadership? Des questions comme autant de semences pour accompagner les jeunes dans le regard qu’ils posent sur le monde et eux-mêmes. Toutefois, l’ensemble du camp convenait mieux à l’approche Trickster qui stimule à la fois l’expression, la confiance en soi et l’engagement à travers divers jeux et exercices théâtraux. L’expertise de Maxime Larose avec les communautés autochtones a été déterminante tout au long du séjour, dans le respect offert, la compréhension des codes culturels et la foi en la capacité de dépassement et d’accomplissement de chacun, et ce, dans les rires et l’amusement.

Tout en offrant un environnement sécuritaire et bienveillant aux jeunes qui leur permettait de vivre des jours dans une belle insouciance, cette expérience a tenté de contribuer à les forger pour prendre leur place dans les lendemains qui les attendent. Si l’équipe d’Exeko a pu être à la fois un soutient aux différents acteurs en présence et un point de jonction flexible dans la rencontre de diverses réalités, nous n’avons été qu’une partie d’une mobilisation hors de l’ordinaire envers les jeunes. Leur épanouissement fut émouvant et les liens qui ont été créés perdurent. D’une manière ou d’une autre, ils joueront tous un rôle plus tard dans leur communauté, et nous pouvons tous ensemble contribuer à l’émergence de ces leaders nécessaires aux Premières Nations et à l’ensemble de la société. Des Camp de Leadership, il en faut plus!

Découvrez le Camp en images ici:

 

Une vidéo réalisée par Tewekan Vision.

exeko.org/trickster

La Nuit des Sans-Abris

Par Jani Greffe Bélanger, médiatrice
 

Par une première nuit froide d’octobre, l’équipe féminine d’Exeko arrive au Square Philips, camp de départ de la Nuit des Sans-Abris.

 

Alexandra, Alessia et Jani stationnent rapidement notre caravane culturelle et intellectuelle idAction Mobile à proximité de celle de Médecins du Monde, nos compagnons de marche pour la soirée.

© Exeko

Le Square est déjà grandement animé, de la nourriture est distribuée, des organismes et des participants offrent les pancartes qu’ils ont confectionnées pour la marche et d’autres se préparent à une nuit humide, mais haute en couleurs.La foule restera juste assez longtemps à cette base pour mobiliser des personnes afin de marcher, regarder le spectacle de gumboot et manger un peu, avant de partir sur Ste-Catherine vers le quartier latin.

© Exeko

La caravane de Médecins du Monde et idAaction Mobile ferment la marche, juste à la suite de quelques membres des Buffalo Hat Singers et d’autres drummers du PAQ. Entre slogans et cris de joie, on entend le tambour de la troupe et les voix de ces chanteurs autochtones s’élever dans la foule, rappelant que l’itinérance est aussi un enjeu présent dans la communauté autochtone de Montréal.

La marche se termine sur St-Denis entre Ste-Catherine et Ontario où les participants s’installeront pour passer la nuit. Aussitôt stationnée, la caravane se fait entourer d’habitués, de bénévoles venus nous dire bonjour et de curieux. Crayons à la main, Carl, un bénévole, venu danser le gumboot pour l’événement, s’approprie une des activités qui consiste à écrire, sur la caravane, ce que nous voulons dans cette société en tant que citoyens. Rapidement, le devant d’idAction Mobile est recouvert de revendications allant de « accessibilité à des services de soins en santé mentale » à « plus de bélugas !!! » Pendant ce temps, les trois médiatrices sur place ont déjà investi l’espace à grands coups de craies, en répandant des livres et du matériel créatif sur le trottoir et dans la rue. C’est ainsi qu'en plein milieu de l’espace nait une scène où chaque passant qui ose mettre le pied dessus se verra offrir le droit de crier dans un porte voix tout ce qu’il a envie de partager.

© Exeko

Au fil de la soirée, nous entendrons des cris, des slogans, des revendications, des poèmes, des textes engagés et des blagues. La scène est en continuelle évolution, puisque dessinée au sol. Mario, artiste connu du projet, mettra son talent de dessinateur au profit de cette action créatrice et spontanée.

Les Buffalo Hats Singers et leurs comparses s’approcheront de l’équipe de médiation pour leur offrir une dernière chanson. C’est alors que Denis Coderre se joint aux chanteurs qui acceptent de partager ce moment avec lui. Les membres du groupe sont ravis et amusés de voir le maire tenter de les suivre. Tradition voulant, tout le monde est bienvenu autour du tambour.

© Exeko

La caravane quittera le camp de nuit vers 10h30 sous la musique envoûtante de Bernard Adamus qui malgré le temps froid et humide faisait danser les participants. Encore une fois, la Nuit des Sans-abris fût un franc succès où les échanges, les rencontres et la création étaient au rendez-vous.

exeko.org/idaction-mobile

1er arrêt du Musée Mobile!

Par Marie-Pierre Gadoua, médiatrice
Premier arrêt du

 Musée Mobile

au Centre d’Amitié Autochtone de Montréal

 

Ce projet de médiation culturelle consiste à recueillir auprès des participants d’idAction mobile leurs savoirs, histoires et anecdotes à propos d’objets autochtones du Musée McCord. Les témoignages seront intégrés à l’exposition permanente sur les Premiers Peuples du Musée: Porter son identitéL’objectif est d’inclure au Musée la voix des autochtones qui sont en situation d’exclusion et/ou d’itinérance à Montréal, aux côtés de celle des conservateurs et autres experts en histoire et culture matérielle autochtone.

Les participants travaillent donc à la documentation des collections autochtones du McCord. Enrichir les connaissances autour de ces objets est une tâche muséologique qui ne sera jamais terminée, car ces savoirs ne sont pas fixes, ni uniformes. Chaque personne a une expérience et une perspective unique envers sa culture matérielle traditionnelle et celle de ses pairs, et il importe au musée de connaître cette variété. La valeur, le sens des objets du McCord aux yeux des autochtones se transforme avec le temps : certains objets ne sont plus faits ou utilisés de nos jours, et d’autres le sont encore, soit sous une forme traditionnelle ou modifiée. Ils sont donc tous encore très actifs dans la vie de tous les jours, sous forme de symbole culturel identitaire, comme vecteurs de transmission des savoirs traditionnels et/ou comme objets utilitaires précieux.  Les perspectives des autochtones contemporains, jeunes et moins jeunes, sont donc aussi importantes que celles de leurs aïeux à propos des collections en question.

Grâce à l’expertise des participants, nous visons à mieux outiller les conservateurs qui conçoivent les expositions, les guides qui les présentent au public, et inspirer les éducateurs et animateurs dans leur création de programmes éducatifs. 

 

Faire vibrer le McCord et son public au rythme des savoirs des participants.

© Exeko

Il s’agit donc d’amener le McCord dans la rue, au Centre d'Amitié Autochtone et au refuge de Projets Autochtones du Québec. Comment exactement ? À l’aide d’une trousse éducative et de photos grand format des collections. La trousse comporte des objets traditionnels tels que des raquettes, paniers, mocassins, bottes, mitaines, bâton de jeu de crosse, séchoir à peaux, instruments de musique, et des outils pour fabriquer ces objets, le tout provenant de diverses cultures autochtones du Québec et qui sont encore faits et utilisés aujourd’hui. Elle compte aussi des répliques d’objets anciens, faits avec les matériaux d’époque (os, bois de cervidés et/ou pierre), tels que des haches, herminettes, des perçoirs, grattoir, propulseur à lances … Et finalement, de la matière brute pour la fabrication de certains de ces objets, tels que du bois de caribou, bois de cerf, os d’orignal, fanons et os de baleine. Les photos grand format présentent des objets issus de la collection du McCord qui requièrent des conditions de conservation particulières et donc qui ne peuvent circuler dans nos ateliers. Néanmoins, les photos de ces objets mises à la disposition du public accompagnent la trousse et stimulent autant de discussions que cette dernière.

 

Laisser parler les objets

Afin de recueillir les témoignages, il suffit simplement de laisser les objets faire le travail. Déposés sur une table, avec les affiches photographiques à leurs côtés, à eux seuls ils animent les discussions. Et de fait, les objets reprennent vie dans les mains et au rythme des discours des participants. Lors du premier atelier, durant trois heures, la collecte des témoignages était telle que nous n’étions pas assez de deux médiateurs et deux bénévoles pour tout saisir et enregistrer.

 

© Exeko

Jean-Paul, un artiste de la nation huronne, a commencé en nous déstabilisant : « Vous savez, ces outils, vous aussi les Européens en faisiez avant. Vous avez simplement perdu cette culture qui était la vôtre. Moi j’ai encore la mienne, je vais vous montrer comment j’utilise certains de ces objets pour jardiner ou faire mes pièces d’artisanat ». Voilà une perspective inattendue, qui nous porte nous, allochtones, à réfléchir sur nos propres racines…    

 

Amanda tourna vers son amie qui venait de se joindre à la conversation sur ce bâton de crosse et qui est justement Ojibwé, en rigolant à propos de leurs rivalités maintenant révolues.  Maintenant, la crosse c’est surtout un sport, et Amanda semble en être une mordue. Elle a longtemps joué dans des équipes. Elle nous montre comment manier le bâton. Elle nous a même expliqué comment son grand-père en fabriquait. Cela lui prenait jusqu’à 7 semaines de travail afin de faire courber le bois dans la forme voulue.Elle nous a aussi dit de faire nos devoirs : les quelques ceintures de wampum présentées dans nos photos des la collection du McCord ne sont pas représentatifs de tous les modèles qui existent. 

Et surtout, le wampum de sa nation Mohawk n’y est pas ! Papier et crayon en main, elle s’empresse de nous en dessiner le design, qui symbolise la nation Mohawk au centre de ses nations-sœurs Seneca, Tyendinaga, Onondaga, et Oneida. Nous travaillerons donc à améliorer notre musée mobile en ce sens!

Car une partie importante du projet est son aspect interactif et dynamique: ce sont les participants qui le bâtissent avec leurs histoires, leurs précisions, préférences, demandes spéciales… Et le résultat final ? Il est question d’une exposition avec un montage vidéo de témoignages, des histoires écrites accompagnant des objets ou photos d’objets, et des performances artistiques en direct devant le public du Musée Mobile.


Prochain arrêt, ouvert à tous les curieux: 

Le 21 novembre, de 14:00 à 16:00, au Centre d'Amitié Autochtone de Montréal

Tunngasugitsi ᑐᓐᖓᓱᒋᑦᓯ Bienvenue

Par Marie-Pierre Gadoua, médiatrice

Tunngasugitsi signifie « bienvenue » en Inuktitut.

Un thème qui est au centre de la nouvelle série d’ateliers que idAction vient d’entamer avec les Inuit au Module du Nord Québécois (MNQ).

Qu’est-ce que le MNQ? Cette structure répond à un mandat régional pour les communautés du Nunavik en fournissant des services de liaison entre les établissements de santé du Réseau Universitaire Intégré de Santé (RUIS) McGill de Montréal et du Nunavik.

Ils sont plusieurs milliers par année à devoir se déplacer vers Montréal afin d’accéder à des soins médicaux de pointe qui ne sont pas accessibles dans les hôpitaux du Nunavik. Des enfants, adolescents, adultes, et aînés séjournent ainsi aux résidences du YMCA de Westmount (qui accueille le MNQ), pour des périodes d’une semaine à plusieurs mois. Les 142 lits de la résidence sont occupés en permanence. Certains de ces visiteurs sont à l’aise à Montréal, ils connaissent la ville et profitent de ses attraits et ressources pendant leurs séjours. Mais pour plusieurs autres, c’est aussi une source de stress lié entre autres à la méconnaissance de la ville, et le contact avec des influences négatives malheureusement présentes dans le secteur du YMCA. De plus, il y a beaucoup de temps libres à combler parmi les résidents, nous a-t-on dit au MNQ. Exeko s’y est donc taillé une petite place les mardi soirs afin de voir ce qui s’y passe, et ce qu’on pourrait y faire avec les résidents. 

Comment vit-on un séjour au MNQ? Se sent-on chez soi? Au fait, qu’est-ce qu’un chez soi? Les Inuit du MNQ se sentent-ils les bienvenus à Montréal? Peut-on se sentir chez soi dans ce contexte de séjour? Oui, non, peut-être? Si non, comment faire pour rendre Montréal un endroit plus accueillant pour les Inuit en visite médicale? Voilà les questions de départ que l’équipe de médiateurs d’Exeko et les participants ont explorées au cours des deux premiers ateliers.

© Exeko

Les objectifs de ces ateliers sont de favoriser un espace de réflexion, de discussion, de créativité et de socialisation positive entre les participants, autour du thème du chez soi à Montréal. Découvrir la ville autrement, apprendre et échanger avec les diverses cultures qui s’y déploient. Partager des trucs et astuces sur la vie urbaine, comme les meilleures adresses pour des services et ressources qui répondent aux besoins de chacun.

Des exemples? Où trouver de la fourrure pour terminer de coudre une paire de mitaines? Où se procurer du fil et des perles pour faire des bijoux? Comment sortir du centre-ville et se rendre facilement dans un espace calme, un rivage de préférence, afin de relaxer et respirer un peu d’air frais? Suggestion d’une participante: pourquoi ne pas faire une carte de Montréal interactive où les résidents du MNQ pourraient partager leurs adresses utiles à Montréal? 

© Exeko

Une autre suggestion lancée spontanément par un participant, après notre brève présentation sur la médiation culturelle : organiser des rencontres et échanges culturels avec les résidents non-Inuit du YMCA. Le YMCA accueille aussi des immigrants et réfugiés venant d’Afrique, du Moyen Orient, d’Haïti, …  et certains Inuit aimeraient bien leur enseigner quelques trucs pour se garder au chaud l’hiver, notamment comment confectionner soi-même de bons vêtements d’extérieur. Aussi, l’idée a été lancée parmi les participants de partager des recettes de cuisson de pain traditionnel: la bannique inuite vs. les autres types de pains traditionnels des gens qui passent par le YMCA. Et pourquoi pas des ateliers de musiques originaires de chaque pays et régions?

© Exeko

Fructueuses, ces premières rencontres exploratoires! Alors pour débuter, nous avons convenu de créer une murale de bienvenue inclusive, sur de la toile de type ‘canvas’ -  le matériau avec lequel les Inuit fabriquent leurs tentes pour camper sur le territoire l’été. Tant qu’à parler de se bâtir un chez-soi, autant débuter avec le matériel approprié! Et de fait, cette toile en tissu a déjà su attirer l’attention et l’intérêt d’un premier groupe de participants Inuit, venus s’y exprimer d’une façon créative, y apposer un mot de bienvenu et de petits trucs pour leurs pairs du Nunavik, afin passer un bon séjour au MNQ. 

La réalisation de cette murale se poursuivra au cours des ateliers, jusqu’en février 2015. Et autour de cette création, nous continuerons nos discussions, réflexions et développement de nouveaux ateliers avec les participants.

À suivre…

http://exeko.org/idaction